Thaïlande : Sécurité

Désagréments et dangers en Thaïlande

Pour des informations à jour sur la sécurité en Thaïlande, consultez le site du ministère des Affaires étrangères avant votre départ.
Bien que la Thaïlande ne soit pas un pays dangereux, mieux vaut être prudent, surtout lors de contacts avec des inconnus (Thaïlandais ou étrangers) et si vous voyagez seul. Il y a en réalité davantage de risques de se faire voler que d’être physiquement agressé. 

Agressions

Les agressions de voyageurs sont très rares, mais se produisent parfois. Sachez que faire perdre la face à un Thaïlandais et l’insulter en public peut entraîner de sa part une réaction démesurément violente. L’alcool est souvent le principal responsable des comportements condamnables et de leurs conséquences. 

Drogues

Tout achat, vente ou possession d’opium, d’héroïne, d’amphétamines, de champignons hallucinogènes ou de marijuana est illégal en Thaïlande. Les sanctions pour usage et trafic de stupéfiants sont sévères – un an de prison minimum pour possession de drogue – et ne sont en aucun cas adoucies pour les étrangers. Quant au trafic, c’est-à-dire toute tentative de franchissement de la frontière en possession de stupéfiants, il entraîne des sanctions beaucoup plus lourdes, allant jusqu’à la peine capitale.

Escroqueries fréquentes

Les Thaïlandais peuvent se montrer si gentils et détendus que certains voyageurs laissent de côté toute méfiance et deviennent une proie facile pour les escrocs de tous poils. Bangkok est réputée pour ses escrocs qui se font passer pour des amis aux yeux des voyageurs en leur proposant des réductions sur des pierres précieuses de grande valeur (alors qu’il ne s’agit que de jolis morceaux de verre brillant).
Suivez le conseil n°1 de la TAT : ignorez les inconnus qui proposent de vous faire gracieusement visiter la ville ou des magasins. Ils touchent systématiquement une commission sur vos achats. 

Rabatteurs et commissions

Rabattre des clients est une tradition en Asie. Et si les rabatteurs ne sont pas aussi nombreux en Thaïlande qu’en Inde, par exemple, ils sont malgré tout bien présents. À Bangkok, des chauffeurs de túk-túk, des employés d’hôtel ou des hôtesses de bar font visiter la ville aux nouveaux venus. La visite se finit presque toujours dans une boutique de soie, de bijoux ou d’artisanat afin de vous pousser à la consommation.
Les rabatteurs emmènent également les touristes vers des hébergements qui les paient à la commission. Certaines agences de voyages sont connues pour aiguiller les arrivants vers des hôtels mal situés et trop chers.
Certaines se font passer pour des bureaux de la TAT, l’office du tourisme officiel du gouvernement. Pour cela, elles n’hésitent pas à inscrire TAT sur leur vitrine et le personnel, qui porte de faux badges, vous vendra des billets de bus ou de train trop chers. Notez bien que les bureaux officiels ne prennent pas de réservation pour des hôtels ou des moyens de transport. Si l’on vous propose ces services, c’est que vous n’êtes pas dans une agence officielle.
Lorsque vous cherchez un transport, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de plusieurs agences de voyages. Les commissions peuvent varier entre les agences. Résistez également à l’achat de billets groupés pour l’avion, l’hôtel, des circuits, etc. Les vendeurs thaïlandais les plus honnêtes sont généralement discrets et même mauvais marchands.

Troubles frontaliers et points chauds

La Thaïlande entretient de bonnes relations avec ses voisins et le passage des personnes et des marchandises par la plupart des frontières terrestres se déroule sans difficultés. Toutefois, le passage de Sungai Kolok vers la Malaisie n’est plus possible à cause des troubles qui agitent l’extrême Sud et il est déconseillé aux touristes de se rendre dans les provinces à majorité musulmane (Yala, Pattani et Narathiwat).
Les relations entre la Thaïlande et le Myanmar se sont largement améliorées. Cependant, les frontières sont parfois fermées sans sommation, notamment en raison de l’actualité. Ce fut le cas en 2010, lors des élections au Myanmar. Renseignez-vous donc sur la situation pour éviter toute complication.
Le temple de Khao Phra Wihan (ou Preah Vihear pour les Cambodgiens), dans le nord-est du pays, est toujours le théâtre de conflits militaires. Il vaut mieux éviter cette zone tant que la situation ne s’est pas apaisée.
Tenez-vous informé de l’actualité auprès du ministère des Affaires étrangères de votre pays.

Vols et fraude

Soyez vigilant en ce qui concerne vos affaires personnelles et ayez toujours sur vous votre passeport, votre argent et votre carte de crédit. Assurez-vous également que la porte de votre chambre d’hôtel ferme bien et faites les vérifications nécessaires lorsque vous laissez des objets ou des papiers personnels dans le coffre de l’hôtel. 
Suivez les mêmes principes lorsque vous voyagez, car un sac fermé ne décourage pas les voleurs lorsque vous dormez durant les longs trajets en bus. 
Si vous payez par carte, ne laissez pas le vendeur prendre votre carte et la manipuler hors de votre vue. Certains commerçants sans scrupule éditent 3 ou 4 reçus pour un seul achat. Il se passe ensuite plusieurs semaines voire des mois avant qu’ils ne présentent chacun des reçus à la banque, de sorte que le client ne se souvient jamais s’il a été facturé plus d’une fois par le même commerçant. 
Pour limiter les risques, utilisez toujours une carte de crédit qui ne soit pas directement reliée à votre compte en banque. En cas d’escroquerie, personne ne peut ainsi accéder directement à votre argent. 
En cas de problème, contactez la police touristique (1155).

Mis à jour le : 22 novembre 2016

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable en Thaïlande