Bulgarie

  1. Accueil
  2. Europe
  3. Bulgarie
  4. Comment circuler

Bulgarie : Comment circuler

Transports en Bulgarie

Avion

Il n’existe que deux lignes intérieures, Sofia-Varna et Sofia-Burgas, couvertes par Bulgaria Air (www.air.bg).

Bateau

Il n’existe qu’un service saisonnier entre les villes touristiques de la mer Noire. En été, une compagnie privée de ferries rapides effectue les traversées Sozopol-Nesebăr et Nesebăr-Varna.
Fast Ferry (www.fastferry.bg ; 885 808-001)

Bus

Des bus desservent les principales agglomérations et relient les villages à la grande ville la plus proche. Plusieurs compagnies privées disposent de bus fréquents, modernes et confortables pour rallier les grandes villes, tandis que des minibus plus anciens, souvent bondés, circulent entre les localités de moindre importance. Le bus constitue le mode de déplacement le plus agréable et le plus rapide en Bulgarie.
Union-Ivkoni (02-989 0000 ; www.union-ivkoni.com). Sofia, Burgas, Varna, Plovdiv, Pleven, Roussé, Sliven, Shoumen et nombre d’autres villes de taille plus modeste.
Biomet (02-868 8961 ; www.biomet.bg). Veliko Tărnovo, Varna, Burgas et Stara Zagora au départ de Sofia.
Etap-Grup (02-813 3100 ; www.etapgroup.com). Un réseau étendu avec des bus circulant entre Sofia, Burgas, Varna, Roussé et Veliko Tărnovo ainsi qu’entre Sofia, Sozopol, Primorsko, Tsarevo et Pomorie.

En stop

Le stop, bien qu’officiellement illégal en Bulgarie, s’y pratique encore. Il peut se révéler utile dans les campagnes, en raison de la rareté des transports publics. Comme partout, montrez-vous prudent et voyagez si possible à deux. Ces dernières années, la hausse de la criminalité a dissuadé certains Bulgares de prendre des auto-stoppeurs. Enfin, les frontières de la Bulgarie ne réservant pas un accueil très amical, vous risquez de subir des questions et d’être retardé si vous les franchissez dans le véhicule d’un inconnu. 

Bus, minibus et trolleybus

Des bus et des minibus privés et publics sillonnent les routes reliant les petits villages, notamment sur le littoral de la mer Noire, ainsi qu’entre les centres urbains et les stations de ski en hiver. Les billets s’achètent généralement auprès du chauffeur. Les destinations (en cyrillique) et, souvent, l’heure du départ figurent sur le pare-brise. La plupart des minibus partent de l’intérieur des grandes gares routières ou à proximité immédiate. 
À Sofia, des minibus appelés marshroutki, sorte de taxis collectifs, relient le centre aux banlieues. La plupart des villes bulgares disposent de services de bus efficaces et bon marché, quoique souvent bondés. 
Les trolleybus (bus électriques dont le courant est fourni par des caténaires) qui sillonnent certains centres-villes sont un peu différents en termes de confort et de fiabilité, mais le billet coûte le même prix.  

Train

Bălgarski Dărjavni Jeleznitsi (БДЖ) – la compagnie nationale des chemins de fer (www.bdz.bg) – se targue de posséder pas moins de 4 278 km de voies ferrées raccordant entre elles les principales villes et localités du pays. Certaines, situées sur des embranchements reliés à la ligne principale, sont peu desservies. 
Vétustes et mal entretenus, la plupart des trains sont d’un confort médiocre et plus lents que les bus. Ils offrent en revanche davantage d’espace et traversent souvent des paysages plus attrayants.
Il y a trois catégories de trains : ekspressen (express), bărz (rapides) et pătnitcheski (lents). À moins d’adorer le rail ou de vouloir visiter un coin reculé, optez pour un train rapide ou express.
Deux des circuits en train les plus spectaculaires longent la gorge de l’Iskăr, de Sofia à Mezdra, ainsi que la voie étroite entre Septemvri et Bansko. Les adeptes du rail empruntent souvent ces itinéraires pour le simple plaisir.
Les voyages en train s’avèrent généralement sûrs et agréables, mais on rapporte cependant des cas de vols, des actes de pickpockets et d’autres désagréments de moindre importance (des passagers en état d’ivresse, notamment) sur certains trajets transfrontaliers depuis/vers la Turquie ou la Serbie. Évitez les compartiments vides si vous voyagez à une heure tardive et prenez une couchette si vous effectuez un long périple de nuit entre la Bulgarie et un pays voisin. 

Classes

Les compartiments de première classe comportent six places assises. En seconde classe, vous vous entasserez à huit. Quant aux express interurbains, ils proposent des sièges individuels en salle. Vous devrez réserver pour une voiture-lit ou un siège-couchette, disponibles de Sofia à Burgas et Varna. Les tarifs de première classe sont supérieurs de 25 à ceux de seconde classe, mais vous apprécierez généralement de débourser ce supplément en échange d’un peu plus d’espace.

Tarifs

En Bulgarie, les voyages en train s’avèrent bon marché par rapport aux critères occidentaux. Le trajet Sofia-Varna, qui traverse le pays d’un bout à l’autre, coûte environ 30/37 lv en 1re/2e classe à bord d’un express. À plusieurs (à partir de 3 personnes), vous aurez peut-être droit à une petite réduction. 

Réservations

Pour les liaisons fréquentes, par exemple entre Sofia et Plovdiv, vous pourrez généralement vous présenter à la gare et trouver sans problème une place dans le prochain train (mais prévoyez 30 min de queue). Sur certaines lignes, il est conseillé d’acheter ses billets à l’avance, notamment pour l’express interurbain desservant la mer Noire le week-end en été. Vous pourrez acheter ces billets à des guichets spécifiques dans les principales gares ferroviaires, ainsi que dans les bureaux Rila des grandes villes. Le personnel des bureaux Rila se montre plus serviable, mieux informé et possède un bien meilleur niveau d’anglais que les employés des gares ; mieux vaut donc le privilégier pour bénéficier de conseils, connaître les horaires et retirer les billets prépayés.

Voiture et moto

Le meilleur moyen de se déplacer en Bulgarie – notamment pour atteindre villages reculés, monastères et parcs nationaux – consiste à louer une voiture (ou une moto).
Union des automobilistes bulgares (02-935 7935 ; www.uab.org). La principale association automobile nationale fournit hélas peu d’informations en anglais. 

Transport de véhicule

Si vous venez avec votre propre véhicule, soyez vigilant : les vols sont très courants et les voitures étrangères constituent des cibles de prédilection. Emportez tous les documents originaux (carte grise). Avant d’emprunter les autoroutes, vous devrez vous procurer une vignette valable une semaine/un mois, à placer sur votre véhicule. Elle s’achète au passage de la frontière (10/25 lv) ou dans les postes bulgares. 
Sachez que, selon la législation bulgare, les véhicules enregistrés en dehors de l’UE sont considérés comme “importés temporairement” lorsqu’ils roulent en Bulgarie. En cas de vol, le propriétaire devra payer une taxe d’importation. 

Permis de conduire

Les conducteurs de voitures et de motos particulières ou de location doivent conserver sur eux les papiers d’immatriculation (carte grise). Votre permis de conduire étranger étant valable en Bulgarie, un permis international est inutile (sauf si vous poursuivez votre voyage ailleurs en Europe de l’Est).

Location

Pour louer une voiture en Bulgarie, vous devez être âgé d’au moins 21 ans et posséder un permis de conduire depuis un an minimum. Il existe des agences de location dans tout le pays, mais les villes importantes, les aéroports et les stations de la mer Noire offrent davantage de choix. Comptez autour de 50-60 lv/jour. Les principales cartes de crédit sont généralement acceptées. 

Assurance

L’assurance responsabilité civile, obligatoire, s’achète à n’importe quel poste-frontière bulgare. Mieux vaut toutefois vous procurer une assurance complète dans votre pays (et vérifier qu’elle est valable en Bulgarie). La carte verte (ou bleue) – extension habituelle de l’assurance moto qui couvre la plupart des pays européens – est valable en Bulgarie. 
Vous trouverez des informations en anglais très utiles sur le site Internet du bureau national des assureurs bulgares de véhicules (www.nbbaz.bg).

État des routes

Hormis les grandes routes nationales, l’état de la voirie est souvent déplorable. Les conducteurs se trouvent confrontés à des ornières, des travaux, des véhicules lents, des chevaux et des carrioles, sans oublier la conduite parfois hasardeuse d’autres automobilistes.
Ne vous fiez jamais totalement aux panneaux indicateurs, d’une ambiguïté souvent frustrante, parfois non existants et généralement en cyrillique (sauf aux environs des grandes villes, sur le littoral de la mer Noire et aux frontières). Aussi, vous devez être capable de lire le cyrillique et vous procurer une carte sûre, telle que Bulgaria Road Atlas (1/330 000), éditée par Domino en bulgare et en anglais, que vendent beaucoup de librairies du pays. 

Sécurité

Parmi les plus dangereuses d’Europe, les routes de Bulgarie font chaque année un nombre élevé de victimes. La période la plus redoutable est celle des vacances d’été (juillet-septembre), la plupart des accidents étant dus à l’alcool au volant, à la vitesse excessive et au piètre état des routes. Sofia et les axes le long de la mer Noire peuvent être particulièrement éprouvants pour les nerfs. 

Code de la route

Si peu de panneaux rappellent les limitations de vitesse, la police de la route veille et des radars fonctionnent sur les axes majeurs. 

  • Agglomérations – 50 km/heure
  • Grandes routes – 90 km/heure
  • Autoroutes – 120 km/heure

La loi impose un certain nombre de règles à suivre. 

  • À l’avant, conducteurs et passagers doivent boucler leur ceinture de sécurité. Le port du casque est obligatoire pour les motards. 
  • Le taux d’alcoolémie est limité à 0,05. 
  • Les moins de 12 ans n’ont pas le droit de s’asseoir à l’avant.
  • De novembre à mars, les phares doivent rester allumés en permanence. 
  • Il est interdit de téléphoner au volant, sauf avec un kit mains libres. 
  • En cas d’accident, vous devez rester près de votre véhicule et demander à quelqu’un d’appeler la police locale. 

De nombreux cas de policiers malhonnêtes exigeant le règlement immédiat d’une “amende” (ou d’un pot-de-vin) pour une prétendue infraction ont été enregistrés ces dernières années. Les conducteurs de voitures étrangères haut de gamme sont particulièrement visés. Malgré des dizaines d’arrestations, ce racket perdure. Si vous flairez une tentative d’extorsion, demandez à régler la “contravention” au commissariat ou insistez pour avoir un reçu et l’identité complète de l’agent. Le plus souvent, ce dernier abandonnera la partie. Il arrive aussi que ce genre d’arnaque soit le fait de faux policiers. Là encore, procédez de la même façon.

Articles récents