1. Accueil
  2. Magazine
  3. Reportages
  4. Marquises, la Polynésie au goût sauvage
Reportages

Marquises, la Polynésie au goût sauvage

Texte par

Jean-Bernard Carillet

Carte

Les Marquises... Un nom qui fait rêver ! On connaît peu de choses sur cet archipel de la Polynésie française, perdu au milieu du Pacifique, sinon qu'il a été immortalisé par le peintre Gauguin et le chanteur Jacques Brel. Embarquons à la découverte de ces îles mythiques, pour un dépaysement absolu.

Un archipel polynésien pas comme les autres

Ne cherchez pas de lagon turquoise aux Marquises : il n'y en a pas. Contrairement aux îles des autres archipels de Polynésie française (par exemple Bora Bora), les Marquises sont dépourvues de barrière corallienne, et donc de lagon. La cause ? Les Marquises sont géologiquement plus jeunes, donc le corail n'a pas encore eu le temps de croître. Il faudra attendre quelques millions d'années encore...


 
Blocs de lave posés sur les eaux bleu cobalt du Pacifique, les îles Marquises ressemblent à des châteaux forts que l’on dirait sortis tout droit d’un conte fantastique : des aiguilles et des pics culminant à plus de 1 000 m, des hauts plateaux couverts d’épaisses forêts, des falaises battues par les déferlantes, des vallées impénétrables zébrées de cascades et des baies reculées et des cratères volcaniques en forme d’amphithéâtre.

Six îles habitées, à la personnalité affirmée

Nuku Hiva, Hiva Oa, Tahuata, Fatu Hiva, Ua Huka et Ua Pou. Les six îles habitées de l'archipel présentent chacune des caractéristiques différentes. Nuku Hiva, la plus visitée et la plus étendue, se distingue par son magnifique relief tourmenté. Hiva Oa, fertile et luxuriante, a inspiré Gauguin et Brel, qui s'y sont installés, et reposent dans le cimetière du Calvaire, sur les hauteurs du bourg d'Atuona. 

Changement de décor à Ua Huka, la moins arrosée, qui possède de vastes étendues désertiques, d'aspect lunaire. Ua Pou, avec ses 12 pics qui culminent à plus de 1 000 m d'altitude, affiche le profil le plus impressionnant. C'est également l'île la plus engagée dans la défense de la culture marquisienne traditionnelle (chants, sculpture, danses). Tahuata, la plus discrète (et la plus secrète) des Marquises, est réputée pour ses superbes plages de sable blanc. Fatu Hiva, accessible par bateau uniquement, a des airs de bout du monde et de paradis sauvage.


Des activités tournées vers la nature

Toutes les activités sont orientées vers l’écotourisme, à commencer par la randonnée pédestre. Accompagné d’un guide-naturaliste (il n’y a pas de sentiers balisés), on explore l’intérieur des îles, sur les crêtes volcaniques ou au fond des vallées, en profitant de points de vue saisissants. Les balades à cheval, faciles à organiser, sont également très prisées. On loue un 4x4 pour rejoindre des sites archéologiques et visiter des hameaux reculés. On fait une excursion en mer pour approcher des bancs de dauphins, et l’on pique-nique sur une plage. Pour les amateurs de plongée, les fonds sous-marins autour de Nuku Hiva réservent de belles surprises.


Un patrimoine archéologique exceptionnel

Les Marquises sont un véritable musée à ciel ouvert, avec d’importants vestiges archéologiques qui datent de la période pré-européenne. On trouve notamment des tikis (petites statues en pierre, qui ressemblent à celles de l’île de Pâques) ; des grands sites cérémoniels en forme d'esplanades de pierre, où étaient célébrés les rites ancestraux (sacrifices, fêtes religieuses, danses) ; et des pétroglyphes (pierres gravées). Parmi les sites plus spectaculaires : celui de Puamau, sur l'île de Hiva Oa, et celui de Hatiheu, sur l'île de Nuku Hiva. En les visitant, en partie cachés par d'imposants banians, on croirait revivre une scène des Aventuriers de l’Arche Perdue.


Une culture unique au sein de la Polynésie

Singulières, les Marquises le sont également par leur culture. La langue (le marquisien, distinct du tahitien), les danses traditionnelles, l’artisanat, les légendes, les tatouages, tout distingue cet archipel des autres îles de la Polynésie française. On visite les centres artisanaux dans lesquels les sculpteurs, réputés dans tout le Pacifique, exposent des objets magnifiques, en bois, en pierre ou en os. Certains touristes repartent avec un tatouage – les tatoueurs marquisiens passent pour les plus talentueux du Pacifique.


S'y rendre

- Paris-Papeete avec Air Tahiti Nui. Comptez 22 heures de trajet, avec une escale à Los Angeles. A partir de 1 712 € l'aller-retour. Au moins cinq vols par semaine.
- De Papeete, plusieurs vols par jour avec Air Tahiti pour Nuku Hiva et Hiva Oa, à partir de 590 € l'aller-retour.