Îles Canaries : Comment circuler

Se déplacer aux Canaries

Se déplacer en avion

Sept des 8 îles possèdent un aéroport, faisant de l’avion l’option la plus simple (et rapide) si vous souhaitez visiter plusieurs îles. Binter Canarias est la compagnie la plus ancienne, avec une offre complète de vols et, sur certaines lignes (notamment dans les îles occidentales), de minuscules avions ! Canary Fly et Air Europa Express assurent des liaisons entre la plupart des îles, généralement avec au moins une correspondance à Tenerife.

  • Air Europa Express Vols au départ de Tenerife pour la Grande Canarie, Fuerteventura, Lanzarote et La Palma.
  • Binter Canarias Vols pour toutes les îles.
  • Canary Fly Dessert Tenerife, La Palma, la Grande Canarie et Lanzarote.

Se déplacer en bateau

Les îles sont reliées entre elles par des “ferrys rapides” et des hydroglisseurs. Les horaires, les tarifs et même les itinéraires sont susceptibles de changer. Ce n’est pas bien grave sur les grands itinéraires, où l’offre ne manque pas, mais cela peut occasionner d’importants retards si vous empruntez un itinéraire desservi seulement 2 à 3 fois par jour, voire par semaine. Si vous avez peu de temps, l’avion est le moyen le plus rapide (souvent à des prix compétitifs). Voici les 3 compagnies principales :

Se déplacer en bus

Aux Canaries, un bus s’appelle une guagua (prononcez “goua-goua”). Mais si vous parlez d’autobuses, vous vous ferez parfaitement comprendre. Chaque île a son propre service interurbain. Les bus pourront vous conduire vers tous les grands sites (et vous en ramener), mais il n’y en a souvent que quelques-uns par jour (sauf sur les itinéraires très populaires), ce qui vous obligera à vous organiser à l’avance. C’est particulièrement vrai sur les plus petites îles, peu peuplées, où tout le monde ou presque doit être motorisé.
Les grandes îles, Tenerife et la Grande Canarie, jouissent d’un système de transports publics efficace couvrant tout leur territoire. La fréquence est toutefois extrêmement variable : la desserte, très régulière entre les grandes villes, se résume parfois à deux allers-retours par jour pour transporter travailleurs et écoliers depuis/vers la capitale insulaire. Le week-end, veillez à bien vérifier les horaires lors de vos déplacements.
Même sur les lignes des grandes îles, une desserte fréquente en semaine peut se réduire à quelques bus le samedi et à un seul (voire aucun) le dimanche. Dans les grandes villes, les bus partent d’une estación de guaguas (gare routière). Dans les petites communes et les villages, la tête de ligne se trouve souvent dans une rue ou sur une place déterminée. Le ticket s’achète à bord.

  • Global Réseau bien développé d’itinéraires à la Grande Canarie, mais la desserte entre les zones rurales est plus que réduite.
  • Guagua Gomera Le service limité de La Gomera gère 7 lignes à travers l’île.
  • Intercity Bus Lanzarote Un bon réseau qui couvre les principales curiosités de Lanzarote.
  • Tiadhe Réseau correct de Fuerteventura, avec 18 lignes.
  • TITSA (Transportes Interurbanos de Tenerife SA) Réseau de bus très dense, sur toute l’île de Tenerife.
  • TransHierro Le service de bus d’El Hierro offre une couverture raisonnable de l’île.
  • Transportes Insular La Palma Un service étendu sur La Palma.

​Forfaits

Sur certaines îles, vous pouvez vous procurer une carte qui permet de bénéficier d’une réduction sur le prix du billet, réduction qui a sensiblement baissé dernièrement (5% sur Fuerteventura et 10% sur Lanzarote, par exemple). La carte coûte généralement 2 euros et peut être rechargée d’au minimum 5 euros. Les cartes s’achètent dans les gares routières et chez divers commerçants, dont les marchands de journaux. Il suffit souvent de passer la carte sur le lecteur et d’annoncer au chauffeur votre destination, pour que le montant du trajet soit automatiquement débité de la carte.
Sur Tenerife, avec la carte Ten+, qui offre une réduction de 30%, il faut passer la carte sur le lecteur en entrant et en sortant (au risque de payer le tarif le plus cher). Une carte peut généralement être utilisée par un autre voyageur. Las Palmas de Gran Canaria propose aussi un pass Live bus pour les lignes de la ville.

Tarifs

Les tarifs sont raisonnables et peut-être un peu moins chers en achetant une carte. Ils sont calculés au prorata de la distance. Les tickets varient donc de 1 euro pour un court trajet en ville à 10 euros environ pour un trajet de plus d’une heure (sur les îles les plus grandes). Un tarif fixe en fonction des distances a été introduit à La Palma : 1,50 euros jusqu’à 10 km, 2,40 euros de 10 km à 20 km et 2,60 euros pour plus de 20 km. Munissez-vous de petites coupures et de monnaie pour faire l’appoint, car les chauffeurs de bus ne peuvent pas toujours rendre la monnaie sur les gros billets.

Se déplacer en voiture et moto

Louer une voiture est fortement conseillée, en partie parce que conduire dans les îles fait partie des souvenirs les plus mémorables. Les lignes de bus sont excellentes pour les trajets entre les grandes villes, mais si vous souhaitez rallier de petites villes, vous devrez peut-être attendre le prochain bus une journée entière. Vous ne pourrez explorer en profondeur qu’avec votre propre véhicule – à moins d’être prêt à passer un jour et une nuit dans chaque pueblo (village) que vous visiterez. En outre, les îles sont traversées par une myriade de routes pittoresques.

Assurance

Au minimum, la loi exige aux Canaries (comme dans le reste de l’Europe) la souscription d’une assurance automobile au tiers. Veillez à connaître vos obligations et le montant des franchises pratiquées, ainsi que les réductions de franchise possibles en cas d’accident ou de dommages causés au véhicule de location. Sachez que, sur une route de terre, votre assurance est parfois nulle et non avenue : vérifiez auprès de l’agence de location. Les grandes agences de location internationales, comme Avis, ont tendance à avoir une police d’assurance complète intégrée dans le devis, aussi les clients sontils assez bien couverts en cas d’accident, mais mieux vaut vérifier avant de vous engager. D’autres agences peuvent vous donner le choix de laisser une caution et de rapporter la voiture dans le même état pour la récupérer, ou d’opter pour une couverture complète. Dans ce cas, on vous louera peut-être une voiture un peu plus cabossée.

Code de la route

Le taux d’alcool doit être inférieur à 0,5 g/litre de sang et des contrôles intempestifs sont menés. Si votre contrôle révèle un taux supérieur, vous risquez une amende et votre permis peut être saisi dans les 24 heures. Les étrangers non résidents devront régler l’amende immédiatement (avec 30% à 50% de remise sur le total). Plaider l’incompréhension linguistique est inutile : l’agent de police pourra produire une liste des infractions et des amendes dans toutes les langues que vous voulez. Si vous ne payez pas, ou ne connaissez pas de résident canarien qui puisse vous servir de garant, votre véhicule peut être saisi.
Âge légal pour conduire une voiture 18 ans
Âge légal pour conduire une moto ou un scooter 16 ans (à partir de 80 cm3 ) ou 15 ans (moins de 50 cm3 ) ; permis obligatoire.
À moto Allumage obligatoire des phares, de jour comme de nuit, et port obligatoire du casque sur les engins de plus 125 cm3 .
Aux carrefours giratoires Priorité aux véhicules déjà engagés.
Sens de conduite On conduit à droite.
Limitations de vitesse 50 km/h en agglomération, 100 km/h sur les grands axes et 120 km/h sur les autovías (autoroutes).

Permis de conduire

En théorie, si votre permis n’a pas été émis dans l’UE, vous devrez l’accompagner d’un permis de conduire international ; en pratique, ceux émis par certains pays, tels que le Canada et les États-Unis, sont le plus souvent acceptés. Il faut un permis pour conduire tout véhicule de plus de 50 cm3.

Essence

La gasolina (essence) est bien moins chère aux Canaries que dans le reste de l’Espagne, car moins taxée. Le sin plomo (sans plomb) et le diesel (gazole) sont vendus partout et généralement disponibles en deux indices d’octane. Les prix varient légèrement d’une station à l’autre et en fonction du cours du pétrole et de la politique fiscale. Les stationsservice acceptent les cartes bancaires les plus courantes. Dans certaines stationsservice, des pompistes font le plein pour vous, tandis que dans d’autres vous devrez le faire vous-même.

Location de voiture

Tous les grands loueurs internationaux sont représentés aux Canaries, où abondent par ailleurs les prestataires locaux. Pour louer une voiture, vous devez avoir le permis, être âgé de plus de 21 ans et, pour les grands loueurs (mais pas seulement), détenir une carte bancaire. Si vous comptez séjourner longtemps sur l’une des îles, il peut être avantageux de réserver une voiture à l’avance, par exemple via un forfait vol+location. De même, il vaut mieux réserver à l’avance pour la haute saison ou sur les plus petites îles où les véhicules de location ne sont pas légion. Sachez que les frais de location sont plus élevés pour les 3 ou 4 premiers jours ; louer un véhicule pour une semaine ne vous reviendra pas beaucoup plus cher. En règle générale, vous ne pouvez pas sortir une voiture d’une île sans avoir l’autorisation expresse du loueur. La plupart des prestataires font exception pour la traversée Fuerteventura-Lanzarote : vous pouvez généralement amener votre voiture d’une île à l’autre, et même, dans certains cas, prendre la voiture sur l’une et la rendre sur l’autre.

  • Avis  
  • Cicar Agence locale réputée qui couvre toutes les îles. Cicar appartient au groupe Cabrera Medina et propose des tarifs et conditions identiques.
  • Europcar

Apporter son propre véhicule

À moins d’envisager de vous installer sur place, rien ne justifie que vous apportiez votre propre véhicule. Les coûts de transport par ferry depuis Cadix, en Espagne continentale, sont exorbitants, alors que la location de voiture dans l’archipel est sensiblement moins chère que dans la plupart des pays de l’UE. Si vous faites partie des rares visiteurs à venir avec leur voiture, il vous faudra votre carte grise et un certificat d’assurance internationale (ou “carte verte”), à demander à votre assureur.

Se déplacer à vélo

Se déplacer à vélo dans l’archipel est un moyen très agréable (et sportif !) pour admirer le paysage, et, en règle générale, les conducteurs se montrent patients avec les cyclistes sur les routes vallonnées des Canaries. Malheureusement, en ville, les pistes cyclables sont rares, à l’exception de Las Palmas et des avenues bordant les plages, qui intègrent de plus en plus des espaces pour les cyclistes. Si vous envisagez de venir avec votre vélo, vérifiez auprès de la compagnie aérienne s’il n’y a pas de frais supplémentaires et s’il faut le démonter et l’emballer pour le voyage. En ferry, c’est plus simple : le transport est très bon marché, voire parfois gratuit.

Location

Il est possible de louer des vélos un peu partout dans l’archipel : quantité de boutiques vendent ou louent toutes sortes de vélos, notamment des vélos électriques et tout l’équipement nécessaire. Vous pouvez louer VTT, vélos de ville et e-bikes dans diverses stations, ainsi que dans les zones les plus touristiques de l’archipel. Comptez un minimum de 12 euros la journée, ainsi qu’une caution d’environ 50 euros. Un casque et quelques équipements basiques sont inclus dans la location. Certains de ces loueurs organisent aussi des circuits guidés à vélo. Las Palmas de Gran Canaria offre un service de location de vélos appelé Sitycleta. On trouve des bornes avec ces vélos jaune et bleu dans toute la ville.

En stop

L’auto-stop n’est jamais sans danger, et nous ne le conseillons pas. Les voyageurs qui choisissent ce moyen de transport doivent savoir qu’ils prennent un risque, certes faible, mais bien réel. Il est plus prudent de voyager à deux, et d’informer quelqu’un de sa destination. L’auto-stop est illégal sur les autovías. Choisissez plutôt un endroit où les voitures pourront s’arrêter en toute sécurité, avant les entrées d’autoroute, ou privilégiez les axes secondaires. Sur ces derniers, armez-vous de patience, la circulation étant souvent clairsemée.

Mis à jour le : 14 février 2020

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet s’est associé à easyJet pour publier ce guide atypique couvrant deux destinations pour vous accompagner tout…

Paramètres des cookies