1. Accueil
  2. Magazine
  3. Cuisine
  4. Comment manger japonais sans manger de sushis
Cuisine

Comment manger japonais sans manger de sushis

Mis à jour le : 27 juin 2019

Carte

Vous passez des vacances au Japon. En deux jours, vous avez mangé plus de sushis que depuis votre naissance et vous avez l’impression de vous métamorphoser progressivement en poisson cru. Il est temps de faire comme les japonais et de tester ces spectaculaires spécialités nippones, sans la moindre trace de sashimi à l’horizon.

Tempura

Si votre seule connaissance des tempuras se limite à des crevettes reconstituées, noyées dans une pâte grasse et accompagnées d’une sauce pimentée bien liquide, préparez-vous à un vrai régal. La meilleure variété japonaise se compose de crevettes charnues, de tendre tofu et de légumes verts tels les gombos et les algues, le tout enrobé d’une pâte moelleuse et servi avec une soupe. Pour un bon avant-goût, testez le marché aux poissons de Tsukiji à Tokyo. À défaut, si vous envisagez d’aller sur l’île de Honshu poussez la porte du minuscule Tenkin, à Hamamatsu, dans la préfecture de Shizuoka. Le propriétaire y sert de délicieuses tempuras depuis 40 ans et tient absolument à enrober chaque beignet de la dose de pâte adéquate, au point de plonger directement ses mains enfarinées dans l’huile bouillante.

Shabu shabu

Aux antipodes de la pesante version européenne, la fondue japonaise, ou shabu shabu, est uniquement affaire d’ingrédients frais et de cuisine saine. Trempez de fins tranches de viande dans un bouillon chaud composé notamment de chou et de nori (algues comestibles), et servie avec une montagne de riz. Testez la fondue hebdomadaire du 1166 Hostel, à Nagano, qui permet de goûter plusieurs variantes pour environ 600-800 ¥.


Okonomiyaki 

On difficilement se tromper avec cette spécialité d'Osaka (Kansai) et d'Hiroshima, qui se traduit approximativement par “ce qui vous plaît”. Il s’agit grosso modo d’une omelette - voire d’une “pizza japonaise” - grillée devant vous et garnie de divers ingrédients comme le poulpe, les légumes, le fromage et le wasabi. L’ensemble est ensuite coiffé d’un habile mélange d’otafuku (sorte de sauce Worcestershire) et de mayonnaise, puis saupoudré de copeaux de poisson séché. Comparez la variante d’Osaka, qui mélange les ingrédients pour former un plat de style omelette, avec celle d’Hiroshima, plus au sud, dont la garniture et la pâte sont cuites séparément avant d’être étalées sur un lit de nouilles udon.

Gyoza

Nés dans l’empire du Milieu, les succulents raviolis que vous savourerez au Japon sont pourtant à des années-lumière de leurs homologues chinois. Plus légers et moins gras, fins et parfaitement dessinés, ils sont garnis de légumes, de calmar et de poulpe, puis magnifiquement présentés avec des sauces à tremper et de petits légumes de saison macérés dans du vinaigre. Ralliez le bien nommé Gyōza Centre à Gora, dans la région de Hakone, pour respirer l’air pur du mont Fuji et déguster ces délicieux raviolis, avant de visiter le merveilleux musée en plein air de Hakone.


Soupes de nouilles

Il y a de bonnes chances que vous mangiez au moins une fois de la soupe de nouilles au cours de votre séjour japonais. Ces incontournables bouillons, que l’on avale souvent dans les gares ou debout dans des restaurants, constituent une façon abordable et roborative de se restaurer lorsque l’on visite le pays. Pour profiter d’un repas riche en saveurs et d’un excellent poste d’observation, asseyez-vous et commandez un bol de nouilles fumant, avec lamelles de porc, tofu liquide, germes de soja et légumes, dans le secteur de Shin-Umeda Shokudo-gai, tout près de la gare d’Osaka.

Yakitori

Si tous ces bouillons, ces nouilles et ce riz vous ont donné une soudaine envie de viande, le yakitori n’est pas le plus mauvais choix. Ces boulettes de viande - de foie ou de poulet généralement - sont enfilées sur des brochettes de bambou, avant d’être grillées au charbon de bois. Yūrakuchō Yakitori, à Tokyo, compte divers stands à yakitori servant bières et brochettes à petits prix à une clientèle sortant du travail.

Huîtres de Miyajima

Si vous rêvez de poisson mais ne supportez plus la chair crue, gagnez l’île de Miyajima (Itsukushima), à l'ouest de Honshu. En voyant ces énormes huîtres grésiller sous le feu du charbon de bois, vous vous demanderez ce qui vous a pris un jour de vouloir cuire des hamburgers au barbecue. Allez à Miyajima - à environ une heure d’Hiroshima - pour la fête annuelle de l’huître en février, qui voit le prix du mollusque chuter de manière spectaculaire.Plus de conseils pour voyager au Japon comme un habitant Cet article a été intialement publié sur lonelyplanet.com et écrit par Keeley Bolger


Vizeat
Paramètres des cookies