Lonely Planet

Hong Kong

  1. Accueil
  2. Asie
  3. Chine
  4. Hong Kong
  5. Les Incontournables

Hong Kong : Les Incontournables

À voir à Hong Kong

Star Ferry : embarquer à bord d'un véritable monument historique à Victoria Harbour

Impossible de dire que l'on a vu Hong Kong si l'on n'a pas pris au moins une fois le Star Ferry ! Pour la modique somme de 2 HK$, on peut monter sur le pont supérieur de l'un de ces petits bateaux diesel, inaugurés en 1888 et baptisés entre autres Morning Star, Celestial Star et Twinkling Star.
C'est de nuit, quand la frénésie de la ville est retombée, que la traversée est la plus romantique : embarcations allégrement illuminées, reflet des bâtiments dans l'eau et port éclairé par les néons des gratte-ciel. Essayez de faire ce trajet par temps clair et de Kowloon à Central, plus spectaculaire que dans l'autre sens. La traversée dure environ 9 minutes (le temps qu'il fallait pour lire, dit-on, le Hong Kong Star, un petit journal), et les départs sont très nombreux. Bien loin d'être une attraction touristique, le Star Ferry constitue un moyen de transport pratique très emprunté par les habitants pour se rendre sur le continent ou en revenir, matin et soir.

Panorama : ouvrir grand les yeux sur les plus incroyables vues de Hong Kong

Comment ne pas tomber dans les clichés et les superlatifs pour décrire la ligne d'horizon et le port de Hong Kong ? Aucun mot ni aucune photo ne parviennent à communiquer la charge d'énergie que dégage la silhouette futuriste de cette mégalopole à l'incroyable topographie naturelle. Une des meilleures façons de s'offrir ce frisson tout simple consiste sans aucun doute à prendre de la distance et de la hauteur (au sens propre). Un ascenseur rapide conduit au 43e étage de la Bank of China Tower, conçue par l'architecte sino-américain I. M. Pei en 1990. De là, vous aurez une vue panoramique sur Hong Kong. Et vous serez grosso modo à la même hauteur que la tour HSBC, située au nord-ouest. Autre tour, autre panorama, depuis les fenêtres du Hong Kong Monetary Authority Information Centre, au 55e étage du Two International Finance Centre. C'est encore plus haut mais en fait pas aussi spectaculaire. Finalement, ce n'est pas en hauteur mais au bout du port de Tsim Sha Tsui, de l'autre côté de Victoria Harbour, à Kowloon, que la vue sur Hong Kong est la plus extraordinaire. De jour : les collines luxuriantes et les gratte-ciel défiant les lois de la gravité. De nuit : le fascinant spectacle des néons.

Marchés alimentaires : faire le plein de couleurs, d'odeurs et d'images chocs

Attendez-vous à voir vos sens (et peut-être votre sensibilité) sollicités sur les marchés alimentaires de Hong Kong. Des montagnes d'aliments exotiques – caramboles, pommes cannelles, fruits du dragon – jouxtent des étals proposant des spécialités locales comme les œufs de cent ans (ces œufs tirant sur le vert et le noir enrobés pendant cent jours dans un mélange de cendres, de chaux et de sel, que l'on consomme tels quels) ou le tofu frais prélevé encore fumant dans des baquets en bois. Les marchés hongkongais peuvent aussi heurter les âmes sensibles. Toutes sortes de crustacés et de reptiles vivants se tortillent dans des paniers, tandis que l'on voit des poissons éventrés avec le cœur encore battant. Le marché de Graham Street, en extérieur, est l'un des plus pittoresques. Pour y aller, remontez Queen's Road Central (ou descendez Hollywood Road) et préparez-vous à affronter la cacophonie, l'agitation et la foule qui s'attarde, bavarde et discute les prix.

Tramways : parcourir d'est en ouest l'île de Hong Kong

Un trajet en tramway dans le nord de l'île de Hong Kong est tout aussi indispensable et saisissant que la traversée de la baie en Star Ferry. Certes, les rames sont lentes, dépourvues de climatisation, bruyantes et régulièrement bondées, mais cela fait partie de leur charme. Pour quelques dollars, on fait ainsi une superbe promenade en regardant défiler lentement l'incroyable paysage urbain. Les 164 tramways qui circulent, hauts et étroits, parcourent en bringuebalant les 13 km de voies entre Kennedy Town, à l'ouest, et Shau Kei Wan, à l'est.
Ces tramways à impériale font partie des derniers au monde et ils transportent encore quotidiennement quelque 250 000 passagers. Essayez de trouver une place à l'étage et à l'avant afin d'avoir une bonne vue sur l'agitation des rues. Les voyageurs de grande taille auront du mal à se tenir debout en raison du plafond bas, mais ils auront plus de place à l'arrière, en bas comme en haut. Pour descendre, notamment sur la plate- forme inférieure, il vous faudra probablement jouer des coudes.

Sheung Wan : Se perdre dans les ruelles du vieux Hong Kong

À proximité des abords vertigineux et clinquants de Central et pourtant en apparence à des années-lumière, les rues de Sheung Wan forment le cœur historique chinois de l'île de Hong Kong. Ici, pas de centres commerciaux et seulement quelques gratte-ciel à l'ouest. Le quartier, plein de vie et de couleurs, a conservé son cachet chinois et se découvre facilement à pied. Laissez-vous guider par votre nez dans Queens Road West jusqu'aux alentours de Wing Lok Street.
C'est de là que vient l'odeur de poisson persistante qui embaume le quartier : vous y verrez une profusion de poissons séchés et de remèdes chinois vendus en gros. Au-dessus des crustacés séchés, les piles d'ailerons de requin attestent de la popularité de cette denrée, considérée ici comme prestigieuse, particulièrement lors des mariages et autres festivités. Des boutiques sont spécialisées dans la vente de racines de ginseng et de nids de salanganes (un type d'hirondelle), dangereusement collectés dans des grottes marines en Malaisie.
Ces nids, constitués de bave de salangane, entrent dans la composition d'un certain nombre de plats chinois et tout particulièrement dans la soupe aux nids d'oiseaux, souvent servie en entrée lors des repas de fête. Un peu plus haut, l'extrémité ouest d'Hollywood Road vaut aussi le détour pour faire des emplettes. On peut ainsi acheter des papiers votifs, comme des billets de banque funéraires (hell banknotes), que l'on brûlera pour les défunts. Près de là, le temple de Man Mo, qui sent bon l'encens, fait face à Upper Lascar Row (ou Cat Street), une autre bonne adresse pour chiner antiquités et brocante.

Villages fortifiés : découvrir la vie des premiers hongkongais

Les Punti furent parmi les premiers clans à s'installer à Hong Kong. Ces « autochones » (sens littéral de Punti) venaient en réalité de Canton.
Vers le XIe siècle, cinq grands clans commencèrent à s'établir dans ce que l'on appelle aujourd'hui les Nouveaux Territoires. Le premier et le plus puissant, celui des Tang, bâtit les villages fortifiés visibles aujourd'hui le long de l'impressionnant Ping Shan Heritage Trail. Le plus célèbre descendant de ce clan est le créateur William Tang. Célèbre pour son style flamboyant, c'est lui qui a dessiné les uniformes des employés du MTR (métro) et de Dragon Air. Aux Tang succédèrent les Hau et les Pang (qui essaimèrent autour de Sheung Shui et de Fan Ling), puis les Liu et les Man.
Bordé de superbes constructions historiques, le Ping Shan Heritage Trail donne, sur 1 km, un aperçu du style de vie de ces clans. Et l'on peut même découvrir leur alimentation en allant manger au Dah Wing Wah. Hugo Leung Man-to, le chef de ce restaurant, est réputé pour sa capacité à perpétuer et à sublimer la tradition. Il s'approvisionne en ingrédients locaux dans des petites fermes et s'inspire de la cuisine créative contemporaine.

Le Peninsula : goûter au luxe d'un hôtel mythique

Service impeccable, atmosphère feutrée et écho discret d'un quatuor à cordes à l'étage : prendre le thé au Peninsula permet de goûter sans se ruiner au luxe hongkongais. À la fois monument et icône de la ville, le Peninsula figure sans aucun doute sur la liste des grands palaces internationaux. Baptisé le « plus bel hôtel à l'est de Suez » quelques années après son ouverture en 1928, le Peninsula faisait partie, aux côtés du Raffles à Singapour, du Peace (aujourd'hui Cathay) à Shanghai et du Strand à Rangoon (Birmanie), de ces quelques prestigieux palaces asiatiques où descendait le gotha international.
Pour y prendre le thé, il faut s'habiller correctement (la veste n'est cependant pas obligatoire) et s'armer de patience. Et c'est en patientant qu'on salive à la vue des sandwichs au concombre, des scones et des appétissants gâteaux posés sur les tables. Le thé est servi tous les jours de 14h à 19h (268 HK$ pour une personne, 398 HK$ pour deux).
On croise au Peninsula une clientèle variée, des touristes japonais aux tai tai (femmes mariées à de riches hommes d'affaires). Ces dernières s'emparent généralement des meilleures tables, pour bavarder autour d'un thé avec leurs amies – le plus souvent par téléphone. Une fois sorti (et pour revenir à la réalité), jetez un œil, de l'autre côté de Nathan Road, à la galerie commerçante labyrinthique des Chungking Mansions.

Le Peak : prendre l'air au sommet de l'île de Hong Kong

Point culminant de l'île, le Peak est le quartier résidentiel de Hong Kong depuis l'arrivée des Britanniques au XIXe siècle. Les tai pan (riches hommes d'affaires) s'y firent alors construire des résidences d'été pour fuir la chaleur (il y fait généralement 5°C de moins qu'en bas). C'est aujourd'hui la principale destination touristique à Hong Kong et le quartier où l'immobilier est le plus cher. Il faut dire que l'on y a l'un des plus spectaculaires panoramas urbains au monde. Pour y monter, une seule solution pratique : le Peak Tram.
La Peak Tower s'élève juste au-dessus du terminus du funiculaire. Ce bâtiment de sept étages en forme d'enclume abrite des boutiques, des restaurants, des attrape-touristes et une terrasse panoramique. En face, la Peak Galleria, un centre commercial comportant trois étages de boutiques et de restaurants, a été conçue, tout comme la tour, pour résister à des vents pouvant aller jusqu'à 270 km/h, soit supérieurs à la vitesse maximale d'un typhon de force 10.
Lorsqu'ils parlent du Peak, les Hongkongais font référence au plateau et à sa zone résidentielle, à environ 400 m d'altitude. Le sommet, le Victoria Peak (552 m), se trouve à 500 m au nord-ouest du terminus du funiculaire, au bout de la très raide Mt Austin Road. La résidence du gouverneur, près du sommet, fut détruite pendant la Seconde Guerre mondiale, mais les jardins sont ouverts au public.
Pour faire le tour du Victoria Peak en 1 heure et sans vous fatiguer, empruntez Harlech Road et Lugard Road, qui forment une boucle de 3,5 km autour du sommet. Si vous voulez prolonger la balade (et éviter la descente en tram, bondé), continuez sur 2 km le long de Peak Road jusqu'à Pok Fu Lam Reservoir Road, qui part de Peak Road à hauteur de la sortie du parking. Après le lac, vous atteindrez Pok Fu Lam Road, une grande route où le bus n°7 conduit à Central. Une autre belle promenade descend jusqu'à la Hong Kong University. Rejoignez le flanc ouest du Victoria Peak via Lugard Road ou Harlech Road, puis descendez Hatton Road par un chemin raide mais dégagé.

Temple de Sik Sik Yuen Wong Tai Sin : invoquer la chance à New Kowloon

Piliers rouges, toits jaunes, charpente ouvragée vert et bleu, ce temple est un festival de couleurs. Mais ce qui surprend encore plus, c'est sa popularité auprès des Hongkongais. Ils y viennent nombreux en fin de journée pour prier ou bien chercher à connaître leur avenir. Munis de chim en bambou, ils font tomber ces bâtons de divination de leur boîte sur le sol pour ensuite les interpréter – on trouve des chim gratuits sur la gauche du temple principal. À gauche de l'entrée au site, avant le temple principal, des dizaines de chiromanciens officient sous les arcades. Certains parlent même anglais – et l'indiquent sur des panneaux. Les Good Wish Gardens sont situés derrière le temple principal, sur la droite. Ces jardins comptent des pavillons colorés (l'Unicorn Hall, aux portes et aux fenêtres sculptées est le plus beau), des ponts et des bassins artificiels.
Le temple de Sik Sik Yuen Wong Tai Sin est particulièrement fréquenté aux alentours du Nouvel An chinois, de l'anniversaire de Wong Tai Sin (23e jour du 8e mois lunaire, souvent en septembre) et les week-ends, surtout le vendredi soir.

Hong Kong Museum of History : remonter le temps au musée d'histoire

Cela ne vous aura sans doute pas échappé : Hong Kong est une ville dont les décideurs ont le sens des affaires… et les yeux rivés vers le futur ! Les vestiges du Hong Kong d'autrefois en sont d'autant plus précieux, qu'il s'agisse de bâtiments classés, de monuments historiques ou encore d'anciennes pratiques comme cet autel dédié au dieu de la Terre Tou Tei dans une boutique d'informatique. Le musée d'Histoire de Hong Kong constitue une intéressante promenade dans le temps à travers 8 salles. L'exposition débute au rez-de-chaussée avec la préhistoire et l'environnement naturel du territoire (il y a environ 6 000 ans), pour s'achever en 1997 avec la rétrocession à la Chine (2e ét.). On peut aussi voir une vidéo sur le thème « Hong Kong au fil du temps » (2e ét.). Entre autre reconstitutions, il y a : des maisons villageoises, des costumes, des lits traditionnels et même une rue commerçante de Central en 1881 (avec une ancienne officine médicale chinoise) ainsi qu'un tramway de 1913. Des séquences de film sur la Seconde Guerre mondiale, dont les témoignages de Chinois et d'étrangers faits prisonniers par les Japonais, émaillent aussi le parcours. Mais la collection la plus attendrissante est certainement le méli-mélo de jouets et de souvenirs des années 1960 et 1970, quand le Made in Hong Kong rimait avec cadeaux de Noël de pacotille.

Dim sum : succomber aux délices du « yum cha »

Les Hongkongais parlent traditionnellement de «  yum cha  » (ce qui signifie littéralement « allons boire du thé ») pour se référer aux dim sum, ce repas typiquement cantonais, servi à l'heure du petit-déjeuner, du brunch ou du déjeuner (7h–15h). Une occasion de se réunir pour déguster quantité de plats à partager, plaisir d'autant plus grand que la tablée est nombreuse. La plupart des dim sum sont cuits à la vapeur dans des petits paniers en bambou, disposés ensuite sur des chariots que des serveurs promènent autour des tables. Nul besoin de carte (quoiqu'elle existe en général en chinois), il suffit d'arrêter le serveur pour faire son choix. Vos consommations seront inscrites sur une note laissée sur la table. Ne commandez pas tout d'un coup : chaque chariot propose une sélection différente. Prenez votre temps et commandez au fur et à mesure. On dit qu'il existe environ un millier de dim sum, mais vous aurez déjà fort à faire à en goûter une dizaine par repas.
cha siu baau – brioches vapeur farcies de porc grillé
cheun gyun – rouleaux de printemps
cheung fan – rouleaux vapeur à la farine de riz farcis de crevettes, de bœuf et de porc
ching chaau si choi – légumes de saison sautés
fu pei gyun – rouleaux de tofu frits
fung jaau – pattes de poulet à la sauce aux haricots noirs
har gaau – raviolis vapeur à la crevette
no mai gai – riz gluant dans une feuille de lotus
paai gwat – travers de porc à la sauce aux haricots noirs
saan juk ngau yuk – boulettes vapeur de viande de bœuf hachée
siu maai – raviolis vapeur au porc et aux crevettes
Les restaurants de dim sum sont généralement très lumineux, vastes et bruyants, ce qui donne parfois l'impression de manger dans un hangar d'avion !

Hong Kong Park : s'évader au milieu des oiseaux tropicaux

Ce parc de 8 hectares, vraiment atypique, a été délibérément conçu dans un style peu naturel ! Place avec fontaine, serres, cascade artificielle, salle et aire de jeux, jardin de tai-chi, tour d'observation, musées et espace artistique : les installations y sont nombreuses. Entourés d'une forêt de gratte-ciel d'un côté et de montagnes de l'autre, les lieux sont d'une beauté quasi surnaturelle et vraiment très photogéniques.
Le principal intérêt du parc est toutefois sa magnifique volière : l'Edward Youde Aviary, du nom d'un ancien gouverneur (1982–1987) et fin connaisseur de la Chine, très apprécié et qui mourut brutalement en poste. Peuplée de centaines d'oiseaux de quelque 150 espèces, cette volière recrée brillamment l'habitat de la forêt tropicale. La visite se fait sur une passerelle en bois suspendue à 10 mètres du sol, au niveau même des branches des arbres, soit là où vivent les oiseaux. Il y a aussi une dizaine de plates-formes d'observation. Planifiez votre venue le matin, quand les oiseaux sont plus actifs. Des bénévoles de la Hong Kong Bird Watching Society organisent des visites du parc et de la volière, en signalant diverses espèces exotiques, en particulier des cacatoès couleur soufre, des bulbuls de Chine et des pies bleues.

Temple Street Night Market : dîner puis faire son shopping en pleine nuit

Temple Street, qui doit son nom au temple dédié à Tin Hau (situé au milieu de la rue), accueille le marché de nuit le plus animé de Hong Kong. On l'appelait jadis « Men's Street » pour le différencier du « Ladies' Market » de Tung Choi Street, et parce que l'on n'y vendait que des vêtements masculins. On y trouve toujours beaucoup d'articles pour hommes, mais les vendeurs acceptent tous les clients ! Et on ne vient pas ici que pour faire des emplettes, mais aussi pour grignoter et se divertir.
Dans Woo Sung Street, une rue parallèle côté est ou dans la partie de Temple Street au nord du temple, en allant vers Man Ming Lane, on trouve de tout : des fritures à emporter à un bol de nouilles, en passant par un repas complet avec service en terrasse. Il y a aussi quelques restaurants de poisson ou à fondue, sans oublier le Mido, le plus célèbre cha chaan tang (café local hongkongais). Une myriade de diseurs de bonne aventure et d'herboristes, ainsi que quelques spectacles gratuits d'opéra cantonais complètent le tableau. Le marché ouvre officiellement en fin d'après-midi et ferme à minuit, mais c'est entre 19h et 22h qu'il y a le plus d'ambiance, de stands et de monde. Si vous voulez poursuivre la balade, poussez jusqu'au Wholesale Fruits Market, à l'angle de Shek Lung Street et de Reclamation Street, qui bourdonne d'activité de minuit à l'aube.

Aberdeen : voguer entre les maisons et restaurants flottants

Qui n'a pas en tête cette image de carte postale de jonques voguant devant les gratte-ciel de Hong Kong ? Il s'agit du port antityphon d'Aberdeen, où étaient jadis amarrées les maisons flottantes des Tanka, arrivés ici avant le Xe siècle. Des 30 000 pêcheurs actifs en 1960, il n'en reste plus que quelques centaines, qui vivent toujours sur l'eau. Mais la majorité des habitants d'Aberdeen sont leurs descendants et se considèrent encore comme un « peuple de l'eau » (sui seung yan).
Ce passé est célébré chaque année lors de nombreuses régates de bateaux-dragons et ce, sur tout le territoire. En fin de semaine, le soir, on peut voir les équipes s'entraîner au clair de lune dans le port d'Aberdeen, puis décompresser au Ap Lei Chau Market Cooked Food Centre, sur l'autre rive. C'est là que l'on peut déguster l'une des meilleures cuisines de poisson et de fruits de mer – à des prix très abordables – de tout Hong Kong.
Une promenade en sampan touristique au départ de différents points de l'Aberdeen Promenade passe devant des bateaux de pêche amarrés à côté de yachts de luxe et des gratte-ciel dominant les vieux chantiers navals. Ce n'est pas idyllique, mais pourtant plein de charme.

 

Articles récents