Indonésie : Comment circuler

Transports en Indonésie

Avion

L’avion est le moyen de transport le plus rapide et le plus pratique ; c’est parfois le seul moyen de rallier certaines parties de l’archipel. Les compagnies intérieures sont nombreuses, et les vols généralement peu coûteux. N’oubliez pas que les vols vers des destinations lointaines peuvent être annulés ou retardés, surtout en cas de mauvais temps.

Compagnies aériennes en Indonésie

Obtenir des informations fiables sur les liaisons intérieures en Indonésie relève du défi (surtout depuis l’étranger), car de nombreuses compagnies n’apparaissent pas sur les sites de voyage – traveloka.com est toutefois assez complet. Vous pourrez consulter les bureaux des compagnies et les agences de voyages sur place ; les hôtels et tour-opérateurs locaux sont souvent les meilleures sources de renseignements.

Le réseau des vols intérieurs se développe ; les horaires et les tarifs changent constamment. Les petites compagnies couvrant de courts itinéraires possèdent souvent des avions fatigués. Si vous voyagez avec un transporteur régional, pensez à reconfirmer votre billet ; les réservations sont parfois “perdues” quand un passager plus influent se présente. Si le vol est complet, patientez autour du guichet d’enregistrement, au cas où une place se libérerait.
Une dizaine de compagnies proposent des vols intérieurs.

  • Batik Air Filiale de Lion Air avec un service complet.
  • Citilink. Cette filiale low cost de Garuda Indonesia dessert les villes principales.
  • Dimonim Air Vols en Papouasie
  • Indonesia AirAsia. Ce transporteur à bas prix, qui connaît une croissance rapide, est une filiale de la compagnie malaisienne AirAsia.
  • Lion Air/Wings Air. Cette compagnie indonésienne low cost, qui connaît une croissance rapide, offre de très nombreux vols – assurés par Wings Air avec des avions à hélices vers certaines destinations mineures. Batik Air est sa filiale haut de gamme.
  • Sriwijaya Air. Dessert toute l’Indonésie. Figure sur la liste noire européenne des compagnies aériennes.
  • ​Susi Air. Lignes à travers l’Indonésie.
  • Transnusa. À Nusa Tenggara et au départ de Bali (Denpasar) vers des destinations comme Labuanbajo. Figure sur la liste noire européenne des compagnies aériennes.

Billets

Les grandes compagnies indonésiennes indiquent leurs tarifs sur leur site Web. Toutefois, sans carte bancaire indonésienne, il peut être difficile d’acheter un billet en ligne. Essayez les méthodes suivantes :
Agences de voyages indonésiennes Pour réserver un vol intérieur une fois sur place ; elles permettent souvent d’obtenir le tarif le plus bas.
Sites Internet de voyages Beaucoup de sites généralistes acceptent les cartes internationales.
Amis Vous pourrez éventuellement demander à une connaissance sur place ou au propriétaire d’une guesthouse d’utiliser sa carte bancaire.
Aéroport Certaines compagnies vendent des billets aux aéroports, même si leurs boutiques en ville ou les agences de voyages sont plus fiables.

Bateau

Les îles et archipels de Sumatra, Java, Bali, Nusa Tenggara (petites îles de la Sonde) et Sulawesi (Célèbes) sont tous reliés par des ferries réguliers. Vous pourrez ainsi parcourir, d’une île à l’autre, tout le pays, de Sumatra à Timor Ouest. Pour les liaisons locales, des ferries circulent plusieurs fois par semaine, quotidiennement, voire toutes les heures sur les lignes fréquentées (JavaBali-Lombok-Sumbawa). Renseignez-vous auprès des compagnies, dans les ports, dans les hôtels et dans les agences de voyages.
Pour Kalimantan, les Moluques et la Papouasie, les principales liaisons sont assurées par la compagnie nationale Pelni.

Ferries Pelni

Pelni possède une flotte de grands bateaux reliant les principaux ports d’Indonésie et la majeure partie de la zone périphérique de l’archipel. Son site Web fournit des informations utiles – avec notamment les horaires des arrivées et des départs près d’un mois à l’avance.
Ses bateaux naviguent sur des itinéraires fixes dans les îles (1 à 2 fois par mois). Ils s’arrêtent généralement quelques heures dans chaque port. Notez que les horaires des traversées peuvent être modifiés jusqu’au dernier moment.
Si les classes économiques sont assez bon marché, les tarifs des catégories supérieures sont équivalents, voire supérieurs, aux prix des vols low cost : comparez avec l’offre aérienne sur la destination.
Il existe plusieurs types de bateaux Pelni – du navire moderne, propre et bien entretenu au vieux rafiot pas très engageant. Quelques points à considérer :
Réservation Dans les villes desservies par Pelni, vous trouverez généralement une billetterie ou une agence représentant la compagnie. Réservez votre billet quelques jours à l’avance.
Classes Les bateaux possèdent de 2 à 6 classes différentes. La classe économique, dans une grande salle ou sur le pont, offre le strict minimum. En haut de l’échelle de prix, on trouve des cabines avec 2 couchages (ce qui se rapproche le plus d’une 1re classe), fonctionnelles à défaut d’être luxueuses.
Sécurité Gardez un œil sur vos affaires, quelle que soit la classe dans laquelle vous voyagez. Attention aux pickpockets à l’embarquement et au débarquement.
Affluence En haute saison, notamment pendant les principales périodes de congés (pour l’Idul Fitri, par exemple), il peut y avoir des passagers jusque sur le pont, dans les couloirs et dans les escaliers. Les conditions de voyage sont alors plus difficiles.
Repas Prévoyez de quoi manger et boire. Les bateaux proposent des repas basiques, ou ont des points de vente de nouilles instantanées et d’en-cas.
Embarquement Préparez-vous à être bousculé, car les passagers se précipitent tous à la recherche d’un espace libre – selon la règle du “premier arrivé, premier servi” !

Autres bateaux

De nombreux bateaux relient les îles, sillonnent les rivières et les lacs. On peut louer toutes sortes d’embarcations dans l’archipel.

Bateau de pêche Il est possible de louer ces esquifs pour se rendre sur des îlots au large. 

Longboat (ou longbot). Cette embarcation longue et étroite, propulsée par des moteurs extérieurs et très utilisée à Kalimantan, est pourvue de bancs de chaque côté de la coque pour les passagers.

Pirogue à balancier/canot Également propulsés par un moteur extérieur, ces canots sont le moyen de transport standard pour certains courts trajets d’île en île, comme de Manado (Sulawesi Nord) aux récifs coralliens autour de l’île de Bunaken. À Lombok, ces bateaux relient le port de Bangsal et les îles Gili. 

Ferry fluvial Communs au Kalimantan où les rivières font office de routes, ces ferries transportent passagers et marchandises.

Bateau touristique/vedette Ces vedettes rapides peuvent embarquer 40 passagers ou plus. Elles circulent surtout entre Bali, Nusa Lembongan, Lombok et les îles Gili.

Bus

Les bus sont le pivot du transport indonésien (sauf en Papouasie et aux Moluques). À tout moment de la journée, des milliers de véhicules de tous styles et de toutes tailles circulent dans le pays. En général, ils partent quand ils sont pleins – ou plus exactement bondés.
Les grandes lignes sont desservies par des bus climatisés, dont les conditions de transport sont corrects.
La circulation est dense et les bus se retrouvent souvent pris dans des embouteillages.
Pour les principaux itinéraires (comme le trajet de 24 heures entre Bali et Jakarta), comparez les tarifs des bus avec les offres des compagnies aériennes low cost, souvent intéressantes.
Sur les itinéraires secondaires, la plupart des bus ne sont pas climatisés.
Voyagez aussi léger que possible. Il y a très peu  d’espace ; un gros sac sera difficile à caser et risque de finir sur vos genoux.
Faites attention à vos affaires et gardez avec vous votre passeport, votre argent et vos documents importants, de préférence dans une ceintureportefeuille.

Classes

Les bus économiques (ekonomi) suivent un itinéraire fixe entre les villes. Ils sont lents, étouffants et bondés, mais aussi très bon marché. De plus, ils garantissent une vraie tranche de vie indonésienne !
Les bus express (patas) ressemblent aux bus économiques, mais ne s’arrêtent qu’à certaines gares ; officiellement, ils ne prennent pas de passagers au bord de la route. Les bus patas climatisés sont plus confortables et on bénéficie souvent d’une place assis.
Les tarifs des bus climatisés (ou executive) varient grandement, en fonction de la catégorie et des prestations offertes : sièges inclinables, toilettes, TV, karaoké (à éviter!), en-cas… Il est nécessaire de réserver; les vendeurs pourront souvent vous montrer une photo du bus et le plan des sièges.

Billets

Pour les trajets longue distance, vous pourrez acheter votre billet auprès d’une agence de voyages ou à la gare routière (souvent appelée “terminal”), où vous trouverez plusieurs compagnies concurrentes. N’oubliez pas de réserver, surtout pour les bus climatisés.
Les hôtels vendent fréquemment des billets ou se chargent de les acheter pour vous. Ils pourront aussi s’organiser pour que le bus passe vous chercher à l’hôtel – vous devrez débourser quelques milliers de roupies pour ce service, mais il est très pratique.

En stop

L’auto-stop ne fait pas partie de la culture indonésienne. Pourtant, le conducteur d’un véhicule pourrait s’arrêter si vous tendez le pouce. Sur les petites routes qui ne sont pas desservies par des transports en commun, le stop est parfois la seule alternative à la marche, et les motards ou les chauffeurs de camion s’arrêtent volontiers. Vous aurez plus de chances d’avoir une place dans un véhicule en proposant de payer.
Gardez à l’esprit que le stop n’est jamais tout à fait sûr, où que vous soyez, et que nous ne le conseillons pas. Les voyageurs qui décident de faire du stop doivent savoir qu’ils prennent un risque, certes faible, mais néanmoins bien réel.

Train

Seules Java, et, dans une certaine mesure Sumatra, possèdent un réseau ferroviaire.
À Java, les trains sont souvent plus confortables, rapides et simples que les autres moyens de transport. Ils permettent d’accéder aux ferries pour aller à Bali (dans l’est) et aux ferries pour Sumatra (dans l’ouest).
Le réseau ferré limité de Sumatra s’étend au sud entre Bandarlampung et Lubuklinggau, et au nord entre Medan et Tanjung Balai ou Rantau Prapat.
Il existe 3 classes à bord des trains indonésiens, toutes non-fumeurs.
Executive (eksecutif) – climatisée ; réservation obligatoire.
Business (Affaires ; bisnis) – pas de climatisation ; réservation obligatoire.
Économique (ekonomi) – pas de climatisation ; bondée ; pas de réservation.
Le site des chemins de fer (www.kai.id) donne les horaires des trains au départ de chaque gare.

Vélo

Avec une bonne forme physique, un peu de préparation et beaucoup de bon sens, un périple à vélo dans l’archipel réserve une expérience incomparable. Les bonnes routes de Bali, Lombok, Java Est et Sulawesi Sud conviennent aux cyclistes de tous niveaux ; les plus aguerris pourront aussi grimper sur les collines de Sumatra ou de Nusa Tenggara. Quelques conseils pratiques :
Reposez-vous pendant les heures les plus chaudes pour éviter la chaleur tropicale.
Pour limiter les risques, restez sur les petites routes ou sautez dans un camion ou un bus pour franchir les sections dangereuses.
Préparez-vous à être un centre d’attention constant.
Il est facile de louer un vélo dans les centres touristiques. Renseignezvous à votre hôtel. Les tarifs débutent à 30 000 Rp/jour.
Dans de nombreuses destinations touristiques, en particulier à Bali, Lombok et Yogyakarta, des agences organisent des circuits à vélo assistés par un véhicule.
Il existe généralement un parking à vélo surveillé (5 000 Rp) à proximité des principaux sites.
Le cyclisme est de plus en plus populaire en Indonésie et les clubs seront ravis de vous venir en aide. Bike to Work (www.b2w-indonesia.or.id) dispose d’un grand réseau national.

Voiture et moto

Assurance

Une assurance minimale est habituellement incluse dans l’offre de location de base – souvent avec une franchise allant jusqu’à 100 $US pour une moto et 500 $US pour une voiture. Vous pouvez en général payer un supplément pour réduire la franchise. Sachez qu’un propriétaire privé qui loue sa moto risque de ne pas proposer d’assurance. Dans tous les cas, vérifiez bien que vous serez couvert en cas de problème.

Carburant

Subventionné par le gouvernement, le carburant reste bon marché. L’essence sans plomb coûte environ 10 000 Rp/litre. L’ouverture du marché intérieur aux compagnies étrangères a poussé la compagnie pétrolière nationale, Pertamina, à ouvrir des stations-service (pompa bensin) dans tout l’archipel.

Code de la route

Les Indonésiens roulent à gauche. Étant donné le prix relativement peu élevé des prestations d’un chauffeur, il est bien souvent inutile de prendre le volant soi-même. Conduire requiert une bonne dose de concentration et les conséquences juridiques d’un accident peuvent être épouvantables : en tant qu’étranger, vous serez sûrement considéré comme responsable.

État des routes

Dans de nombreuses régions, y compris Bali, les embouteillages incessants peuvent rendre la conduite épuisante.
Les retards dus aux travaux, au mauvais état des routes et aux bouchons sont fréquents.
Trouver son chemin peut être une gageure : les panneaux sont peu nombreux et les cartes sont bien souvent obsolètes.
Sur la plupart des routes, prévoyez une vitesse moyenne de 35 km/h.

Mis à jour le : 28 octobre 2019

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable en Indonésie

Paramètres des cookies