1. Accueil
  2. Magazine
  3. Sports et activités
  4. Les plus hauts sommets du monde
Sports et activités

Les plus hauts sommets du monde

Mis à jour le : 16 décembre 2016

Carte

Mieux vaut être bien  préparé pour partir à l'assaut de ces sommets. Ces montagnes aux chiffres qui donnent le vertige donneront plus d'altitude, de longueur ou de rapidité à votre ascension.

1. 100 Montagnes célèbres (Japon)

Dans son livre 100 montagnes célèbres du Japon (1964), Fukada Kyūya dresse une liste des montagnes japonaises à la manière d'un esthète, choisissant les sommets non seulement pour leur altitude, mais aussi pour leur histoire, leur forme et leur caractère. Cette liste ne se voulait pas normative : l'illustre écrivain et alpiniste espérait que d'autres s'en inspireraient pour établir la leur et partir en faire l'ascension au cours de leur vie. Et pourtant, ses 100 sommets devinrent les 100 sommets à gravir et la quête montagnarde de prédilection au Japon. Puis on établit d'autres listes, celle des 200 montagnes célèbres, des 300 montagnes célèbres, et même des 100 montagnes remarquables par leur flore.
La liste des 100 montagnes célèbres est facilement accessible sur Internet, mais la référence reste le livre de Fukada Kyūya.

2. Les sommets de plus de 8 000 m

Le summum de l'alpinisme ? Sans doute gravir les 14 plus hautes montagnes au monde, toutes à plus de 8 000 m au-dessus du niveau de la mer, de l'Everest () au Shishapangma (8 027 m). Tous ces sommets se concentrent dans un petit espace entre le Népal, le Pakistan et la Chine, dans les chaînes de l'Himalaya et du Karakoram. L'ensemble fut d'abord conquis par le maître italien Reinhold Messner en 1986, puis par le Polonais Jerzy Kukuczka un an plus tard. En 2012, seuls 28 alpinistes avaient suivi leurs traces.
Pour en savoir plus, le site www.8000ers.com (en anglais) est une bonne référence.

3. Les Fourteeners (États-Unis)

Une montagne états-unienne est appelée fourteener lorsqu'elle atteint l'altitude de 14 000 pieds (4 267 m), et si son sommet est à au moins 300 pieds (environ 91 m) au-dessus de toute passerelle ou col. Le pays compte 88 fourteeners, mais le Colorado en réunit à lui seul 53 : si de rares alpinistes aspirent à les grimper en totalité, la majorité se concentrent sur ceux du Colorado. Certains les gravissent tous en été, ou tous en hiver, et chacun des sommets a déjà été descendu à ski.
Un site pratique pour s’organiser : www.14ers.com.

4. Les sept sommets

Les Sept sommets sont les points culminants des sept continents. Dans 6 cas sur 7, l'objectif du défi est clair : vous devrez escalader l'Everest (Asie), le Denali (Amérique du Nord), l'Aconcagua (Amérique du Sud), le Kilimandjaro (Afrique), l'Elbrouz (Europe) et le massif Vinson (Antarctique). En Australie, toutefois, le mont Kosciuszko (2 228 m) ne représente qu'une simple montée : la plupart des alpinistes étendent le concept de la liste à l'Australasie, préférant remplacer le mont Kosciuszko par le Puncak Jaya (ou pyramide Carstensz ; 4 884 m), en Papouasie-Occidentale. Comme près de 100 personnes, vous êtes venu à bout des Sept sommets ? Alors, vous pouvez toujours faire l'ascension des Sept deuxièmes sommets (les deuxièmes points les plus hauts de chaque continent), dont certains sont réputés plus difficiles.
Le site www.7summits.com est une mine d’informations sur les montagnes et leur ascension. 

5. Triple Crown of Hiking (États-Unis)

Rares sont les quêtes qui vous épuiseront autant que la Triple Crown of Hiking (Triple couronne de la randonnée), à savoir les trois plus longs chemins des États-Unis. Dans la Sierra Nevada et la chaîne des Cascades, le Pacific Crest Trail (chemin des Crêtes du Pacifique) longe l'ouest du pays ; l'escarpé et reculé Continental Divide Trail en traverse le cœur en suivant la fameuse ligne de partage des eaux, et l'Appalachian Trail (sentier des Appalaches) franchit 14 États à l'est. Au terme de ce triple exploit, vous aurez avalé près de 13 000 km : même au rythme honorable de 25 km/jour, cette randonnée aura duré presque 18 mois.
Ces sites Internet forment une triple couronne d’informations sur la Triple Crown : www.pcta.org ; www.cdtsociety.org et www.appalachiantrail.org.

6. 282 Munros (Écosse)

En 1891, sir Hugh Munro publia une liste des sommets écossais dépassant les 3 000 pieds (914 m) au-dessus du niveau de la mer (altitude à partir de laquelle on pouvait les considérer comme de « vraies » montagnes), réveillant une passion nationale pour la randonnée. Revue périodiquement, la liste affiche actuellement 282 munros qui font le bonheur des « munroïstes ». Le révérend A. E. Robertson fut le premier à les avoir tous gravis en 1901, et les munros furent tous escaladés de façon consécutive pour la première fois en 1974. En 2010, un seul « munroïste » avait exécuté le circuit en moins de 40 jours.
Le site du Scottish Mountaineering Club (Club d’alpinisme écossais ; www.smc.org.uk) comporte une liste exhaustive des munros.

7. 160 Abels (Australie)

Inspirée des munros, la liste des abels fut créée pour la Tasmanie en 1994 en l'honneur d'Abel Tasman, premier Européen à avoir découvert cet État insulaire australien. Chaque abel s'élève à au moins 1 100 m au-dessus du niveau de la mer et dépasse les montagnes attenantes d'au moins 150 m. Ces sommets sont au nombre de 160, et la majorité figurent parmi les plus célèbres de Tasmanie : le mont Cradle, le mont Wellington, le Frenchmans Cap ou le spectaculaire pic de la Fédération. Certains font l'objet de simples balades à pied (ou en voiture, pour le mont Wellington), là où d'autres requièrent des journées de marche rien que pour y accéder.
On a souvent surnommé la Tasmanie la “Suisse du Sud”, même si la comparaison avec l’Écosse est peut-être plus pertinente.

8. National Three Peaks Challenge (Royaume-Uni)

En bref : 3 pays, 3 montagnes, 24 heures. Les marcheurs entreprenant ce « Défi des trois sommets nationaux » (souvent pour récolter des fonds pour des œuvres caritatives) doivent faire l'ascension des points culminants d'Écosse (Ben Nevis, 1 344 m), d'Angleterre (Scafell Pike, 978 m) et du pays de Galles (mont Snowdon, 1 085 m) en une seule journée, qui les verra marcher l'équivalent d'un marathon et conduire sur quelque 750 km. Généralement, les marcheurs commencent par le Ben Nevis, poursuivent avec le Scafell Pike, et terminent par le mont Snowdon. Certains débutent et achèvent leur parcours aux parkings du point de départ, mais les puristes prennent le bord de mer comme point de départ (Fort William) et d'arrivée (Caernarfon).
Le site officiel du National Three Peaks Challenge : www.thethreepeakschallenge.co.uk.

9. 42 Km dans l'Everest (Népal)

Vous avez peut-être couru des marathons, mais avez-vous couru le plus haut marathon du monde ? Celui-ci n'a rien d'un trot dans les rues sur 3–4 heures : il faut 15 jours de trekking, avec 2 ascensions pour s'acclimater, rien que pour atteindre la ligne de départ, à presque 5 200 m d'altitude, à l'ombre de l'Everest. Ensuite, dans le froid d'une aube himalayenne, vos 42 km de course vers Namche Bazaar commenceront : près de 2 000 m de descente, avec cependant quelques escalades ardues. Étant donné la rudesse du terrain, la simple pratique du marathon sur route ne suffira pas : il vous faut une solide expérience en cross-country, en course de montagne ou en endurance.
Le marathon de l’Everest (www.everestmarathon.org.uk) a lieu en novembre.

10 Les 23 km du mt Kinabalu international Climbathon (Malaisie)

Vous rêvez de courir dans la plus haute montagne du Sud-Est asiatique ? Tous les ans en octobre dans l'État du Sabah (île de Bornéo), un marathon a pour cadre le mont Kinabalu (4 095 m) : depuis sa première édition en 1987, il suivait le chemin de randonnée sur plus de 2 200 m jusqu'au sommet, mais sa popularité l'a fait se déplacer vers un itinéraire plus long en 2012. Les compétiteurs parcourent désormais 23 km sans toutefois monter jusqu'au sommet : ils bifurquent à partir du Layang-Layang Hut (2 700 m). Le gagnant de 2012 a réalisé un temps d'un peu moins de 2 heures et 12 minutes.
Le site officiel du Climbathon : www.climbathon.my.
 


Paramètres des cookies