Hong Kong : Culture

Langue

La langue maternelle de la majorité des habitants est le cantonais, mais plus de 70% de la population parle le mandarin, compris de la plupart des Chinois, et dont l'apprentissage a connu un véritable boom depuis la rétrocession en 1997. L'anglais se pratique presque partout et le nom des rues est très souvent écrit dans les deux langues.
Tous les dialectes chinois emploient le même système d'écriture, mais le cantonais compte quelque 3 000 caractères spéciaux... Ceux qui pensent pouvoir mieux se débrouiller avec le chinglish (anglais à la sauce chinoise) seront déçus : quinze ans d'études chinoises et un cours intensif d'anglais semblent le minimum pour maîtriser cette langue hautement fantaisiste !
bonjour : ni hao
au revoir : zàijiàn
merci : xièxie
je vous en prie : bukeqi
je m'appelle... : wo xing...
comment vous appelez-vous ? : nin gui xing ?
France : Faguo
je ne comprends pas : wo tingbudong
passeport : huzhào
toilettes : cèsuo
changer de l'argent : huàn qian
chambre standard : biaozhun fangjian
téléphone : diànhuà
demain : mingtian
je veux aller à... : wo yào qu...
acheter un billet : mai piào

Nourriture

Ce ne sont pas les restaurants qui manquent à Hong Kong… Si les établissements occidentaux sont nombreux, on peut également déguster toutes les cuisines chinoises. Il y a quatre types de cuisines régionales en Chine. Au nord de la Chine (donc à Pékin), on consomme plus volontiers des nouilles, des raviolis et des pains cuits à la vapeur que du riz. Et le canard laqué et le poulet du mendiant – enveloppé dans des feuilles de lotus et cuit une journée entière sur des braises – sont les deux grandes spécialités. La cuisine cantonaise et de Chaozhou est réputée pour sa fraîcheur. Viande et poisson y sont à l’honneur, cuits à la vapeur, bouillis ou encore sautés dans un wok. Les dim sum (des petites bouchées cuites à la vapeur), les œufs de mille ans (œufs enveloppés dans une mixture de cendre, de citron et de sel, puis enterrés pendant cent jours) et la soupe aux ailerons de requin sont les plats les plus connus. À l’est, porc, fruits de mer et soupes sont très appréciés. Enfin, il y aurait plus de 4 000 spécialités au Sichuan ! Il faut absolument goûter le gonbao jiding, poulet frit aux cacahuètes et au piment, le mapo doufu, viande de porc au yaourt de soja et aux oignons, le guoba roupian, riz soufflé servi avec de la viande de porc.

Religion

Hong Kong possède environ 600 temples, monastères et autres lieux de culte. Le monastère de Po Lin, situé sur l'île de Lantau, le monastère des Dix Mille Bouddhas à Sha Tin et le temple de Sik Sik Yuen Wong Tai Sin sont les plus importants.
La religion pratiquée aujourd'hui par les Hongkongais a été influencée par trois grands courants de pensée (le taoïsme, le confucianisme et le bouddhisme) et intègre également d'anciennes croyances animistes. On dit du taoïsme, né au VIe siècle av. J.-C., qu'il est la seule religion véritablement chinoise. On ne sait rien de son fondateur, Lao-tseu, ni même si ce dernier a réellement existé. Le cœur du taoïsme est le concept du Dao, ou "voie", principe de l'univers, qu'on ne peut appréhender qu'à travers une recherche mystique. Le confucianisme, fondé par Confucius à la même période, est plus une philosophie qu'une religion. Il définit des codes de conduite et met l'accent sur la famille, la piété filiale et le culte des ancêtres. Quant au bouddhisme, en Chine, c’est l’école dite de Mayahana – ou “grand véhicule” – qui prédomine, avec un véritable “panthéon” bouddhiste, dont on peut voir de nombreuses représentations dans les temples.
La religion n’est pas la seule tradition bien vivante dans la société hongkongaise, en apparence si occidentalisée. Le feng shui (savoir visant à équilibrer les éléments naturels pour créer un environnement harmonieux, très utilisé dans la construction et la décoration), la divination (notamment avec des bâtonnets nommés chim), la numérologie et l’astrologie sont aujourd’hui encore très pratiqués par l’ensemble de la population.

Arts

L’opéra chinois, un mélange de chant, de dialogue, de mime, de danse et d’acrobatie, n’a vraiment rien en commun avec l’opéra occidental et déroute souvent les étrangers. Des représentations ont souvent lieu dans les théâtres de Hong Kong. Le genre musical le plus populaire est certainement le canto-pop (abréviation de cantonese popular music), des mélodies sucrées plutôt destinées aux adolescents mais très populaires dans l’ensemble de la population.
La danse du lion, symbole de chance et de fortune, est une tradition encore bien vivante à Hong Kong, notamment pour les mariages ou l’inauguration des commerces. Dissimulés sous des costumes de lions, les danseurs bondissent et enchaînent les acrobaties au rythme des cymbales.
Les arts plastiques sont bien représentés à Hong Kong, avec de nombreux musées et galeries. L’art contemporain hongkongais est particulier car les artistes puisent leur inspiration à la fois dans la tradition chinoise et dans la culture occidentale.
Le cinéma est toutefois certainement le domaine dans lequel Hong Kong excelle. Outre les films d’actions de Jackie Chan, de Tsui Hark et de John Woo, l’œuvre de Wong kar-Wai (primé en 2006 à Cannes pour In the Mood for Love) a aujourd’hui acquis une renommée internationale.

Mis à jour le : 11 novembre 2012
Vizeat

Articles récents

Paramètres des cookies