1. Accueil
  2. Magazine
  3. France
  4. France : 10 morceaux d'histoire outre-mer
France

France : 10 morceaux d'histoire outre-mer

Carte

L'histoire de France ne s'est pas faite qu'en métropole. Les territoires d'outre-mer témoignent du passé tumultueux de l'ancien empire colonial. Des visites indispensables si vous y passez vos vacances.
 

1. Bâtiments historiques de Saint-Pierre (Réunion)

Retrouvez les riches heures de la Compagnie des Indes à Saint-Pierre, la grande ville du sud de La Réunion. En flânant dans le centre, on découvre des bâtiments qui racontent le passé colonial et commerçant de l'île, notamment l'hôtel de ville, installé dans un ancien grenier à café. Un peu plus loin, l'entrepôt Kerveguen était utilisé pour le stockage des denrées alimentaires. La principale artère commerçante, la rue des Bons-Enfants, abrite la médiathèque Raphaël-Barquissau. Après avoir servi de collège pour garçons, cet ancien magasin de la Compagnie des Indes accueille aujourd'hui de belles expositions.
Des visites guidées de la ville sur le thème du patrimoine architectural sont organisées par l'office du tourisme (www.sud.reunion.fr).
 
 

2. Cimetière marin, Saint-Paul (Réunion)

En flânant dans les allées du cimetière marin de Saint-Paul, on découvre d'étonnantes tranches d'histoire de La Réunion. Naufragés, membres d'éminentes familles insulaires (comme les Desbassyns) et écrivains (dont les poètes Leconte de Lisle et Eugène Dayot) y ont leur dernière demeure. À l'entrée s'élève la tombe d'Alexandre Monnet, évangélisateur et abolitionniste, qui vécut à La Réunion au XIXe siècle. La sépulture la plus visitée est celle dite d'Olivier Levasseur, surnommé « la Buse », un pirate originaire de Calais, qui se distingua en 1721 en prenant à l'abordage un navire portugais dans la rade de Saint-Denis.
Pendu en 1730, Olivier Levasseur a emporté dans la tombe un grand secret : le lieu où était caché son butin.


 
 

3. Fort Téremba (Nouvelle-Calédonie)

Un pan de l'histoire du peuplement de la Nouvelle-Calédonie se dévoile au fort Téremba à Moindou, sur la côte ouest de l'île de la Grande Terre. Construit en 1871 sur un plateau surplombant le lagon, ce fort a connu plusieurs affectations : il fut d'abord quartier général pour les militaires français en conflit avec les tribus kanak, puis pénitencier jusqu'à la fin des années 1890. Entièrement restauré, c'est aujourd'hui un musée passionnant, qui retrace la présence française sur le « Caillou ». À l'extérieur, un parcours d'interprétation fait découvrir les principaux vestiges du fort : les cuisines, la salle à manger des officiers, la tour de guet, la poudrière…
Chaque année en novembre, le fort accueille un spectacle son et lumière qui rassemble une centaine de figurants en costumes d'époque (www.fort-teremba.com).


 
 

4. Îles du Salut (Guyane)

L'une des pages les moins glorieuses de l'histoire de France s'est écrite aux îles du Salut, face à Kourou. De 1852 à 1946, cet archipel aux allures paradisiaques fut le site d'un bagne connu pour ses conditions de détention particulièrement inhumaines. Des prisonniers célèbres, dont Guillaume Seznec et le capitaine Dreyfus, y furent incarcérés. Aujourd'hui, la visite des installations pénitentiaires constitue un moment poignant lors d'un séjour en Guyane. On y découvre les quartiers des surveillants, les cellules, l'église, la maison du directeur et l'hôpital.
Il est même possible de loger dans d'anciens bâtiments du bagne, réaménagés en auberge (www.ilesdusalut.com).


 
 

5. Centre spatial de Kourou (Guyane)

L'année 1964 marque un tournant dans l'histoire de la Guyane : les autorités françaises décident d'implanter le Centre spatial européen à Kourou, à 55 km à l'ouest de Cayenne. L'activité spatiale a bouleversé l'ensemble de l'économie locale grâce à de grands travaux d'infrastructures. La physionomie du petit village de pêcheurs qu'était Kourou s'est rapidement modifiée, avec l'afflux d'une importante main-d'œuvre locale et européenne. Le premier lancement d'une fusée est réalisé en 1968, mais c'est surtout le programme Ariane, à partir de 1979, qui fait de Kourou une base spatiale de premier ordre… et un haut lieu touristique.
On peut visiter les installations du Centre spatial guyanais (www.cnes-csg.fr) et assister gratuitement au lancement d'une fusée (environ huit tirs par an).


 
 

6. Cimetière du Calvaire, Atuona (Marquises, Polynésie française)

Les destins du peintre Paul Gauguin et de l'auteur-compositeur-interprète Jacques Brel se sont croisés à Atuona, sur l'île marquisienne de Hiva Oa. Gauguin s'y installa à la fin du XIXe siècle pour calmer les tourments de son âme. Brel, malade, fit de même en 1975, en compagnie de sa compagne Maddly, après un tour du monde en voilier. Ni Gauguin ni Brel n'en repartirent, séduits par la sérénité des lieux. Tous deux reposent au cimetière du Calvaire, sur les hauteurs du bourg. Sur l'avant de la tombe de Gauguin est enchâssé un galet gravé de l'inscription « Paul Gauguin 1903 ». Sur l'arrière veille la réplique d'une petite statue qui représente une femme.
Visitez l'Espace culturel Paul-Gauguin et le Centre Jacques-Brel à Atuona, qui retracent la vie des deux artistes.


 
 

7. Habitation Murat (Marie-Galante, Guadeloupe)

De loin, on dirait un château du Bordelais… Rien mieux que cette ancienne maison de maître du début du XIXe siècle, construite en pierre de taille, ne raconte le passé sucrier et colonial de la Guadeloupe. Aujourd'hui aménagé en écomusée, ce grand domaine entouré de champs de canne fut l'une des plus importantes plantations de l'île et compta jusqu'à 300 esclaves. Les visiteurs découvrent les ruines de la maison principale, celles du moulin à vent (1814) et de la sucrerie, avant de flâner dans le parc, agrémenté de plantes médicinales.
L'habitation Murat possède un centre de documentation et accueille également des expositions.


 
 

8. Baie de Matavai (Tahiti, Polynésie française)

Louis Antoine de Bougainville, le premier grand explorateur français dans le Pacifique, débarqua à Tahiti en 1768, à la tête d'une flotte de deux navires, La Boudeuse et L'Étoile. Ils jetèrent l'ancre dans la baie de Matavai et à Hitiaa, à Tahiti, pendant 9 jours. Bougainville revendiqua Tahiti au nom de la France et baptisa l'île « Nouvelle-Cythère ». Ce bref séjour bouleversa l'histoire des idées. Le récit du séjour idyllique de Bougainville inspira la vision du « bon sauvage » et du paradis terrestre que développèrent les philosophes du XVIIIe siècle. Il témoignait d'un climat d'une grande douceur, d'une nature luxuriante et de superbes vahinés légèrement vêtues.
Une stèle commémorative en hommage à Bougainville se trouve à l'entrée du village de Hitiaa, à Tahiti.
 
 

9. Musée Schœlcher, Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)

Victor Schœlcher (1804–1893) a marqué l'histoire des colonies françaises. Nommé sous-secrétaire d'État aux Colonies le 5 mars 1848, il fit adopter le décret d'abolition de l'esclavage, le 27 avril de la même année. À Pointe-à-Pitre, un musée lui est consacré. Installé dans une magnifique maison coloniale dotée d'une façade rose à moulures, ce musée expose ses objets personnels, des dons de sa collection privée (porcelaines, figurines, statuettes, estampes) ainsi que des gravures et des documents relatifs à l'époque de l'esclavage.
La mémoire de Schœlcher est également honorée à Fort-de-France (Martinique), à la bibliothèque qui porte son nom, et rassemble des ouvrages qu'il a légués.


 
 

10. Musée Héritage, Saint-Pierre (Saint-Pierre-et-Miquelon)

À l'intérieur d'un bâtiment bicentenaire, le musée Héritage retrace l'histoire de ce minuscule archipel français en Amérique du Nord. À travers des expositions, des objets, des documents répartis dans dix salles, il évoque l'évolution sociale, économique et religieuse de Saint-Pierre-et-Miquelon. Les visiteurs découvrent l'ambiance d'une salle de classe, la grande épopée de la pêche, l'évolution des infrastructures médicales et sanitaires, et l'installation des sœurs de Saint-Joseph de Cluny, arrivées à Saint-Pierre en 1826.
Retrouvez l'histoire du bâtiment qui héberge le musée sur www.musee-heritage.fr