Floride : Environnement

Géographie, faune et flore de Floride

Cet État du Sud-Est des États-Unis est formé par une péninsule basse et marécageuse, séparée de Cuba, au sud, par le détroit de Floride. Au nord, l'État est limitrophe de l'Alabama et de la Géorgie. Il est bordé à l'ouest par le golfe du Mexique et à l'est par l'océan Atlantique. Tallahassee, la capitale de la Floride, est située dans le nord-est de l'État. Environ 1 000 km séparent Pensacola, dans l'extrême Nord-Ouest, de Miami, dans le Sud. Relié au continent par l'Overseas Hwy, l'une des routes les plus spectaculaires du monde, l'archipel des Keys prolonge au sud la péninsule. L'île de Key West, point le plus méridional du continent nord-américain, est plus proche de Cuba que de Miami. Le Centre et le Sud sont des régions de mangroves et de marais asséchés. La Kissimmee River alimentait naguère le Lake Okeechobee, qui, à son tour, fournissait de l'eau douce aux marais des Everglades. Aujourd'hui, barrages, digues et canaux embrigadent le fleuve. Les côtes de la Floride sont protégées par des îles récifs : des voies de navigation ont été aménagées entre les côtes et les récifs ; l'Atlantic Intracoastal Waterway, qui relie Miami à la Virginie, est l'une des voies maritimes les plus importantes des États-Unis.

Faune et flore

L'alligator vit plutôt en eau douce, dans les marécages, les lacs peu profonds et les rivières de Floride. Plus agressif que son congénère, plus rare aussi, le crocodile préfère les eaux salées. Les tortues de Floride, terrestres et marines, sont des espèces protégées, tout comme le lamantin, dont les derniers spécimens vivent dans les eaux chaudes du sud de la Floride où ils paient un lourd tribut à la navigation de plaisance. Vous avez toutes les chances de voir des dauphins, surtout si vous vous baladez en canoë ou en kayak dans les Everglades. La belle panthère de Floride, une espèce menacée dont il ne reste qu'une quarantaine d'individus à l'état sauvage, vit dans le Sud. Dans cet État où abondent lacs et marécages, attendez-vous à voir des hérons, des aigrettes, des ibis et des pélicans. Quant au récif de corail de Floride, c'est le plus grand d'Amérique du Nord.
De nombreuses espèces de palmiers, souvent majestueux, bordent les avenues et les plages : l'arec, le cocotier et le palmier royal figurent parmi les plus répandus. La Floride abrite trois espèces de palétuviers (rouges, noirs et blancs) : ces arbres, qui plongent leurs racines dans l'eau de mer, forment les mangroves, un écosystème précieux mais fragile. Les hammocks, ces massifs forestiers souvent très denses qui s'élèvent près des zones marécageuses, renferment de nombreuses espèces tropicales. L'avoine de mer doit son nom à son plumet : précieuse et protégée, cette herbe retient le sable des dunes. La figue étrangleuse enlace de ses racines le tronc des cyprès et des palmiers. Autre plante aérienne, la mousse espagnole, présente dans le Nord, appartient curieusement à la famille de l'ananas : elle tisse parfois de cime en cime un véritable baldaquin.

Problèmes écologiques

Les problèmes écologiques de la Floride sont la conséquence d’un siècle d’urbanisation, de croissance démographique et du tourisme. L’urgence de leur règlement est à la mesure de la diversité exceptionnelle de la nature de cet État. Les problèmes environnementaux, complexes et reliés entre eux, comprennent l’érosion des marais, la baisse des nappes phréatiques, la pollution (surtout des eaux), les espèces invasives ou menacées et la destruction des habitats. Nul recoin de Floride n’échappe à ces problèmes.
Il faut cependant reconnaître que la Floride fait des efforts significatifs dans ce domaine. En 2000, l’État a voté le Florida Forever Act, un programme écologique décennal de 3 milliards de dollars, renouvelé pour 10 ans en 2008. Il a également voté la création du Comprehensive Everglades Restoration Plan, projet de plusieurs milliards de dollars, et du Central Everglades Planning Project, un projet associé. Malheureusement, la mise en oeuvre de ce dernier a été repoussée faute d’approbation de la part d’agences fédérales, telles que l’Army Corps of Engineers.
Le Lake Okeechobee, contrôlé par le barrage Hoover depuis 1928, est empoisonné par des boues toxiques. Remuées par les ouragans, elles provoquent des “marées rouges”, une prolifération d’algues qui tuent les poissons. Ce phénomène naturel est aussi déclenché par la pollution et les déversements d’eau artificiels. La construction d’un système de réservoirs pour soulager la pression sur le lac est en discussion. Plus de la moitié des lacs de Floride sont envahis par des algues dont les efflorescences toxiques déciment la faune locale. Si la pollution industrielle a diminué, la pollution résidentielle (égouts, ruissellement d’engrais) la compense largement, avec des conséquences désastreuses pour les sources d’eau douce de Floride, dont l’eau peut devenir trouble et impropre à la consommation. En outre, les nappes phréatiques sont pompées pour alimenter les foyers, les sources se tarissent et les terrains karstiques asséchés s’effondrent parfois, engloutissant maisons et voitures.

Le développement immobilier se poursuit toutefois, à un rythme effréné. Le corridor Miami-Fort Lauderdale-West Palm Beach (la 4e plus grande zone urbaine du pays) est “saturé” et les promoteurs visent le Panhandle et le centre de la Floride. Les projections pour les cinquante prochaines années montrent une urbanisation galopante le long des deux côtes et dans le centre de l’État. Il est prévu que la population de l’État double entre 2006 et 2060.
À cela s’ajoute la hausse du niveau des mers, liée au réchauffement climatique. Dans cette optique, les Florida Keys jouent le rôle de canaris de mines. Encore un siècle, plaisantent certains, et la côte du sud de la Floride sera la nouvelle Atlantide, avec ses plus luxueuses propriétés englouties.
Mis à jour le : 27 avril 2018

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable en Floride

Paramètres des cookies