1. Accueil
  2. Magazine
  3. Où partir ?
  4. Top 5 des destinations à voir en octobre
Où partir ?

Top 5 des destinations à voir en octobre

Mis à jour le : 8 novembre 2019

Carte

Alors que les journées raccourcissent et que les températures baissent, certains partent en vacances au soleil pour conjurer les frimas naissants quand d'autres se préparent à affronter l'hiver en mettant le cap vers les grands froids. Voici nos cinq destinations préférées pour profiter du mois d'octobre.

1. Bolivie

Pourquoi en octobre ? Pour vivre une authentique aventure.  Nombre de voyageurs ayant fait le tour de l'Amérique du Sud disent avoir préféré la Bolivie. Variés, spectaculaires et à la limite de l'inaccessible, ses paysages restent préservés. Le pays est un concentré d'Amérique du Sud, réunissant sommets andins enneigés, vallées amazoniennes embrumées, lacs irréels, désert de sel, trésors coloniaux et vestiges des civilisations anciennes. L'hiver, sec, est la saison la plus agréable pour voyager. En octobre, à la fin de la période sèche, les routes, généralement exemptes de boue, sont praticables, le ciel est d'un bleu éclatant, les températures se réchauffent et les foules de la haute saison sont parties. Explorer les montagnes et le territoire brut de l'Altiplano peut être ardu, mais c'est la garantie d'une vraie aventure

S’organiser : en 2 à 3 semaines, vous pouvez visiter La Paz, séjourner dans un écolodge amazonien, voir le lac Titicaca, contempler les ruines précolombiennes de Tiwanaku, explorer la coloniale Sucre et admirer la mine d’argent de Potosi, les étendues miroitantes du Salar de Uyuni et les lacs multicolores de l’Altiplano. Ajoutez éventuellement La Higuera, où Che Guevara fut capturé et exécuté, et les missions jésuites de Chiquitos.
À savoir : le coût de la vie est bas en Bolivie ; les voyageurs à petit budget peuvent s’en sortir avec 15 euros/jour.

adobestock_27074716.jpeg

Explorer les montagnes et le territoire brut de l'Altiplano peut être ardu, mais c'est la garantie d'une vraie aventure !

2. Taïwan

Pourquoi en octobre ? Pour explorer l'île hors des sentiers battus et à la meilleure période. Taïwan est surprenante. Son économie s'est développée à toute vitesse, et une culture à la fois cosmopolite et résolument taïwanaise s'est établie sur l'île. De fait, le pays a mieux réussi à préserver ses traditions que la Chine continentale. Sa cuisine, mêlant plats chinois et japonais, spécialités hakka et nourriture de rue, est sensationnelle. L'automne est la meilleure période pour visiter l'île : il fait plus frais et moins humide qu'en été, les habitants commencent à se baigner dans les sources chaudes, et les feuilles d'érable se teintent de rouge. Les eaux sont encore chaudes pour faire du snorkeling dans le parc national de Kenting, en bord de mer, et le temps est propice à la randonnée dans la chaîne d'Alishan. 

S’organiser : prévoyez 2 semaines et explorez Taïwan en train – le réseau ferroviaire relie les grandes villes aux parcs nationaux ; le Forest Train traverse les montagnes d’Alishan.
À savoir : des ferries circulent entre la Chine continentale et Taïwan.

adobestock_105176609.jpeg

L'automne est la meilleure période pour visiter l'île : il fait plus frais et moins humide qu'en été

3. Le Bhoutan

Pourquoi en octobre ? Pour le ciel, la vue et les sentiers dégagés.
Ce paradis himalayen mesure sa réussite en termes de Bonheur national brut plutôt qu’en richesse matérielle, et la plupart des habitants y mènent une existence guidée par les valeurs traditionnelles et la spiritualité. Octobre est le plus beau mois de l’année : les températures très agréables et le ciel bleu sont propices à la randonnée et aux visites, et les grues à cou noir, une espèce rare, arrivent dans la vallée de Phobjikha (où elles restent jusqu’en février). Sur le plan culturel, de nombreux dzongs (monastères-forteresses), auxquels on accède par des routes magnifiques, sont le théâtre de tsechu (fêtes bouddhiques) à cette époque – notamment à Thimphu et Gangtey. Les sportifs apprécieront les randonnées en montagne ; il y en a pour tous les niveaux, de l’ascension incontournable d’une demijournée menant au monastère du Nid du tigre, au Jhomolhari, trek de 7 jours dans l’une des régions les plus préservées de l’Himalaya.

S’organiser : en 7 à 10 jours, vous pouvez faire un circuit entre Paro, Thimphu et Punakha, incluant visites de dzongs, panoramas, courtes randonnées et activités traditionnelles (tir à l’arc, bain aux pierres chaudes). Prévoyez plus de temps pour des randonnées plus longues.
À savoir : les visiteurs doivent payer une taxe de séjour de 250 $US par jour (200 $US déc-fév et juin-août).

istock-narvikk-bhoutan.jpg

Moine au Temple de Punakha

4. Péninsule de Coromandel, Nouvelle-Zelande

Pourquoi en octobre ?  Pour profiter du printemps austral. La péninsule de Coromandel, qui s'avance dans le Pacifique, jouit de l'un des climats les plus agréables du pays, et n'est qu'à 1 heure 30 de route d'Auckland. C'est une destination très appréciée des Néo-Zélandais. En octobre, vous y trouverez des températures très agréables et moins de monde qu'en été (s'il fait frais, vous pourrez vous réchauffer à la station thermale sur Hot Water Beach). La péninsule est émaillée de localités abritant des galeries d'art (héritage d'un afflux d'artistes dans les années 1960), et sa topographie - une crête montagneuse luxuriante bordée de falaises et de plages dorées - se prête à des balades en voiture. Les sportifs seront comblés, entre la piste cyclable Hauraki Rail Trail, les sommets à gravir et le kayak autour de la Cathedrale Cove. Mais on peut aussi simplement se poser dans un café de la côte face à la vue. 

S’organiser : prévoyez 3 ou 4 jours pour explorer la péninsule. Thames (côte ouest) et Whitianga (est) sont les principales villes.
À savoir : septembre/octobre est le début de la saison des coquilles Saint-Jacques ; dégustez-les sur l’esplanade de Whitianga.

adobestock_112162315.jpeg

 La péninsule de Coromandel, qui s'avance dans le Pacifique, jouit de l'un des climats les plus agréables du pays, et n'est qu'à 1 heure 30 de route d'Auckland.

5. Namibie

Pourquoi en octobre ? Pour observer la faune au moment le plus propice. A la fin de la saison sèche, en Namibie, les températures sont en hausse, le ciel est d'un bleu sans nuages, les broussailles se dessèchent et les animaux se rassemblent autour des points d'eau qui ne cessent de rétrécir. Le parc national d'Etosha est la plus célèbre réserve du pays ; pendant cette période, vous pourrez y voir des éléphants, des girafes, des zèbres, des rhinocéros et de gros félins défiler dans le pan, désert salin étincemant. Grâce à l'excellent réseau routier, il est facile de faire un safari avec son propre véhicule : vous n'aurez qu'à vous arrêter près d'un point d'eau et attendre les animaux. Pour voir des rhinocéros noirs et des éléphants, direction le Damaraland. A Walvis Bay, sur la côte sauvage, les baleines à bosse migrent de juillet à novembre. 

S’organiser :
de Windhoek, direction le désert du Namib pour admirer les dunes de Sossusvlei, puis Swakopmund, et Etosha via le Damaraland. Séjournez dans une ferme dans les montagnes. Prévoyez 2 semaines.
À savoir : la fête de la Bière de Windhoek (Oktoberfest) a lieu fin octobre

adobestock_133845874.jpeg

Sossusvlei, un désert de sel (salar) et d'argile dans le désert du Namib

 


Paramètres des cookies