1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. Les 10 jardins les plus extraordinaires du monde
Idées de voyage

Les 10 jardins les plus extraordinaires du monde

Mis à jour le : 19 janvier 2017

Carte

Pour de nombreuses civilisations, le paradis a l’aspect d’un jardin, symbole de l’art de vivre, de la société du moment, de l’harmonie entre valeurs spirituelles et temporelles... Bienvenue dans ces jardins extraordinaires !

1. Jardins du Generalife, Grenade (Espagne)

C’est à ses fontaines que l’Alhambra de Grenade (Andalousie) doit une partie de sa beauté – dans la culture islamique, l’eau pure associée à l’art du paysage incarnait le paradis, l’harmonie suprême réservée aux personnes vertueuses. Construit sur une colline audessus de la célèbre ville fortifiée, le Generalife était le palais d’Été des émirs. Ses jardins composent un havre paisible, bercé par le bruit de jets d’eau tombant dans un petit canal. Les allées sont bordées de cyprès, de haies, de parterres fleuris et de potagers. De la terrasse couverte de lierre, le regard plonge sur toute la vallée en contrebas.
Le billet pour l’Alhambra coûte 13 €, mais on peut visiter le Generalife seul pour 7 €. Mieux vaut acheter les billets à l’avance.

2. Ryoan-ji, Kyoto (Japon)

Les jardins du “temple du Dragon paisible” de Kyoto (Japon) (un site classé au patrimoine mondial) sont pleins de charme, avec leur lac parsemé d’îles, leur maison de thé et leurs fleurs. Mais c’est le “jardin sec” – un jardin zen classique constitué de graviers scrupuleusement ratissés et de rocs couverts de mousse – qui fait leur succès. Ses quinze rochers sont agencés de telle manière que l’on ne peut en voir que quatorze en même temps, à moins de parvenir à l’éveil. Un conseil : étudiez l’espace séparant les rocs – la clé du secret, paraît-il.
La foule qui se presse sur la plate-forme d’observation n’est pas propice à la méditation. Venez de préférence en début de matinée et en semaine.
 

Ryoan-Ji, Japon. rc!

3. Jardins botaniques de Huntington, Los Angeles (États-Unis)

Le magnat des affaires Henry E. Huntington sut faire bon usage de son argent. À quelques kilomètres seulement de Los Angeles, Huntington, dans la vallée de San Gabriel, regroupe une bibliothèque de recherches et une collection artistique exceptionnelles. Autre trésor : des jardins botaniques, créés en 1903 autour d’un ranch. Avec plus de 14 000 espèces réparties dans quatorze jardins séparés, c’est l’une des plus impressionnantes collections végétales des États-Unis. Ses joyaux comptent une roseraie, un jardin exotique, un Shakespeare’s Garden (il regrouperait les plantes mentionnées par le dramaturge), un jardin japonais, un jardin du désert, un jardin des enfants ou encore un réseau de bassins couverts de nénuphars... Une merveille !
Découvrez les jardins, apprenez quelques secrets sur les plantes et préparez votre visite sur www.huntington.org.

4. Jardins de Monet, Giverny (France)

Le hameau de Giverny, à la limite de l’Île-de-France et de la Normandie, est incontournable pour les amateurs de l’impressionnisme et ceux qui aiment l’art paysager. Claude Monet vécut ici de 1883 à sa mort, en 1926. Devant sa maison rose, il fit aménager un jardin fleuri, Le Clos Normand, et plus loin un jardin d’eau, influencé par l’art japonisant – le peintre possédait une belle collection d’estampes, encore visible dans sa maison. Véritable source d’inspiration, le jardin d’eau avec ses nymphéas (nénuphars) et son pont japonais est à l’origine des merveilleux Nymphéas – visibles aujourd’hui au musée de l’Orangerie à Paris et dans plusieurs autres musées au monde. Pour retrouver au mieux la lumière et les couleurs des toiles, venez parcourir le jardin au printemps.
Envie de passer la nuit sur place ? Rendez-vous à La Musardière (www.lamusardiere. fr), où aurait séjourné Monet. Voir aussi le site www.fondation-monet.fr.


Jardins de Monet, France. mat's eye

5. Keukenhof, Lisse (Pays-Bas)

Vous devrez programmer soigneusement la visite de ce jardin, qui n’est ouvert chaque année que de mars à mai, durant la période de floraison. C’est un hommage au printemps qui s’exprime à travers ses plantations de bulbes joliment agencées. Aménagé sur 32 ha, le Keukenhof (Pays-Bas) réunit un parc de sculptures contemporaines, un lac (balades en bateau), un bois, un carillon et 4,5 millions de tulipes (sur 7 millions de fleurs à bulbe !) dans un décor chatoyant. Des narcisses et des jacinthes côtoient les tulipes, mais aussi des campanules, dont les parterres ondoyants ressemblent à des rivières. Le parc est environné de champs de fleurs, à découvrir à vélo (location possible). Un lieu revigorant après la rudesse de l’hiver !
Les dates d’ouverture exactes sont indiquées sur www.keukenhof.nl/fr/, ainsi que l’itinéraire jusqu’à Lisse depuis Amsterdam.


Keukenhof, Pays-Bas. Toni Almodóvar Escuder

6. Palais d’Été, Beijing (Chine)

Les “jardins de l’Harmonie préservée” ont été aménagés pour servir de retraite aux empereurs désireux de fuir la fournaise de la Cité interdite. De nos jours, le parc est apprécié des habitants et des touristes. Au centre, la colline de la Longévité a été érigée avec la terre excavée du lac de Kunming, un lac artificiel qui reste l’élément principal du jardin : ses trois îles évoquent celles où auraient vécu les Huit Immortels, des divinités populaires. À la lisière du lac, le bateau en marbre est l’oeuvre de l’impératrice douairière Cixi, peu aimée pour sa dilapidation de l’argent public. Parsemé de rocailles, de pavillons, de temples et de bassins, le jardin est un bel exemple de l’art paysager chinois classique, plein de symboles.
Le palais d’Été est à 30 minutes de taxi de Beijing (Pékin) ; vous pouvez aussi prendre le métro jusqu’à Wudaokou. 

7. Jardin botanique national de Kirstenbosch, Le Cap (Afrique du Sud)

Ce qui différencie Kirstenbosch (Le Cap, Afrique du Sud) des autres jardins botaniques ? Sa situation exceptionnelle, au pied de la Mountain Table (montagne de la Table), et sa collection : il s’agit du premier jardin botanique du monde à se concentrer sur la flore native d’un pays. Réputé pour sa présentation du fynbos et ses protéacées, il renferme aujourd’hui plus de 7 000 espèces en extérieur et sous serre. Autre attrait : une exposition permanente de sculptures en pierre de style zimbabwéen. Si vous souhaitez découvrir des contrées plus sauvages, prenez l’un des nombreux sentiers qui parcourent la montagne.
Le jardin est ouvert tous les jours de 8h à 19h en été et de 8h à 18h en hiver.

8. Jardins du château de Versailles (France)

Tout le faste du Roi-Soleil imprègne les jardins de Versailles ! Leur agencement ”à la française“ ne doit rien au hasard : l’art paysager était alors considéré comme un symbole du pouvoir royal, glorifiant la victoire de l’ordre sur une nature indisciplinée ! C’est en 1661 que Louis XIV charge André Le Nôtre de l’aménagement des jardins, auxquels il accorde la plus grande attention. Parmi les joyaux de ce jardin du Grand Siècle, où l’eau tient une grande place, figurent les parterres, les nombreux bassins, bosquets (comme celui des bains d’Apollon) et fontaines, ou encore l’Orangerie (due à Jules Hardouin-Mansart) et le Grand Canal.
D’avril à octobre, ne manquez pas les Grandes Eaux et les jardins musicaux. Voir aussi le site www.chateauversailles.fr/jardins-parc.


Jardins du château de Versailles, France. Photogra Fer

9. Jardins du château de Sissinghurst (angleterre)

Les jardins de Sissinghurst, dans le Kent (Angleterre), sont l’oeuvre bien-aimée de Vita Sackville-West, une poétesse proche du groupe de Bloomsbury dans les années 1930, amie de Virginia Woolf et de son époux Harold Nicolson. Le jardin regroupe dix espaces fermés par des haies, à l’atmosphère intimiste – les “pièces” ou “jardins dans le jardin”. Chaque “pièce” révèle une ambiance et des couleurs différentes : il existe ainsi le jardin blanc, le jardin des roses, etc. Les vestiges d’un château médiéval forment le point central du parc. Détail gourmand : le restaurant cuisine les produits du potager.
Le village de Sissinghurst se trouve sur la route de Biddenden, près de Cranbook. Comptez 20 minutes de marche depuis l’arrêt de bus ou venez en voiture.

10. Isola Bella (Italie)

En 1632, un comte de la famille Borromée entreprit de transformer l’un des deux îlots rocheux du lac Majeur (Lago Maggiore) en “folie” dédiée à son épouse, Isabella. Encore aujourd’hui, la villa baroque qui domine l’île et ses luxuriants jardins, aménagés en terrasses autour d’une licorne, fascinent les visiteurs. De longues perspectives, bordées de statues, s’évanouissent dans un paysage lacustre et montagneux, tandis que les camélias, les magnolias, les azalées et les rhododendrons se succèdent en cascades jusqu’à la rive.
La traversée en ferry de Stresa à Isola Bella, qui donne à voir l’ensemble de cette “folie”, contribue au plaisir de la visite.
 

1000 choses à voir

De l'inspiration pour vos voyages dans le livre 1000 choses à voir dans le monde publié chez Lonely Planet. 

 
Photo Isola Bella : Lago Manggiore Meeting Industry


Paramètres des cookies