1. Accueil
  2. Magazine
  3. Artisanat, expériences culinaires et ingrédients traditionnels de Kobe à Kagawa
Cuisine

Artisanat, expériences culinaires et ingrédients traditionnels de Kobe à Kagawa

Texte par

Elisabeth Blanchet

Mis à jour le : 16 mars 2021

Carte

Découvrez le Japon par ses traditions et tout particulièrement ses trésors gastronomiques liés au fameux Washoku, la philosophie culinaire japonaise, classée patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'UNESCO. De Kobé à la préfecture de Kagawa, vous plongerez non seulement dans la culture culinaire traditionnelle de Kobé et des îles de Shikoku et Shodoshima mais aussi dans l’artisanat et les ingrédients qui vont avec. Voyage riche en expériences sensorielles et gustatives inédites, de la dégustation du bœuf de Kobé, de sauces soja délicieuses sur Shodoshima, de petits déjeuners énergétiques dans le parc idyllique de Ritsurin, à la fabrication de nouilles en passant par celle de baguettes pour les déguster !
 

Kobé, côté bœufs et cuirs

Le bœuf de Kobé, c’est le graal des carnivores, une viande dont les méthodes d’élevage sont exclusives et ancestrales et relèvent presque de l’art ! Elevés dans la préfecture de Hyogo, face à la mer, les bœufs sont nourris pendant plus de 7 mois au lait et à l’herbe. Les plus belles bêtes sont ensuite nourries d’aliments à base de riz et de bière pendant 2 ans. Pour réduire le stress des animaux, ils sont élevés dans un espace toujours propre et calme où les éleveurs veillent à ce qu’ils aient toujours le ventre plein pour bien dormir, où on leur parle à voix basse, où on les déplace délicatement, où l’on veille à ce qu’ils ne tombent jamais malades. Pour goûter à cette viande tendre et persillée, privilégiez le restaurant Kawamura à Kobé. Au-delà de cette viande exceptionnelle qui fut réservée à l’empereur et à son entourage jusqu’en 1868, le bœuf de Kobé commence aussi à être connu pour son cuir. Des designers et des marques se sont regroupés en une coopérative, la Kobe Leather Cooperative, basée à Kobé, pour promouvoir leurs produits, vêtements et chaussures fabriqués dans ce cuir aussi unique que la viande.

kiku-masamune_sake_brewing_taru_sake_meister_factory.jpg

Au cœur la distillerie de saké Kiku Masamune

Le saké de Kobé : du fût à la dégustation

Toujours à Kobé, faites un tour à la distillerie de saké Kiku Masamune. Cette dernière fut créée en pleine ère Edo en 1659. Depuis 350 ans, elle utilise les mêmes méthodes de fabrication du fameux breuvage national. Découvrez-les en visitant la distillerie et particulièrement l’atelier de fabrication des fûts en cèdre. Les artisans travaillent sous vos yeux et vous apprendrez que la marque Kiku Masamune n’utilise les bouteilles en verre pour commercialiser son saké que depuis 50 ans, privilégiant le fût jusqu’au dernier moment ! Finissez en beauté par une visite du petit musée et forcément par une dégustation de saké, accompagnée d’une succulente crème glacée, au saké bien sûr. Ne quittez pas Kobé sans un passage détente dans la petite ville thermale d’Arima Onsen où jaillit, au pied du mont Rokko, une des plus anciennes sources d’eau chaude du Japon. Faites le tour des cinq points de sources chaudes et baignez-vous pour profiter des vertus de ces eaux particulièrement recommandées pour les rhumatismes, les plaies et l’hypertension.

making_a_barrel_-_taru_sake_meister_factory.jpg

Assistez à la fabrication de fûts en bois de cèdre

Shodoshima, l’île des olives et de la sauce soja

De Kobé, cap sur l’île Shodoshima, dans la mer intérieure de Seto. Connue pour ses îles devenues lieux d’exposition d’art contemporain notamment lors de la Triennale de Setouchi, elle est parsemée de près de 700 îles qui cachent bien des trésors. D’ailleurs, on vous conseille de faire le voyage Kobé-Shodoshima en Jumbo Ferry, dont le pont supérieur offre une vue magnifique sur cette petite mer. Même si Shodoshima signifie « l’île aux petits haricots », on la surnomme « l’île aux olives » car c’est là qu’est produite la grande majorité des olives du Japon depuis plus d’un siècle. Profitez de son climat méditerranéen en vous baladant dans le Jardin des Oliviers, une oliveraie qui abrite une fabrique d’huile d’olive, un restaurant et une galerie d’art, la Galerie des Lumières. Et si le bœuf de Kobé vous manque déjà, goûtez le bœuf Wagyu nourri à l’olive de Shodoshima. Comme son nom l'indique, il est nourri, entre autres, de restes des olives après extraction de l’huile. L'île abrite aussi d’autres perles culinaires telles que les sauces soja de l’entreprise Yamaroku. Cette dernière perpétue la tradition de l’utilisation des cuves en bois de cèdre - parfois vieilles de plus de 150 ans - pour la fermentation du soja, ce qui donne un goût unique aux sauces telles que la soy sauce Kikubishio ou encore la Tsurubishio. La visite de l’entreprise, pleine d’odeurs et de saveurs, vous mettra en appétit…

yamaroku_soy_sauce_vanilla_ice_cream.jpg

Glace vanille et sauce soja : une association étonnante !

Apprendre à faire des nouilles sur Shodoshima

… Un appétit que vous pourrez satisfaire en dégustant des nouilles bien assaisonnées, et pas n’importe lesquelles, puisque vous les aurez fabriquées vous-même à la Nakabuan Sōmen Factory. Comme son nom l’indique, il s’agit de nouilles de Sōmen, très fines et blanches, faites à base de farine de blé et aromatisées à l’huile de sésame. Pour vous initier à leur fabrication et apprécier leur dégustation, la Nakabuan Sōmen Factory  propose des ateliers « partage de sōmen  à l’aide de baguettes ». Faites aussi un petit tour à la boutique de la fabrique qui propose des produits locaux dont le fameux sōmen qui vous permettra de réitérer l’expérience de fabrication de retour chez vous. Et pour aller jusqu’au bout de l’expérience traditionnelle, dormez à la Mari Guest House, une minshuku - chambres d’hôtes - charmante avec onsen.
 

Des nouilles aux baguettes au café Natsuro à Takamatsu

Quittez Shodoshima pour l’île de Shikoku et la ville de Takamatsu, capitale de la préfecture de Kagawa. A Natsuro, entrez dans le café situé dans le musée de l'art de la laque Sanuki, en plein cœur de la ville au nœud ferroviaire où les navetteurs entre l’est et l’ouest de la préfecture se croisent. Vous n’entrerez pas seulement pour un café mais pour découvrir le travail de la laque à l’ancienne. Dans ce petit musée inattendu, vous longerez d’interminables rangées de bols, d’assiettes et de plats laqués exposées sous de belles lumières douces. La surprise ne s’arrête pas là puisqu’on vous proposera de créer vos propres baguettes en les peignant à la laque, suivant la méthode traditionnelle. Une belle introduction à un travail minutieux et délicat. Et en bonus, des baguettes uniques et personnalisées à emporter dans vos bagages.

baguettes.jpg

On adore l'idée de pouvoir personnaliser ses propres baguettes !

Balade matinale, petit déjeuner et yoga au parc Ritsurin à Takamatsu

Toujours en plein centre de Takamatsu, échappez-vous de la circulation et du fourmillement de la ville pour prendre un grand bol d’air au parc Ritsurin, l’un des plus beaux jardins du pays. Trésor National du Japon depuis 1953, ce parc vieux de 4 siècles adossé au Mont Shiun bénéficie aussi du label « Paysage Exceptionnel » et on comprend pourquoi ! On s’y promène au cœur d’un dégradé de verts et d’arbres qui se réfléchissent dans les étangs. Dans ce paradis zen de verdure et de végétation paisiblement installée depuis 400 ans, la ville semble à des années-lumière. Baladez-vous dans le parc au petit matin quand la nature se réveille - le parc ouvre à 5h30 du matin d’avril à septembre ! - et prenez un petit-déjeuner au gruau de riz au restaurant du parc, le Hanazono-tei. Vous pourrez goûter à un repas typique à la fois diététique et énergétique composé de bouillie de riz, de patates douces mijotées, de poisson grillé, d’haricots à la sauce soja, de « tsukudani » de pétasite, de douceurs au sucre « wasanbon » de la région et de légumes vinaigrés. Terminez votre visite zen du parc Ritsurin par quelques mouvements de yoga face au Mont Shiun, votre journée ne pourra être qu’ensoleillée !

ritsurin_park_1.jpg

Le parc Ritsurin est l’un des plus beaux jardins du Japon

La préfecture de Kagawa ou la « préfecture des Udon »

Pour finir votre périple Kobé-Kagawa en beauté, en saveurs et en savoir-faire, rendez-vous à l’atelier de nouilles Sanuki Udon qui s’appelle "Sanuki Mengyo" - Sanuki étant l’ancien nom de Kagawa -. Vous y découvrirez un autre patrimoine culinaire national, celui des udon, des nouilles à base de farine de blé. Mais pas n’importe lesquelles puisqu’il s’agit du fruit du travail de Maasaki Kagawa, expert en udon. A force de persévérance, ce dernier a réussi à produire les fameuses nouilles à partir de farine de blé locale - plutôt qu’à partir de celle venant d’Australie utilisée pendant des décennies -. Ce maître-es-udon, issu d’une famille dans le métier, aime partager son savoir et organise des ateliers de fabrication de ses nouilles que certains chefs de renommée internationale qualifient de meilleures du Japon. Alors mettez la main à la pâte, puis dégustez ! 

udon.jpg

Les fameuses nouilles udon, à base de farine de blé


Pour tout renseignement concernant les modalités de voyage au Japon, consultez www.japan.travel/en/coronavirus
Kobe est accessible depuis Tokyo en 3 heures de train à grande vitesse. Depuis l’Aéroport international du Kansai, vous pourrez également vous y rendre en 30 minutes de bateau via le Bay Shuttle ou en 2 heures de train.
Pour vous rendre à Shodoshima /Takamatsu, le Jumbo Ferry propose 4 départs par jour dans le sens Kobe-Takamatsu et s’arrête à Shodoshima deux fois par jours.
De Kobe à Shodoshima : comptez environ 3 heures
De Kobe à Takamatsu : comptez environ 4 heures
Pour consulter les horaires et connaître les tarifs, retrouvez toutes les informations pratiques ici.



Article sponsorisé



Vizeat