Piazza Sant’Oronzo

L'avis de l'auteur Lonely Planet

place

Cette place hautement scénographique, autrefois appelée Piazza dei Mercadanti (place des Marchands), constituait l’épicentre commercial d’une ville qui dominait l’Italie méridionale, après Naples. Derrière nombre de ces échanges commerciaux, on trouvait une influente communauté de Vénitiens. La petite Chiesa di San Marco, dont le portail est rehaussé d’un lion de saint Marc (emblème de Venise), fut même construite pour eux en 1543. Cette église se dresse près du Sedile, siège de l’hôtel de ville jusqu’en 1851. Ses grandes fenêtres vitrées illustrent la transparence du gouvernement de l’époque.

Au début du XXe siècle, une grande partie de la place, les galeries marchandes et l’imposant palais du gouverneur ont été démolis pour faire place à l’édifice voué à héberger le siège de la Banca d’Italia. Durant les travaux d’excavation, les ouvriers mirent au jour les vestiges d’un amphithéâtre romain des Ier et IIe siècles – cette enceinte, la plus grande des Pouilles, pouvait accueillir jusqu’à 15 000 spectateurs. Aujourd’hui, il ne reste plus que la moitié inférieure de la tribune couverte. Près de l’arène, sous le niveau de la rue, se dresse la Colonna di Sant’Oronzo, ancienne colonne romaine sur laquelle est érigée une statue en bois vénitien recouvert de cuivre, du XVIIe siècle, figurant le saint patron de la ville. Cette colonne aurait été offerte à la ville de Lecce pour remercier saint Oronce d’avoir sauvé Brindisi de la peste en 1656. Avec ses cafés, ses magasins, ses boutiques d’artisanat et ses bureaux disposés alentour, la Piazza Sant’Oronzo demeure le principal lieu de rencontre de Lecce.