Melbourne : Histoire

En mai 1835, John Batman “acheta” 2 400 km2 de terre aux Aborigènes de la nation Kulin, propriétaires traditionnels de ce sol. Le concept de vente et d’achat de la terre était alors étranger aux Aborigènes qui, en guise de “paiement”, ne reçurent que quelques outils, de la farine et des vêtements.
En 1840, 10 000 Européens vivaient déjà dans la région qui entoure l’actuelle Melbourne. Celle-ci fut surnommée “Melbourne la merveilleuse” (Marvellous Melbourne), du fait de la prospérité offerte par les gisements aurifères alentour. Cette période faste se prolongea jusqu’à la dépression de la fin des années 1880. 
Après la Seconde Guerre mondiale, l’afflux d’immigrés du monde entier enrichit le tissu social melbournien. Plusieurs phases de construction intensive modifièrent par ailleurs le paysage de la ville. Melbourne est aujourd’hui constituée d’un étonnant mélange architectural, où les imposants édifices du XIXe siècle, datant de la ruée vers l’or, côtoient des bâtiments industriels (le look “industriel” est à ce point en vogue dans les cafés et restaurants de Melbourne que des édifices flambant neufs imitent ce style), ainsi que des gratte-ciel et de plus en plus de complexes d’appartements ultramodernes (dont l’un fut, brièvement, le plus haut immeuble d’habitation au monde) conçus pour limiter l’expansion de la ville – sans que cette solution fonctionne entièrement. Jadis dévolus à la pègre, les faubourgs, désormais chics et branchés, sont synonymes de prix élevés – et restent toujours le repaire d’un monde interlope. 
 

Mis à jour le : 1 août 2014

Articles récents

Guide de voyage

Lonely Planet : un guide tout en couleurs illustré par des centaines de photos pour découvrir le meilleur de l’Australie

Paramètres des cookies