-->

Acropole de Pergame

L'avis de l'auteur Lonely Planet

ruines

Depuis la Basilique rouge, la route en lacets qui mène à l’Acropole, site archéologique le plus riche de Pergame, gravit la colline sur 5 km jusqu’à un parking. Des stands de souvenirs et de boissons sont installés à proximité. Autre solution bien plus simple : suivre les panneaux dans l’Akropol Caddesi jusqu’à la station inférieure du téléphérique de l’Acropole de Pergame. Le trajet dure 5 minutes, et la vue le justifie à elle seule. On a tout le temps ensuite d’explorer à son rythme les lieux en redescendant.

Au départ de la cité haute au sommet, un alignement de points bleus un peu fanés indique l’itinéraire suggéré pour découvrir les principaux édifices – vous pourrez éventuellement louer un audio­guide pour 10 ₺ à la place. Ces édifices comprennent notamment la bibliothèque qui contribua à la renommée de Pergame, et le colossal temple de Trajan (Trajaneum). Orné de colonnes de marbre, ce dernier fut érigé sous les règnes des empereurs Trajan et Hadrien, et servait à leur culte, ainsi qu’à celui de Zeus. Les fondations de ce vestige romain, le seul de l’Acropole, servirent de citernes au Moyen Âge.

Juste en aval du temple, empruntez le tunnel qui descend jusqu’au vertigineux amphithéâtre hellénistique de 10 000 places. Contrairement aux autres théâtres hellénistiques, plus larges et plus ronds, celui-ci est tout en hauteur car il fut édifié à flanc de colline afin de préserver un précieux espace au sommet et de tirer parti de la vue magnifique.

À l’extrémité nord de la terrasse de l’amphithéâtre se dressent les ruines du temple de Dionysos. Au sud, on trouve l’autel de Zeus (aussi appelé Grand Autel), à l’origine couvert de frises splendides représentant la bataille entre les dieux de l’Olympe et leurs ennemis du monde souterrain. Cependant, au XIXe siècle, des archéologues allemands ayant été autorisés à en transférer la majeure partie à Berlin, il ne reste aujourd’hui que la base de l’autel.

Au-dessus de l’Acropole, des tas de décombres sont indiqués comme étant les restes de cinq palais distincts, dont celui d’Eumène II. On voit aussi des pans de remparts autrefois superbes, ainsi que des casernes.

Pour profiter d’une belle perspective sur l’amphithéâtre et le temple de Trajan, descendez derrière l’autel de Zeus, ou bien tournez à gauche au pied des marches de l’amphithéâtre, et suivez le panneau indiquant l’antik yol (voie antique) après l’agora supérieure et le gymnase-bains. Dans ce qui était jadis le vaste quartier résidentiel de la cité médiane, le moderne Bâtiment Z (2004) protège une cour à péristyle et de splendides sols en mosaïques. Remarquez les masques grotesques à l’effigie d’animaux sauvages, Dionysos enfant et Silène buvant à petites gorgées dans une coupe, ainsi que les vestiges de stuc teinté sur les murs. On voit d’autres thermes et gymnases, ainsi que le somptueux palais d’Attale Ier, avant d’atteindre l’agora inférieure. De là, on peut sortir du site, suivre la route à gauche sur 700 m et, juste avant la station inférieure du téléphérique, tourner à droite pour descendre la route escarpée menant à l’Akropol Caddesi qui mène en ville.

Bergama Akropol ; www.muze.gov.tr/akropol ; Akropol Caddesi 2 ; 25 ₺, audioguide 10 ₺ ; 8h-19h avr-sept, 8h-17h oct-marsBergama Akropolis Teleferik ; www.facebook.com/akropolisteleferik ; Akropol Caddesi ; aller-retour 6 ₺ ; 8h-19h avr-sept, jusqu’à 17h oct-mars