-->

Temple de Gokarna Mahadev

L'avis de l'auteur Lonely Planet

édifice religieux

Dédié à Shiva en tant que Mahadeva (le Grand Dieu), cet édifice à trois niveaux en forme de pagode est un bel exemple d’architecture newar. Son principal intérêt réside toutefois dans ses magnifiques sculptures de pierre, dont certaines datent de plus de mille ans.

Ces œuvres constituent une véritable anthologie de la mythologie hindoue, depuis Aditya (dieu du Soleil), Brahma et Chandra (dieu de la Lune), et jusqu’à Indra (dieu du Tonnerre, de la Pluie et de la Guerre, chevauchant un éléphant) et Ganga (à quatre bras avec une jarre sur la tête d’où se déverse le Gange). Vishnu figure en Narsingha, en train d’éviscérer le démon Hiranyakashipu, tandis que Shiva apparaît sous plusieurs formes, notamment celle de Kamadeva, le dieu de l’Amour, en érection.

Le dieu Gauri Shankar est intéressant car il combine des éléments de Shiva et de Parvati. Une statue particulièrement élégante, située dans l’angle nord-ouest du site, représente la déesse sous ses propres traits, vêtue d’une robe et perchée sur un lion des neiges. L’effigie de Brahma, dans le coin sud-ouest, semble n’avoir que trois têtes, au lieu des quatre habituelles, jusqu’à ce que l’on découvre la quatrième, cachée derrière. Beaucoup de ces divinités ont le pied posé sur leur vahana, ou véhicule spirituel. Une grande statue de Nandi, le véhicule de Shiva, faite de plaques de cuivre posées sur une base en pierre, se dresse devant le temple principal. Shiva est vénéré sous la forme d’un énorme lingam, à l’intérieur de la salle principale. De jolies sculptures en bois ornent les poutres du temple.

Derrière le temple, juste au-dessus de la rivière, le Vishnu Paduka, un pavillon bas, recèle une plaque de métal portant une empreinte du pied de Vishnu. À l’extérieur, une statue de Narayan couché sur un lit de serpents évoque les sculptures de Budhanilkantha et de Balaju. Au nord du pavillon, un sanctuaire, endommagé lors du séisme, disparaît presque sous les racines d’un figuier.

Les Népalais qui ont perdu récemment leur père se rendent souvent dans ce temple, en particulier lors de Gokarna Aunsi, l’équivalent népalais de la fête des Pères, qui se déroule en septembre.

aube-crépuscule