Cambodge : Sécurité

Désagréments au Cambodge

Pour des informations à jour sur la sécurité au Cambodge, consultez le site du ministère des Affaires étrangères.
Si le Cambodge est désormais un pays plutôt sûr pour les voyageurs, n’en oubliez pas pour autant la règle d’or : en raison de la présence éventuelle de mines, ne quittez jamais les sentiers balisés dans les régions reculées.
Les journaux en anglais Cambodia Daily (www.cambodiadaily.com) et Phnom Penh Post (www.phnompenhpost.com) sont de bonnes sources d’information ; consultez leur site Internet avant de prendre la route.

Criminalité et violences

Les vols à main armée ne sont pas aussi fréquents qu’on pourrait le croire, vu le nombre d’armes en circulation dans le pays. Cependant, les braquages et les vols à moto constituent un danger réel à Phnom Penh et à Sihanoukville. Ne sombrez pas dans la paranoïa, mais restez prudent. Évitez de sortir seul la nuit, à pied ou en voiture, surtout dans les campagnes.
Ces dernières années, les vols à l’arraché se sont multipliés à Phnom Penh, et les voleurs à moto n’hésitent pas à faire tomber le passager d’une moto-dop, quitte à mettre sa vie en péril.
Si vous avez la malchance d’être dévalisé, sachez que la police cambodgienne ne fera rien pour vous gratuitement. Toute aide, comme le dépôt d’une plainte, vous coûtera de l’argent. Selon l’importance de la plainte, vous paierez de 5 à 50 $US. 
Les violences contre les étrangers sont extrêmement rares et ne devraient pas vous préoccuper outre mesure. Faites néanmoins attention dans les bars et les discothèques bondées de Phnom Penh. Si une querelle vous oppose à des représentants de la jeunesse dorée khmère, ravalez votre fierté et baissez le ton. N’oubliez pas que beaucoup sont armés et entourés de gardes du corps.
Dans le Nord-Ouest, à la frontière thaïlandaise, le prasat Preah Vihear fait l’objet d’un différend avec la Thaïlande, qui a plusieurs fois abouti à des affrontements armés. Lors de nos recherches, la situation s’était apaisée depuis 2011. Toutefois, renseignez-vous bien avant de vous rendre dans la région.

Engins explosifs non désamorcés

Ne touchez jamais les projectiles, les obus, les mortiers, les mines, les bombes ou tout autre engin de guerre que vous pourriez trouver sur votre chemin. 
Si la zone frontalière avec la Thaïlande est la plus fortement minée, le danger existe partout dans le pays. En bref, ne quittez sous aucun prétexte les sentiers balisés. Si vous prévoyez une randonnée, même dans les régions plus sûres du Nord-Est, faites-vous impérativement accompagner par un guide, car il peut rester des engins explosifs non désamorcés datant des bombardements américains du début des années 1970.

Escroqueries

Les escroqueries se résument pour l’essentiel à des faits mineurs – comme le versement de commissions aux chauffeurs de taxi ou de moto-dop, notamment à Siem Reap. 
De rares cas d’escroqueries organisées par des policiers, avec dissimulation de drogue, ont été signalés à Phnom Penh. Si vous en êtes victime, le mieux consiste sans doute à verser d’emblée un pot-de-vin aux policiers venus vous arrêter, car le prix ne fera qu’augmenter avec le nombre de fonctionnaires impliqués.
Sachez que de nombreux faux médicaments circulent dans toute la région. Achetez uniquement des médicaments sur ordonnance, dans des pharmacies ou des dispensaires fiables.
L’arnaque du black-jack philippin a fait son apparition au Cambodge ces dernières années (le scénario varie). Méfiez-vous des personnes faussement sympathiques qui chercheraient à vous entraîner dans un jeu d’argent après vous avoir attiré chez elles ou chez un proche. Certains voyageurs ont pris des boissons droguées à leur insu, avant d’être conduits à la banque par leurs “partenaires de jeu” pour retirer de l’argent. 
À Phnom Penh et Siem Reap, des mendiantes demandent du lait en poudre pour le bébé qu’elles ont dans les bras. Des étrangers se laissent apitoyer et conduire dans un magasin où la femme choisit généralement la marque la plus chère. Elle restitue ensuite le produit au marchand, avec qui elle partage le gain. 

Femmes seules

En général, les voyageuses ne sont pas importunées au Cambodge – même s’il peut arriver, bien sûr, qu’un employé d’hôtel ou autre tente sa chance de temps en temps ! Toutefois, cela n’empêche pas de rester vigilante. Comme partout, se promener ou faire du vélo en solo tard le soir comporte des risques. Par ailleurs, si vous envisagez de voyager hors des sentiers battus, mieux vaut trouver un ou une camarade de route.
Les femmes khmères s’habillent de façon classique, et il est préférable d’en faire autant, notamment lorsque vous visitez un vat. Privilégiez les manches mi-longues ou longues, et les pantalons ou les jupes couvrant les genoux. Évitez les minijupes si vous devez emprunter une moto-dop.
On trouve sans difficulté des tampons et des serviettes hygiéniques dans les villes, mais pensez à faire un stock avant de partir pour les régions reculées.

 

Mis à jour le : 3 mars 2015

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Le compagnon des voyageurs au long cours en Asie du Sud-Est, à glisser dans tous les sacs à dos avant le départ.