Petén

Pourquoi y aller

Vaste, peu peuplé et couvert par la jungle, le département le plus grand et le plus septentrional du Guatemala séduit autant l’amateur de civilisations anciennes que l’amoureux de nature. De fait, le Petén compte des sites archéologiques fascinants, nichés dans l’écrin d’une nature riche en flore et en faune.
La multiplicité des vestiges mayas permet de choisir sa destination en fonction de la facilité d’accès. Ainsi les majestueux temples de Tikal peuvent-ils se découvrir en circuit organisé depuis n’importe quelle localité du pays, tandis que d’autres sites plus isolés, comme El Mirador et Piedras Negras, demandent une longue préparation et des jours de marche dans la jungle. La Reserva De Biosfera Maya (réserve de biosphère Maya) occupe tout le tiers nord du Petén. Elle jouxte la réserve de Calakmul, au Mexique, et la zone protégée de Rio Bravo, au Belize, formant un immense refuge naturel transnational de plus de 30 000 km2.

Quand partir

Pour qui projette nombre de treks dans la jungle, à l’assaut de sites archéologiques reculés, la période de fin février à mai se révèle la plus propice. Le temps se fait plus sec et le terrain moins boueux, même si une chaleur moite peut régner vers la fin mai. Les pluies débutent en juin et marquent l’arrivée des moustiques ; prévoyez des vêtements imperméables, un produit insectifuge et une moustiquaire pour votre hamac. Septembre-octobre correspond à la saison des ouragans et des orages, avec des précipitations qui continuent jusqu’en novembre. De décembre à février, les matinées et les nuits fraîches rendent la découverte du Petén plutôt agréable.

À ne pas manquer

  1. La vue sur la canopée du haut du Templo IV de Tikal 
  2. Le trek dans la jungle jusqu’à la vaste cité maya à peine exhumée d’El Mirador
  3. Le réveil aux cris des singes hurleurs à la Laguna Petexbatún
  4. La rencontre nocturne avec les crocodiles et l’observation des aras à l’Estación Biológica Las Guacamayas
  5. Un cocktail le soir en bord de lac dans la pittoresque ville insulaire de Flores
  6. Le coucher du soleil sur le Lago de Petén Itzá depuis votre quai privé à El Remate
  7. L’échange convivial avec d’autres voyageurs dans le cadre rural de la Finca Ixobel
  8. La descente du Río de la Pasión pour découvrir les superbes stèles mayas du site isolé de Ceibal
Mis à jour le : 8 janvier 2019

À voir à faire au Guatemala

Tikal Musées

  • Museo Lítico

    musée

    Le plus grand des deux musées de Tikal occupe le centre d’accueil des visiteurs. Y sont exposées...

    Lire la suite
  • Museo Sylvanus G. Morley

    musée

    Ce musée renferme de superbes céramiques provenant des fouilles, notamment des brûleurs à encens et...

    Lire la suite
  • CCIT

    musée

    Ce centre de recherche de 1 300 m2 financé par le Japon se consacre à l’étude et à la...

    Lire la suite

Uaxactún

Les recherches effectuées par le Carnegie Institute dans les années 1920 et 1930 ont ouvert la voie au gros des travaux archéologiques réalisés ultérieurement dans la région, notamment les fouilles de Tikal.

Le billet pour entrer à Uaxactún s’achète à l’entrée du parc national de Tikal, mais il n’y a pas de contrôle sur le site lui-même.

  • Colección Dr Juan Antonio Valdés

    musée

    Cette collection, du côté nord de l’aérodrome, se compose d’un remarquable ensemble de poteries...

    Lire la suite

Uaxactún Grupo E

Les édifices se répartissent sur cinq petites collines. De l’aérodrome, un panneau à droite entre les églises catholique et évangélique indique le Grupo E, à 10-15 minutes de marche. Le temple le plus important du site, le Templo E-VII-Sub, compte parmi les plus anciens temples intacts mis au jour et ses fondations dateraient de 2000 av. J.-C. La pyramide fait partie d’un groupe doté d’une signification astronomique : de là, le soleil se lève derrière le Templo E-I lors du solstice d’été et derrière le Templo E-III lors du solstice d’hiver. Les quatre faces du temple principal sont pourvues d’escaliers flanqués de masques représentant des jaguars et des serpents. Ils ont été minutieusement restaurés en 2014 par des archéologues slovaques, puis couverts pour permettre leur conservation.

  • Templo E-X

    vestiges

    C’est le plus haut et certainement le plus ancien des temples du Grupo E. Selon les archéologues, la...

    Lire la suite
  • Templo E-II

    vestiges

    Des trois temples qui forment un observatoire astronomique au Grupo E, c’est celui du milieu. Vu...

    Lire la suite

Finca Ixobel Environs de la Finca Ixobel

  • Museo Regional del Sureste de Petén

    musée

    Rassemblant quelques-unes des trouvailles archéologiques les plus importantes du département, c’est...

    Lire la suite
  • Naj Tunich

    grottes

    La découverte de ces grottes en 1979 a fait sensation dans le monde archéologique. Sur 3 km de long,...

    Lire la suite
  • Ixcún

    site archéologique

    Dans une zone protégée de la jungle, à 1 heure de marche (7 km) au nord de Dolores, les vestiges de...

    Lire la suite

Flores et Santa Elena

Flores se prête idéalement à la flânerie, surtout depuis que la promenade en bord de lac faisant le tour de l’îlot est achevée – à ceci près que la montée des eaux a submergé une bonne partie du tronçon nord. Dans le centre, sur une butte, le Parque Central est dominé par la cathédrale, Nuestra Señora de los Remedios, dont les deux tours de façade sont coiffées de dômes.

  • Museo Santa Bárbara

    musée

    Sur un îlot à l’ouest de Flores, ce petit musée abrite un mélange hétéroclite d’objets mayas...

    Lire la suite
Paramètres des cookies