1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. 7 balades en bateau inoubliables en France et en Europe
Idées de voyage

7 balades en bateau inoubliables en France et en Europe

Mis à jour le : 9 février 2018

Carte

Visiter une région via ses fleuves et rivières offre une perspective unique sur les paysages traversés. Voici dix promenades fluviales à ne pas manquer en Europe

1. La lagune de Venise

C’est bien connu, découvrir la cité des doges du point de vue de ses canaux est la plus envoûtante façon de s’imprégner de l’atmosphère de la Sérénissime. Véritable émiettement d’archipels et de petites îles – 118 au total – au centre d’une lagune de 550 km², Venise paraît avoir été posée sur les eaux de son spacieux bassin adriatique par un dieu raffiné… et retors. Pour le lacis de ses 177 canaux, mais aussi pour la fragilité de son milieu, dont les plus grandes crues laissent craindre la disparition de Venise sous l’eau, tel un rêve évanescent. La navigation est paisible dans la lagune, où l’on n’a guère à craindre que les courants de marée ; dans la ville, il vous faudra faire attention à rester à l’intérieur des poteaux balisant les canaux… et ne pas oublier que les gondoles ont toujours la priorité !
Nul besoin d’immatriculation pour les bateaux à voile rentrant dans la lagune ; en revanche, depuis 2002, une plaque vénitienne est nécessaire pour les bateaux à moteur (il est possible d’en faire réaliser une provisoire).

2. La Saône en Bourgogne

La Saône a pour elle une faible pente, un débit assez élevé et une longueur (482 km) qui en font un bief admirablement navigable. Mais ne songez surtout pas à mettre artificiellement de la vitesse sur cette rivière qui invite avant tout à la flânerie. Navigable à partir de Corre (Franche-Comté), la Saône est jusqu’à Auxonne une séduisante et sinueuse rivière vosgienne ; en aval d’Auxonne, elle prend de l’ampleur et son rythme devient proprement épicurien. L’on fait davantage que passer par Saint-Jean-de-Losne, Chalon-sur-Saône et Mâcon : l’on s’y arrête pour se régaler d’escargots arrosés du vin dont on a vu les coteaux défiler tantôt, l’on enchaîne sur un poulet de Bresse ou un bœuf charolais, l’on termine beauté par un chevreton de Mâcon et des chocolats au marc de Bourgogne… Et pour finir ? Une navigation digestive.
La Bourgogne, avec ses 1000 km navigables, est une destination de choix pour le tourisme fluvial. Le site www.bourgogne-tourisme.com vous aidera à organiser votre séjour.

3. Le canal de Nantes à Brest

A l’ouest, tout à l’ouest de la France, la volonté politique de connecter la Loire à la rade de Brest remonte au XVIe siècle, mais c’est un ouvrage doublement impérial qui reliera enfin Nantes à la cité du Ponant : entre le lancement des travaux par Napoléon et son inauguration par Napoléon III, le canal aura mis plus d’un demi-siècle à voir le jour. Domptant huit cours d’eau et permettant aux navires de franchir un dénivelé de 555 mètres au moyen de 236 écluses, cette voie navigable qui fit la prospérité des transporteurs d’engrais et d’ardoises permet aujourd’hui de découvrir l’intérieur du Morbihan et du Finistère au fil de l’eau, en kayak ou en vélo.
Le chemin de halage, macadamisé sur tout le tiers finistérien, offre aux cyclistes une voie praticable sur la totalité des 360 km évoluant au milieu des vallons bretons, avec une pause méritée au pittoresque lac de Guerlédan, né du barrage hydroélectrique qui coupa le canal en deux en 1928.

4. La Camargue

Pour se rendre maître de la Camargue et de ses marécages, l’homme a eu recours à deux solutions pérennes, qui ont forgé l’identité du delta du Rhône : les chevaux, et les canaux. Les premiers, pour traverser cet univers mouvant où l’eau, la terre et le sable dansent ensemble depuis  10 000 ans ; les seconds ont rendu navigables ces sinueuses incursions de la mer sans en briser la beauté sauvage, et l’ont jalonné d’ouvrages splendides, tels que l’ancienne écluse du Bourgidou, à Aigues-Mortes, ou le pont-levant du Grau-du-roi. Les salins, les rizières, les taureaux, les flamants roses et nombre d’autres espèces d’oiseaux migrateurs dessinent un paysage à mi-chemin entre western et bout du monde, que l’on découvre entre deux mouillages dans d’adorables petits ports de pêche.
Classé site Natura 2000, la quasi-intégralité de la Camargue forme un parc naturel régional ; le site officiel www.parc-camargue.fr offre notamment une belle carte pédagogique du delta.

5. Le canal du Midi

Deux soleils se reflètent sur les eaux du plus célèbre canal français : celui du Languedoc et du Midi – comme son nom l’indique – et celui du roi qui en décréta l’ambitieuse réalisation, Louis XIV. Les 360 km navigables reliant l’Atlantique à la Méditerranée, de Toulouse à Sète, sont un véritable coup de force de son ingénieur, Pierre-Paul Riquet ; le tunnel de Malpas qu’il perça pour faire passer le « canal des deux mers » fut une première mondiale, l’escalier de huit écluses qu’il imagina à Fonserannes,  une prouesse technique sans davantage de précédent. L’ensemble de l’ouvrage, émaillé de pont-canaux et d’aqueducs, est inscrit depuis 1996 à l’Unesco, mais ce sont les quelque 80% de vacanciers étrangers empruntant chaque année son bief et ses magnifiques allées de platanes qui démontrent la place toute particulière qu’il occupe dans l’univers du patrimoine et du tourisme fluviaux.
Péniches, roulottes et gîtes : tous les moyens de découverte du canal sont répertoriés sur www.tourismecanaldumidi.fr

6. Le Shannon (Irlande)

Le Shannon, plus long fleuve des îles britanniques, divise de son cours de 360 kilomètres le territoire irlandais entre est et ouest, autant qu’il rassemble les Irlandais, qui l’aiment et le chantent. Bref, une véritable colonne vertébrale fluviale, dont l’importance et la navigabilité fut notée dès l’Antiquité par Ptolémée. Il faut dire que son faible dénivelé – 76 mètres sur tout le parcours – et son puissant débit ont facilité son emprunt et par la suite nécessité peu d’aménagements pour un fleuve de cette taille, mais aussi de cette envergure. Car ce qui fait la majesté du Shannon, outre ses rivages parsemés de petits ports bien protégés, ce sont les loughs – les lacs, six au total – qui s’enfilent, le long de sa progression vers l’Atlantique, comme des perles sur un collier.
S’il vous prend l’envie de découvrir Dublin, vous pourrez emprunter le Grand Canal ou le Canal Royal, datant tous deux du XVIIIe siècle, et qui relient le fleuve à la capitale.

7. Le canal de Bourgogne

Le canal de Bourgogne a le destin et le charme de ces chefs d’œuvre surannés du génie civil français : ordonné par un roi – Louis XV –, abandonné lors de la Révolution, repris sous Napoléon puis, à peine achevé et commençant à être exploité, déjà dépassé par le chemin de fer. À la fin, il reste une promenade. Mais quelle promenade ! Quelque 242 kilomètres de navigation entre la Seine et la Saône, le long de rives où l’atmosphère bucolique ménage avec délicatesse l’apparition de bâtisses médiévales, parmi lesquelles la forteresse de Châteauneuf, et des beaux villages de Côte-d’or. L’on jouit de n’être pas en TGV pour admirer ce paysage ; l’on se réjouit de passer lentement sous un tunnel, celui de la voûte de Pouilly-en-Auxois, longue de 3333 mètres, et que l’on parcourt en bateau-promenade.
 
Le canal est navigable d’avril à octobre ; le chemin de halage entre Pouilly-en-Auxois et Pont-de-Tany permet de longer le canal à pied ou à vélo.
 

Article sponsorisé par Le Boat 

Le Boat vous permet de planifier votre croisière fluviale dans certaines des plus belles régions du monde.

 
 


Paramètres des cookies