Bavière : Comment circuler

Se déplacer en Bavière

Pour vous déplacer en Bavière et en Forêt-Noire, préférez la voiture ou le train. Des lignes de bus régionales comblent les lacunes dans les zones mal desservies par le réseau ferroviaire.

Avion

S’il existe bien des vols reliant, par exemple, Francfort à Munich ou Salzbourg, l’avion n’est ni le moyen le plus économique ni le plus rapide de se déplacer dans le sud de l’Allemagne.
À moins de venir en Bavière ou en Forêt-Noire depuis le nord de l’Allemagne, l’avion ne représente qu’un gain de temps marginal par rapport au train, dès lors qu’on tient compte du temps qu’il faut pour rallier et quitter les aéroports. La Lufthansa (www.lufthansa.com), Air Berlin (www.airberlin.com) et Germanwings (www.germanwings.com), notamment, proposent des vols intérieurs.

Bus

En règle générale, si votre voyage peut se faire en train, ne cherchez pas plus loin. Les bus sont globalement plus lents, moins fiables et plus polluants, mais dans certaines régions rurales, vous n’aurez parfois pas le choix, en particulier dans la forêt bavaroise, en Forêt-Noire, dans certaines parties du piémont alpin et dans les Alpes elles-mêmes. Chaque région a ses compagnies de bus, chacune avec ses tarifs et ses horaires, mais avec un peu d’efforts, il est possible de dénicher tous les horaires (mais pas les prix) sur le site de la Deutsche Bahn (www.bahn.de).
Dans les grandes villes, la Busbahnhof ou Zentraler Omnibus Bahnhof/ZOB (gare routière centrale) est souvent située à proximité de l’Hauptbahnhof (gare ferroviaire centrale). La fréquence des bus est extrêmement variable. Les lignes surtout empruntées aux horaires de bureau ne circulent pas, ou peu, les soirs et week-ends. Renseignez-vous systématiquement sur d’éventuels tarifs spéciaux, comme les forfaits à la journée ou à la semaine ou les billets touristiques.

Stop et covoiturage

L’autostop (Trampen), jamais totalement sans danger, n’est pas une solution que nous recommandons. Cependant, dans certaines zones reculées de Bavière et de Forêt-Noire mal couvertes par les transports publics (notamment le piémont alpin et la forêt de Bavière), vous verrez parfois des piétons tendre le pouce sur le bord des routes. Rappelez-vous qu’il est toujours plus prudent de voyager à deux, mais aussi de mettre quelqu’un au courant de vos projets de voyage.
Plus sûr et plus organisé, le covoiturage vous permettra de prendre place dans une voiture en participant aux frais d’essence. Il s’organise désormais principalement sur Internet, par exemple sur les sites www.mitfahrzentrale.de, www.mitfahrgelegenheit.de ou www.drive2day.de. Vous pouvez publier une demande sur un trajet ou bien contacter un automobiliste se rendant au même endroit que vous.

Train

La quasi-totalité des chemins de fer allemands est gérée par la Deutsche Bahn (www.bahn.com), dont les trains classés selon un déroutant système de lettres sillonnent tout le pays ou presque. Le système fonctionne bien, mais son automatisation quasi-généralisée est parfois problématique : en cas de perturbation par exemple, il n’y a souvent personne vers qui se tourner pour en savoir plus.
La plupart des gares possèdent une consigne automatique à casiers ; comptez entre 1,50 € et 4 € les 24 heures.
Les trains grandes lignes sont soit des ICE (InterCity Express) à grande vitesse, soit des IC (InterCity) ou des EC (EuroCity), un peu moins rapides. Tous circulent toutes les heures ou toutes les demi-heures.
Les liaisons régionales sont assurées par les IRE (InterRegio Express), les RB (RegionalBahn), les SE (StadtExpress) et la S-Bahn.

Billets

Les grandes gares possèdent un Reisezentrum (“centre de voyages”) où le personnel assure la vente de billets et vous aidera à planifier votre itinéraire (vous pouvez demander un agent qui parle français ou anglais). Les plus petites n’ont parfois que quelques guichets et pas de personnel.
Faute d’autre chose, il vous faudra parfois acheter votre billet à un guichet automatique. Toutes les gares, avec ou sans personnel, possèdent ces machines en grand nombre, d’ailleurs pratiques pour éviter les queues aux guichets traditionnels. Les instructions sont aussi données en français, et le système de vente de billets a été grandement simplifié.
Les grandes cartes bancaires sont acceptées à tous les guichets, automatiques ou non, mais les machines ne prennent pas les billets de 50 €. Les billets sont vendus à bord (espèces uniquement) moyennant un supplément (3-8 €), sauf si votre gare de départ n’avait pas de personnel ou en cas de panne du guichet automatique.
Les billets sont aussi vendus en ligne jusqu’à 10 minutes avant le départ, mais vous devrez les imprimer.
Les contrôles de billets sont quasi-systématiques. En cas de défaut de titre de transport en règle, l’amende est de 40 €.
Le billet de train standard, sans réduction, revient cher, mais des promotions, réductions et offres spéciales sont proposées en permanence. Renseignez-vous sur le site Internet ou en gare.

À bord des trains

Il existe à bord des trains des wagons de 1e et de 2e classe, tous modernes et confortables. Ils sont organisés soit en compartiments de six places maximum, soit en “salles” avec fenêtres panoramiques. Les trains sont désormais totalement non-fumeurs. Les ICE, IC et EC sont climatisés et dotés d’un restaurant ou d’une cafétéria en self-service.

Réservations

Sur les grandes lignes, il est fortement conseillé de réserver sa place assise (4 € par personne), surtout les vendredis et dimanches après-midi, en période de vacances et festivités et en été. La réservation peut s’effectuer jusqu’à 10 minutes avant le départ par téléphone, en ligne ou aux guichets.

Transports urbains

  • La plupart des agglomérations possèdent un bon réseau de transports publics. Les grandes villes comme Munich et Nuremberg ont unifié en un seul réseau les transports en bus, tramways et liaisons ferrées d’U-Bahn (métro) et S-Bahn (trains de banlieue).
  • Les billets s’achètent généralement aux distributeurs automatiques avant de monter à bord et doivent être compostés avant ou à la montée, sous peine de ne pas être valables.
  • Le tarif dépend du nombre de zones ou de la durée du trajet, parfois des deux. Les Tageskarten (pass à la journée) sont souvent plus avantageux que les tickets à l’unité.
  • Si vous n’avez pas de ticket valable, vous risquez 40 € d’amende.
  • Les taxis sont équipés de compteurs et facturent un forfait prise en charge puis un prix au kilomètre. Ces tarifs sont fixes dans chaque ville, mais varient de l’une à l’autre. Certains taxis facturent un supplément pour bagages encombrants ou courses de nuit. Il est rare d’obtenir un taxi en lui faisant signe dans la rue : vous devrez plutôt attendre à une station ou bien le commander par téléphone (consultez l’annuaire à la rubrique Taxiruf).

Vélo

  • Le vélo est un moyen de locomotion très prisé dans la région, tant par les habitants que par les visiteurs, et le sud de l’Allemagne est l’une des régions d’Europe les plus adaptées aux cyclistes.
  • Les vélos sont autorisés sur toutes les routes, quelle que soit leur importance, mais pas sur l’autobahn (autoroute). Les cyclistes sont soumis au même code de la route que les véhicules motorisés.
  • Les pistes cyclables font totalement partie du paysage dans les grandes villes.
  • Les phares sont obligatoires, mais pas le casque, pas même pour les enfants. Mais n’hésitez pas à faire du zèle.
  • Sur la plupart des lignes, il est possible de prendre le train avec son vélo avec un billet spécifique en plus, le Fahrradkarte (billet vélo). Ce n’est en revanche pas le cas à bord des trains à grande vitesse ICE. Pour plus de détails, renseignez-vous sur place dans une gare, ou appelez la Deutsche Bahn (DB) sur sa DB Radfahrer-Hotline (Numéro d’assistance aux cyclistes).
  • De nombreuses compagnies de bus régionales équipent leurs véhicules de porte-vélos. Les petites reines sont aussi acceptées sur quasiment tous les ferrys circulant sur les lacs et cours d’eau.
  • Environ 250 gares ferroviaires, dans toute l’Allemagne, proposent un service de location de vélos. Renseignements sur www.bahn.de.
  • Les loueurs de vélos sont très répandus ; comptez entre 10 et 25 € par jour.
  • Bett & Bike (www.bettundbike.de) recense les adresses d’hébergement équipées pour l’accueil des cyclistes (garages à vélos, équipements d’entretien et de réparation).

Voiture et moto

  • Les autoroutes allemandes (autobahnen) sont de bonne qualité, malgré quelques bémols, comme les virages en lacets dans les bretelles d’accès.
  • L’important réseau de Bundesstrassen (routes secondaires A et B) est également bien entretenu.
  • Les routes publiques n’ont jamais de péage.
  • La circulation peut être très dense aux heures de pointe sur les Bundesstrassen.
  • Des informations sur les itinéraires et travaux routiers en temps réel sont disponibles en anglais et en allemand sur www.bayerninfo.de. À la radio, un point circulation est généralement diffusé (en allemand) juste après les flashs d’info, à chaque heure.
  • Des aires d’autoroute bien équipées (station essence, toilettes, restaurants), parfois ouvertes 24 heures sur 24, sont aménagées tous les 40 à 60 km sur les autobahnen. Dans l’intervalle, les Rastplätze (aires de repos) sont généralement dotées de tables de pique-nique et de toilettes.

Assurance

  • En vertu de la législation allemande, tous les véhicules immatriculés doivent être assurés au moins au tiers. 
  • Si vous louez un véhicule, vérifiez que votre contrat inclut, au minimum, une assurance responsabilité civile.
  • L’assurance dommages (CDW) pour les voitures de location est en option et facturée en sus, au moment du retrait du véhicule.
  • Automobile-clubs
  • La principale organisation d’automobilistes en Allemagne, l’Allgemeiner Deutscher Automobil-Club (ADAC ; www.adac.de) a des antennes dans toutes les grandes villes et dans nombre de bourgades plus modestes. Son service de dépannage est également accessible aux membres des organisations affiliées, dont les membres de l’Automobile-Club français ayant souscrit l’assurance Europe.

Code de la route

  • Respectez scrupuleusement le code de la route : les radars de vitesse et aux feux rouges sont nombreux, et les contraventions sont envoyées à l’adresse d’immatriculation du véhicule, où qu’elle se trouve. Si vous louez une voiture, la police demandera votre adresse personnelle au loueur, et des agents de recouvrement peuvent être envoyés chez vous pour percevoir l’amende.
  • Propos ou actes injurieux, panne d’essence sur l’autobahn, etc. : la liste des infractions passibles d’amende est longue.
  • La vitesse est limitée à 50 km/h en agglomération et à 100 km/h sur les routes principales et secondaires, sauf indication contraire. Elle n’est pas limitée du tout sur certains tronçons d’autoroute, mais prêtez toujours attention aux panneaux.
  • Les conducteurs peu accoutumés à la grande vitesse sur les autobahnen devront faire preuve de la plus grande prudence quand ils doublent. D’abord lointain dans votre rétroviseur, un véhicule lancé à 200 km/h sera derrière vous en quelques secondes : doublez le plus rapidement possible avant de vous rabattre sur la voie de droite.
  • Ignorez les automobilistes qui vous font des appels de phares pour vous inciter à accélérer ou à vous rabattre. C’est une pratique interdite, tout comme le dépassement par la droite.
  • En cas de panne, rangez-vous immédiatement sur le bas-côté et installez votre triangle de signalisation à environ 100 m derrière la voiture. Les bornes d’appel d’urgence sont implantées tous les 2 km.
  • Le taux maximum d’alcoolémie autorisé au volant est de 0,05%, soit un verre de vin ou deux petites bières pour un individu lambda. La tolérance zéro est appliquée aux moins de 21 ans et aux conducteurs ayant leur permis depuis moins de deux ans.
  • Aux passages cloutés, tous les véhicules motorisés doivent céder la priorité aux piétons. Quand vous tournez à droite, vérifiez toujours qu’il n’y a pas de cyclistes – eux aussi ont la priorité.

Location

  • Grâce à l’excellent réseau de transports publics dans le sud de l’Allemagne, il n’est pas indispensable d’y louer une voiture. Il y a cependant une exception : sur la Route romantique, avoir son propre moyen de transport facilite grandement les choses.
  • Comme partout ailleurs, les tarifs de location varient énormément selon le modèle, la période et l’endroit.
  • Les véhicules de la classe la plus économique sont loués à partir de 35 € par jour, auxquels il faut ajouter d’éventuels suppléments (conducteur additionnel, retour dans une agence différente, etc.).
  • En réservant sur des sites Internet comme www.auto-europe.fr ou www.rentalcars.com, vous pourrez faire baisser le prix jusqu’à 20 €, en fonction de la durée de location.
  • Les sièges bébé et les rehausseurs sont généralement fournis gratuitement ou à un prix symbolique. La location d’un GPS est facturée à un tarif modique à la journée. Tous ces accessoires sont à demander dès la réservation.
  • Le conducteur qui loue le véhicule doit souvent avoir 21 ans minimum ; un permis de conduire en règle et une carte bancaire appartenant à un grand réseau seront demandés lors du retrait.
  • Il est généralement interdit de faire entrer un véhicule de location dans les pays de l’Est, comme la République tchèque ou la Pologne. Renseignez-vous si tels sont vos projets.
  • Tous les grands loueurs internationaux ont des agences dans les aéroports, les principales gares et les villes moyennes et grandes.

Permis de conduire

Les conducteurs doivent posséder un permis de conduire valable. Le permis de conduire international (délivré en France par la préfecture de police) n’est pas du tout obligatoire, mais il pourra aider les Allemands à déchiffrer votre permis national et simplifiera vos démarches de location de voiture.

Mis à jour le : 2 mai 2013

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir Munich et la Bavière