Shanghai : Si vous aimez

Architecture

Shanghai s'enorgueillit de son architecture. À juste titre. La ville est un véritable coffre aux trésors : temples bouddhiques, villas du temps des concessions, petites maisons nichées dans des ruelles, grandioses banques de style baroque, immeubles Art déco, tours postmodernes, spectaculaires gratte-ciel aux protubérances futuristes… Il y en a pour tous les goûts.
Le cabinet britannique Palmer & Turner a dessiné la plupart des bâtiments emblématiques des années 1920, notamment la Hongkong & Shanghai Banking Corporation (HSBC), la maison des Douanes et le Peace Hotel. La plupart des édifices étaient alors bâtis dans les styles néoclassique ou baroque, l'Art déco ayant émergé dans les dernières années de la décennie.
Shanghai possède l'équivalent des charmants hutong (ruelles) de Beijing et de leurs maisons à cour carrée : il s'agit des lilong (里弄, allées également appelées longtang 弄堂) et des shikumen (石库门), des maisons basses dotées d'un portail en pierre..
Mélange d'Orient et d'Occident, les shikumen allient le plan traditionnel de la maison chinoise – cour intérieure, importance accordée à la lumière naturelle – à la brique des maisons anglaises. Entre les années 1850 et 1940, ils formaient 60% des habitations de la ville. Conçus pour abriter une seule famille, ils ne dépassaient généralement pas deux ou trois niveaux. Leurs imposantes entrées en pierre étaient surmontées d'un linteau décoratif encadrant deux solides portes en bois. Le linteau était parfois sculpté d'un dicton en chinois, généralement à quatre caractères.
Depuis les années 1980, une nouvelle génération d'architectes remodèle le paysage shanghaïen. On raconte que plus d'un quart des grues existant dans le monde se dressaient au-dessus de la ville au milieu des années 1990. Le spectaculaire quartier moderne de Pudong et certaines parties de Puxi témoignent de l'optimisme qui s'est emparé de Shanghai. La tour Jinmao, le Shanghai World Financial Center et Tomorrow Square, ainsi que de nouveaux chantiers comme celui du White Magnolia Plaza (en construction) reflètent la renaissance qui a totalement transformé le patrimoine architectural de Shanghai en moins de 20 ans.

Les plus beaux bâtiments modernes

  • Tour Jinmao
  • Oriental Art Center
  • Oriental Pearl Tower (tour TV)
  • Shanghai World Financial Center
  • Gare ferroviaire Sud
  • Musée de Suzhou
  • Tomorrow Square (près de la place Renmin)

Les chefs-d'œuvre des concessions

  • Bank of China
  • Hongkong & Shanghai Bank
  • Peace Hotel
  • Musée des Beaux-Arts

Les plus beaux shikumen

  • Bubbling Well Lane, Jing'an
  • Bubbling Well Road Apartments, Jing'an
  • Shanyin Rd (près du musée Lu Xun), Hongkou
  • Centre artistique de Taikang Lu, concession française

Les plus beaux lieux de culte

  • Monastère de Chenxiangge
  • Temple du Bouddha de jade
  • Temple Jing'an
  • Cathédrale Saint-Ignace

Cuisine

Shanghai est le creuset de la transformation économique de la Chine, et l'effervescence se traduit aussi dans sa cuisine. Des chefs originaires de tout le pays et de l'étranger viennent ajouter leur touche personnelle à l'ensemble. Avis aux amateurs : vous découvrirez notamment ici la vraie cuisine cantonaise, qui n'a généralement rien à voir avec ce que l'on sert à l'étranger. En réalité, toutes les saveurs de l'immense territoire chinois semblent converger à Shanghai. Inutile d'aller à Kachgar pour manger des laghman (nouilles) ouïgours ou à Lanzhou pour déguster des nouilles du Gansu. Les restaurants mandchous vous éviteront également un voyage à Harbin. La cuisine de Kunming (Yunnan) est aussi représentée, et l'on trouve même des spécialités de l'Himalaya. Le canard laqué a depuis longtemps pignon sur rue, et une balade suffit pour goûter à certains des en-cas les plus appréciés de la cuisine chinoise – sans oublier, bien sûr, les spécialités de Shanghai. Côté restaurants, le choix va des établissements huppés, avec nappes amidonnées, cuisine haut de gamme et service impeccable, aux gargotes (小吃 ; xiaochi) des ruelles, où il serait incongru de demander une carte (en anglais ou chinois). Entre les deux se déploie un éventail pittoresque d'établissements adaptés à tous les budgets et à tous les goûts. N'hésitez pas à multiplier les expériences : cela fait partie du voyage. Poussez la porte des restaurants, et si vous ne savez pas lire la carte, servez-vous de notre glossaire, montrez de vos baguettes le plat de votre choix, ou prenez une leçon de chinois improvisée !

Bars

Comme pour lui rappeler son passé de débauche, l'alcool coule en généreuses quantités dans les veines de Shanghai. Plus encore peut-être que les autres villes du pays, sans ses bars, Shanghai serait un désert social et affectif. Pour les riches expatriés souffrant du mal du pays, ces établissements constituent le cœur de la vie sociale, et cette culture de la boisson est à leurs yeux une alliée indispensable.
Si les bars et les pubs sont essentiellement fréquentés par des étrangers, la course est lancée pour attirer la clientèle locale. À Beijing, l'approche est plus populaire – bière Tsingtao à 15 Y et bars sans prétention –, mais Shanghai reste fidèle à elle-même : l'accent est mis sur l'élégance, les cocktails chics et un appétit insatiable pour les nouvelles tendances. Les enseignes apparaissant et disparaissant à une vitesse étonnante, un bar ouvert depuis plus de 10 ans est considéré comme une institution. La concurrence acharnée a de bons côtés : les offres spéciales et les happy hours (généralement de 17h à 20h) rendent les prix abordables, du moins selon des standards étrangers.
Dernière mode en date : les cafés. S'il est difficile de trouver une maison de thé correcte dans un rayon de 20 km, les cafés branchés servant des cappuccinos et des sandwichs et offrant un accès Wi-Fi sont légion. Également très répandus, les stands de rue vendent du zhenzhu naicha (thé aux perles), un thé au lait sucré taïwanais avec des boulettes de tapioca servi frais, mais aussi d'autres breuvages, comme les boissons chaudes au gingembre ou les smoothies à la mangue.
Les bars ouvrent généralement en fin d'après-midi (plus tôt pour certains) et ferment vers 2h du matin.

Mode

Shanghai figure désormais sur la carte mondiale de la mode. Outre la concession française, qui compte de nombreuses boutiques de créateurs, les rues autour de la station de métro de South Shanxi Rd regroupent aussi de minuscules enseignes dignes d'intérêt. Plusieurs jeunes couturiers ont investi un pâté de maisons dans Changle Rd (D1), à l'est de Ruijin No 1 Rd : voyez La Vie pour le streetwear élégant de Jenny Ji, Elbis Hungi pour les jeans, eno pour les T-shirts, et One by One pour les modèles de trois créateurs locaux. Moins haut de gamme, Xinle Rd (B2) offre en revanche une plus grande variété : T-shirts à Thing, chaussures à 100 Change & Insect et mode urbaine à Source. Pour dénicher de bonnes affaires, faites plutôt un tour à Junmeizu, juste au coin de la rue. On trouve d'autres marques locales comme Insh, Urban Tribe et Shirt Flag au Centre artistique de Taikang Lu. Xintiandi est une autre bonne adresse, avec les luxueuses créations de Shanghai Trio, de NoD et d'Annabel Lee. La plupart des petites boutiques ouvrent de 12h à 22h.

Soieries et antiquités

Shanghai est un bon endroit pour acheter de la soie et des vêtements sur mesure d'un bon rapport qualité/prix. Les magasins Silk King (真丝大王 ; www.silkking.com), qui vendent de la soie (à partir de 158 Y/m) et des vêtements, proposent par ailleurs les services de tailleurs. Voyez également le marché aux tissus de Shiliupu, aménagé sur plusieurs étages. Pour une robe qipao (robe chinoise, ou cheongsam), préférez les boutiques de Changle Rd (entre South Maoming Rd et South Shaanxi Rd), de South Maoming Rd et du Centre artistique de Taikang Lu.
Les visiteurs ont naturellement tendance à ouvrir grand les yeux dans le fol espoir de dénicher les antiquités de leurs rêves – le vase qinghua de la fin de la dynastie Yuan qui les rendra riches par exemple. Sachez toutefois que la plupart des objets de valeur ont été identifiés depuis bien longtemps et sont vendus comme tels. Si vous tombez sur un article à bas prix datant du règne de Guangxu, soyez sûr qu'il s'agit d'un faux (仿古 ; fanggu).
Si vous êtes prêt à payer le prix pour une pièce authentique, les magasins d'antiquités ne manquent pas. De bons établissements sont installés près de l'aéroport de Hongqiao, à l'ouest. Ils sont surtout spécialisés dans les meubles de la fin des dynasties Ming et Qing. Demandez s'ils ont été restaurés, car il est courant de trouver des armoires ou des coffres réparés par des professionnels. Il est interdit d'exporter des objets datant d'avant 1795. Pour des articles de style Art déco, voyez le magasin Art Deco.

Massages et spas

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les barbiers de la dynastie Qing mirent au point la forme actuelle du massage chinois, appelé tuina (推拿 ; littéralement « pousser-saisir »). En plus de couper les cheveux, ils apprirent à utiliser les points d'acupuncture pour traiter différentes affections par acupression. Cette pratique, moins chère, moins douloureuse et plus sûre que l'acupuncture, devint vite populaire. Le principe du massage chinois est de stimuler le (l'énergie vitale qui s'écoule le long des différents méridiens, dont chacun est relié à un organe) et de lui permettre de circuler librement. On l'utilise pour traiter des maux précis, comme les douleurs musculaires et articulaires ou les rhumes.
À Shanghai, vous pourrez facilement vous faire masser le corps ou les pieds à prix très doux. Dragonfly (www.dragonfly.net.cn) et Green Massage (www.greenmassage.com.cn) possèdent de nombreux salons à travers la ville.
Dans certains établissements, les massages sont prodigués par des aveugles. C'est notamment le cas chez Lulu Massage (璐潞盲人按摩中心, C4 ; 6473 2634 ; 597 Middle Fuxing Rd ; 复兴中路597号 ; 12h-1h).
Pour vous faire chouchouter, les spas constituent de véritables havres de sérénité. Beaucoup de grands hôtels en possèdent un.

Tai-chi et arts martiaux

Vous rêvez de renverser d'un coup d'épaule des ceintures noires 4e dan de karaté ? De maîtriser les huit transformations du bagua zhang ? N'hésitez plus ! Pour de nombreux jeunes Chinois, apprendre les arts martiaux n'a rien de séduisant mais en Occident, les cabrioles de Bruce Lee et de Jackie Chan ont enflammé des générations d'amateurs. Shanghai n'est pas Wudang Shan, mais on peut néanmoins y trouver d'excellents pratiquants.
Le tai-chi, souvent considéré comme une gymnastique, est en réalité un art martial taoïste, qui se pratique avec des clefs, des frappes de la main et du pied, et des armes. S'il faut beaucoup de temps et d'efforts avant de maîtriser les mouvements, l'apprentissage en est gratifiant. Le tai-chi permet de se détendre et de développer sa force, d'améliorer son équilibre et sa souplesse, d'exercer ses articulations et de renforcer ses jambes. Le style Yang peut sembler abordable, mais le style Chen est véritablement très ardu.
Vous pouvez aussi vous essayer au xingyi quan (« poing de la forme et de l'intention », au bagua zhang (« paume des huit trigrammes ») et aux différents styles bouddhiques de Shaolin. Des cours ont lieu tôt le matin dans les parcs de Shanghai. Voyez aussi les écoles suivantes : Longwu Kungfu Center (www.longwukungfu.com), Oz Body Fit (www.ozbodyfit.com) et Mingwu International Kungfu (www.mingwukungfu.com).

Galeries d'art

Comme tout à Shanghai, l'art chinois est une marchandise qui tend à être dominée par de riches investisseurs et des marchands d'art étrangers. On pourrait penser qu'une révolution artistique est en cours, mais beaucoup d'œuvres exposées semblent surtout absorber les besoins et les goûts des Occidentaux comme autant d'éponges multicolores. Alléchés par les sommes d'argent en jeu, les galeristes en viennent à promouvoir des artistes pas toujours très talentueux. Les galeries d'art abondent, mais l'originalité brille souvent par son absence, et les références ironiques à la richesse, au communisme, à la propagande et au consumérisme peuvent lasser à la longue.
Si vous voulez acheter, familiarisez-vous tout d'abord avec le marché et préparez-vous à tomber sur des œuvres médiocres. Explorer les galeries de Shanghai vous fera découvrir une forme artistique moins censurée que d'autres médias comme le cinéma. Paradoxalement, cela confère à l'art chinois une double dimension, tout à la fois exaltante et terne : l'art repousse les limites, mais dans une direction prévisible et restreinte.
Comme le très populaire 798 Art District à Beijing, le Centre artistique M50 occupe une ancienne usine, dont les ateliers lumineux et spacieux ont été reconvertis en galeries d'art, en boutiques et en cafés branchés.

Les meilleures galeries d'art

  • Art Labor
  • Art Scene (au M50)
  • Factory
  • island6 (au M50)
  • James Cohan
  • Centre artistique de l'affiche de propagande
  • Shanghai Gallery of Art
  • ShanghART

Les meilleurs musées d'art

  • Musée de Shanghai
  • Musée d'Art contemporain de Shanghai (MOCA Shanghai)
  • Musée Zendai d'Art moderne

Marchés

Les marchés (市场 shichang) réservent de bonnes affaires et une grande variété. Pour les vêtements, les souvenirs et les antiquités, le marchandage est de rigueur : les vendeurs sont si nombreux qu'on peut facilement faire jouer la concurrence. Même s'il est peu probable qu'on essaie de vous tromper, quand vous achetez quelque chose, vérifiez bien qu'on vous donne le bon objet. On utilise en général des espèces. Dans des endroits comme le marché Qipu, où les pickpockets se font passer pour des vendeurs insistants, veillez à conserver votre argent dans une poche intérieure. Jetez un œil au marché aux fleurs, aux oiseaux et aux insectes (万商花鸟鱼虫市场) dans South Xizang Rd, juste au nord du croisement avec West Fangbang Rd, à l'ouest de la vieille ville. Les marchés « mouillés » (poissons, animaux et légumes) sont fascinants, mais parfois difficiles à supporter. Voyez notamment le marché de Tanggu Rd (塘沽路), à Hongkou.

Les meilleurs marchés aux souvenirs

  • Marché d'antiquités de Dongtai Road
  • Marché d'antiquités de Fuyou
  • Old Street
  • Bazar du jardin Yu

Les meilleurs marchés aux vêtements

  • AP Xinyang Fashion & Gifts Market
  • Fenshine Fashion & Accessories Plaza
  • Marché Qipu
  • Marché aux tissus de Shiliupu
  • Marché aux tissus du quai Wangjia

Clubs et discothèques

Le clubbing en est à ses balbutiements, mais l'envie de s'amuser et le désir d'expérimentations avant-gardistes stimulent l'inventivité (parfois tapageuse) des Shanghaïens. L'ascension rapide de la ville dans le monde de la nuit pousse les professionnels à faire preuve d'originalité pour drainer le flot des fêtards. Comme pour les bars, cependant, les discothèques ont une durée de vie très courte, disparaissant aussi vite qu'elles sont apparues. Les établissements diffusent de la musique internationale et chinoise, cette dernière étant plus appréciée par la clientèle locale. On trouve aussi bien d'immenses discothèques branchées, rendez-vous des Hongkongais chic et des travailleurs en col blanc, que des lieux plus décontractés et intimistes, et des bars tendance avec DJ en fin de semaine. Le week-end, le prix d'entrée est d'environ 100 Y avec une boisson. Vous trouverez une liste de clubs et de discothèques dans That's Shanghai ou sur www.smartshanghai.com. Très populaire, le karaoké attire une foule d'amateurs qui se battent pour s'emparer du micro. Si vous êtes à Shanghai pour affaires, attendez-vous à ce qu'on vous traîne dans un bar à karaoké et qu'on vous présente la liste des chansons (qui comprend généralement un choix correct de chansons étrangères). Pour les discothèques et les bars gays et lesbiens, voir ci-après.

Shanghai gay et lesbien

La scène gay reste discrète : la société chinoise est naturellement conservatrice et peu démonstrative, et la Gay Pride ne compte pas parmi les priorités des communistes. L'homosexualité étant toujours réprouvée, aussi bien dans la sphère familiale que professionnelle, faire son « coming out » est difficile. De plus, la promotion du socialisme éthique et de la prudence communiste par les autorités rend bien improbable un défilé gay dans East Nanjing Rd. Dynamique, cosmopolite et en voie de libéralisation rapide, Shanghai constitue pourtant une destination appréciée par les homosexuels, qui se retrouvent à la discothèque D2, aux Cool Docks, au Frangipani (F5 ; 5375 0084 ; 399 Dagu Rd ; 大沽路399号 ; 18h-2h), un bar décontracté pour garçons et filles, au Shanghai Studio (B5 ; 6283 1043 ; www.shanghai-studio.com ; n°4, Lane 1950, Middle Huaihai Rd ; 淮海中路1950弄4号 ; 21h-2h) et à l'Eddy's Bar (B5 ; 6282 0521 ; 1877 Middle Huaihai Rd ; 淮海中路1877号 ; 20h-2h lun-jeu, 20h-3h ven-dim).
Se tenir la main entre personnes du même sexe n'est pas forcément un signe d'homosexualité – les jeunes hommes chinois se passent souvent les bras autour des épaules en se tenant très près les uns des autres. City Weekend publie une chronique homosexuelle bimensuelle.

Religion

Ne vous laissez pas abuser par la frénésie de consommation de Shanghai. Depuis la disparition de Mao Zedong, la religion a connu une formidable renaissance à Shanghai et dans le reste du pays. La liberté religieuse existe, mais c'est une liberté « à la chinoise » : des mouvements spirituels comme le Falun Gong peuvent être interdits du jour au lendemain.
La Chine a toujours été ouverte aux différentes religions et croyances (bouddhisme, christianisme, judaïsme, islam, communisme), mais c'est le christianisme qui attire le plus de convertis à l'heure actuelle. L'interdiction du prosélytisme n'a pas ralenti la propagation de l'évangile chrétien (hao xiaoxi) et nombreux sont les Chinois, notamment les Shanghaïens, à se convertir. Le Moyen-Orient a un pied en Chine depuis le VIIIe siècle (et l'arrivée des nestoriens) mais, jusqu'à une date récente, son ancrage est toujours resté précaire. Si le christianisme est sur le déclin en Occident, il a en revanche trouvé ici un nouvel essor, en partie parce que les Chinois établissent une relation entre la religion de nombreuses nations chrétiennes et leur appartenance au monde développé.
La meilleure manière d'observer les pratiques religieuses est de visiter les temples de la ville. Certains, comme l'ancien temple de Tianhou, ont été démolis, mais beaucoup sont encore debout.

Les plus beaux temples bouddhiques

  • Monastère de Chenxiangge
  • Temple du Bouddha de jade
  • Temple Lingyin
  • Temple bouddhique Yuanjin

Les plus beaux temples taoïstes

  • Temple du Mystère
  • Temple du Dieu protecteur de la ville

Les plus belles églises

  • Église catholique, Qibao
  • Cathédrale Saint-Ignace
  • Église Saint-Nicolas
  • Église catholique de l'Ascension, Zhujiajiao
Mis à jour le : 8 avril 2014
Vizeat

Articles récents

Paramètres des cookies