Équateur

  1. Accueil
  2. Amérique
  3. Équateur
  4. Sports et activités

Équateur : Sports et activités

À faire en Équateur

La géographie resserrée et variée de l’Équateur permet de pratiquer de nombreuses activités de plein air en relativement peu de temps. On peut ainsi observer les oiseaux dans les forêts de nuages embrumées, randonner dans les sommets andins et faire du snorkeling au milieu d’une vie marine foisonnante dans l’archipel des Galápagos. Sans compter d’excellentes possibilités de surf, de VTT ou de rafting.

Randonnée

Des paysages exceptionnels vous attendent, quel que soit votre parcours. Découvrez une nature sublime lors de vos randonnées à travers les sommets enneigés, les forêts baignées de brume et la jungle.

Les meilleures destinations

Parque Nacional Cotopaxi Ce parc national de 330 km2 renferme le Cotopaxi, volcan actif haut de 5 897 m et deuxième sommet du pays. Les sentiers balisés sont rares. Faites en sorte de rester en sécurité.

Parque Nacional Cajas Explorer ce parc permet de découvrir les paysages enchanteurs de la Sierra du Sud. Le páramo (prairies andines d’altitude) recèle de nombreux parcours plus ou moins balisés, lesquels mènent à de magnifiques panoramas sur les lacs alpins. Attendez-vous à de la pluie, surtout entre février et juillet.

Boucle de Quilotoa D’excellentes randonnées vous attendent autour du magnifique lac de cratère de Quilotoa, dont des itinéraires de village en village et quelques raccourcis à travers des canyons de haute altitude. Le circuit reliant Quilotoa à Isinliví, avec une halte à Chugchilán pour la nuit, peut s’entreprendre sans accompagnateur.

Parque Nacional Podocarpus Ce parc, le plus méridional du pays, s’étend des basses terres luxuriantes jusqu’à la Sierra, plus fraîche et montagneuse. Des treks mémorables sont envisageables dans les forêts d’altitude (une journée) ou vers les lacs andins (plusieurs jours).

Parque Nacional Machalilla Le seul parc côtier du pays (40 000 ha) comporte des chemins à travers les forêts tropicales (sèches ou humides) et les forêts d’altitude. Le parc inclut l’île de la Plata, surnommée “Galápagos du pauvre” pour sa faune composée, entres autres, de fous à pieds rouges.

Chemin de l’IncaVous pourrez prendre la route royale entre Cuzco (Pérou) et Quito, le long du Camino del Inca, qui mène au site archéologique d’Ingapirca ; prévoyez en moyenne 3 jours de marche pour cet itinéraire très fréquenté de 40 km.

Observation des oiseaux

L’Équateur ne craint aucune concurrence en matière de diversité aviaire : près de 1 600 espèces sont concentrées dans ce petit pays, et nombre d’entre elles sont endémiques à la région ou aux îles Galápagos. Les passionnés auront l’embarras du choix, entre forêts équatoriales, forêts d’altitude et îles.

Forêt d’altitude ou de nuages

Il est conseillé de débuter l’exploration au nord de Quito. Les forêts de nuages près de Mindo sont un paradis pour les ornithologues. Les oiseaux les plus célèbres sont le coq-de-roche péruvien, le cotinga écaillé et les quetzals doré et antisien. Plus de 400 espèces ont été recensées dans la région, par ailleurs très bien pourvue en guides et en lodges.

Amazonie

Le cours inférieur du Río Napo, en Amazonie, est une autre destination de choix où plus de 600 espèces d’oiseaux se partagent la vedette. On y trouve quelques uns des meilleurs lodges de jungle du pays, d’autant que certains disposent de leurs propres circuits d’observation dans la canopée et de guides formés en biologie.

Archipel des Galápagos

Autre passage obligé, l’archipel des Galápagos compte pas moins de 28 espèces d’oiseaux endémiques qui ont connu une évolution extraordinaire. L’île de Santa Cruz, qui affiche le plus grand nombre d’oiseaux, est un bon point de départ pour partir à la recherche des 13 espèces de pinsons de Darwin. De grands oiseaux, comme les fous à pieds bleus, les hérons et les frégates, sont facilement repérables autour du port de Puerto Ayora.

Escalade

Les amateurs d’altitude trouveront leur content dans les Andes : l’Équateur ne compte pas moins de 10 sommets de plus de 5 000 m, parmi lesquels 8 se situent dans la Sierra centrale – là où se dressent les pics les plus impressionnants du pays.
N’oubliez pas que ce sont pour la plupart des volcans, qui peuvent se réveiller : certains sont praticables une année mais pas la suivante. Si vous ne voulez pas investir dans du matériel d’alpinisme, essayez le volcán Imbabura (4 609 m) dans la Sierra du Nord : une belle ascension, rude mais très gratifiante, tout près d’Ibarra.

Côté pratique

Les alpinistes devront se munir du matériel habituel de progression sur la neige et la glace : corde, crampons, pic à glace, protection solaire, vêtements contre le froid, etc. À moins d’être très expérimenté, faites appel aux services d’un guide à Quito ou Riobamba. Le temps peut changer très rapidement dans les Andes, et des alpinistes même chevronnés ont péri dans des accidents. Plusieurs agences proposent des guides et du matériel : comptez environ 250 $ par personne pour 2 jours pour un grand sommet. Les meilleurs guides sont affiliés à l’Association équatorienne des guides de montagne (ASEGUIM).
La haute montagne se pratique toute l’année, mais c’est de juin à août et de décembre à février que les conditions sont les plus favorables.

Plus hauts sommets

Volcán Chimborazo Le point culminant de l’Équateur est un volcan éteint qui culmine à 6 263 m. Cette ascension est relativement aisée pour les alpinistes aguerris, mais il est indispensable de disposer de matériel adapté à la glace. Comptez 8 à 10 heures pour arriver au sommet par le chemin normal depuis le refuge, et 2 à 4 heures au retour. Vous pourrez engager un guide et louer du matériel à Riobamba.

Volcán Cotopaxi Deuxième sommet du pays, ce volcan encore en activité est l’une des ascensions les plus réputées des Andes. Il est possible d’en rejoindre le sommet en une seule journée en partant du refuge, mais il est plus raisonnable de prévoir 2 jours. Comptez quelques jours d’acclimatation, qui peuvent être fort agréables dans les lodges du Cotopaxi et alentour.

Ilinizas Le pic sud des Ilinizas est le sixième sommet d’Équateur (5 248 m) et l’une des ascensions les plus difficiles du pays, réservée aux alpinistes les plus aguerris. L’Iliniza Norte (5 126 m) est assez raide mais reste accessible aux randonneurs acclimatés et expérimentés.
Le village d’El Chaupi est un bon point de départ pour s’habituer à l’altitude dans des pensions chaleureuses.

Volcán El Altar À 5 319 m, ce sommet est considéré comme le plus technique – mais aussi le plus beau – du pays. La meilleure période pour s’y rendre court de décembre à mars.
Évitez juillet-août : le sommet est souvent nimbé de nuages.

VTT

Il existe des lieux très propices à la pratique du VTT, en particulier les pentes du Cotopaxi et du Chimborazo, riches en descentes spectaculaires. Les meilleures agences spécialisées (vélos, guides et équipement de qualité) se trouvent à Quito et Riobamba.
Baños est aujourd’hui parcourue de cyclistes qui affrontent la fameuse descente sur route jusqu’à Puyo. Surnommée la Ruta de las Cascadas, elle suit le canyon du Río Pastaza depuis Baños, à 1 800 m d’altitude dans la Sierra, jusque dans la jungle, à Puyo (950 m). C’est une descente de 61 km, avec des passages rafraîchissants au coeur des cascades.

Plongée et snorkeling

Parmi les plus beaux sites de plongée au monde, l’archipel des Galápagos livre aux amateurs une splendide faune sous-marine : requins, raies, tortues, manchots, otaries, murènes, hippocampes, poissons de toutes sortes et, avec un peu de chance, dauphins et baleines. Les conditions – courants forts et basse température de l’eau – sont difficiles pour les débutants.
Il y a des centres de plongée à Puerto Ayora et Puerto Baquerizo Moreno. Les plongeurs expérimentés, et au confortable budget, pourront opter pour un circuit d’une semaine à bord d’un bateau spécialement conçu, qui fera escale sur les meilleurs sites de l’archipel. Il est possible d’organiser des sorties d’une journée (2 plongées), moins contraignantes.
Les Galápagos se prêtent très bien au snorkeling, du fait de leur riche vie marine, observable à de faibles profondeurs.
Sur le continent, les sorties de plongée peuvent s’organiser avec les clubs spécialisés de Puerto López et Montañita. La faune aquatique comprend poissons-anges, poissons-trompettes, tétrodons, murènes, poissons-perroquets, raies mantas, raies-guitares et requins océaniques.
La température de l’eau s’élève à 22°C environ de janvier à avril, et à 18°C le reste de l’année. Les tour-opérateurs louent des combinaisons.

Surf

Si l’Équateur n’est pas une destination incontournable des surfeurs, le pays compte tout de même de très bons breaks.
La saison s’étend de novembre à avril, les mois les plus propices étant janvier et février. L’ambiance est généralement bonne entre surfeurs équatoriens et étrangers. Montañita a l’atout d’un reef break rapide et puissant qui satisfera les meilleurs, surtout entre décembre et mai, lorsque la houle atteint facilement 2 à 3 m. Il y a aussi plusieurs beach breaks acceptables à proximité. Dans la province d’Esmeraldas, Mompiche, près de Muisne, est une gauche de première qualité qui offre des rides de 500 m dans ses bons jours. La sympathique bourgade de Canoa, avec sa belle plage, a un très bon beach break de gauche et de droite.
Aux Galápagos, Puerto Baquerizo Moreno, sur San Cristóbal, possède 3 reef breaks exceptionnels. Ces vagues extrêmement rapides conviennent cependant mieux à des surfeurs expérimentés. Les prix élevés en font des spots peu fréquentés. La meilleure saison pour surfer dans les îles va de décembre à mai. L’Isla Isabela comporte aussi de bons breaks non loin de Puerto Villamil.

Rafting

L’Équateur est l’un des meilleurs pays au monde pour pratiquer le rafting et le kayak tout au long de l’année. Certains cours d’eau offrent jusqu’à 100 km de parcours en continu de classes III et IV, avant de ralentir jusqu’au Pacifique ou jusque dans le bassin amazonien, de l’autre côté des Andes. La période la plus adaptée au rafting s’échelonne d’octobre à février.
L’association équatorienne des guides en eaux vives, l’AGAR (Asociación de Guías de Águas Rápidas del Ecuador), répertorie les sociétés les plus fiables. Vérifiez que votre agence dispose de gilets de sauvetage, de guides professionnels, de trousses de soins et de sacs de sauvetage. Quelques magasins de sport louent des combinaisons, recommandées pour les longs parcours.

Meilleurs spots de rafting

Tena Le cours supérieur du Río Napo (classe III+) et le Río Misahuallí (classe IV+) sont les descentes parmi les plus connues et les plus courues du pays.

Macas Plus au sud, le Río Upano (classes III à IV+), près de Macas, permet d’organiser des parcours de plusieurs jours dans la jungle, notamment dans les spectaculaires gorges de Namangosa, où plus d’une dizaine de cascades se jettent dans le fleuve.

Río Blanco Sur le versant occidental des Andes, à environ 2 heures 30 à l’ouest de Quito, le Río Blanco (classes III et IV) est praticable toute l’année. Rendez-vous entre février et juin pour des conditions encore plus extrêmes. Près de 200 km d’eaux vives vous attendent, à commencer par le cours supérieur du Blanco. Plusieurs parcours de classes II et III pour les débutants et les familles sont à proximité de Quito.

El Chaco Situé sur les pentes orientales des Andes, El Chaco est la porte d’entrée du Río Quijos, cours d’eau de classes IV et V.

Río Pastaza et Río Patate Ces deux fleuves doivent leur popularité à leur proximité avec la très touristique Baños. Le Río Patate est très pollué.

Équitation

L’Équateur – et particulièrement ses régions montagneuses – est idéal pour pratiquer l’équitation. Malheureusement, des lecteurs nous ont signalé que les montures étaient parfois âgées, mal nourries et épuisées. Certains prestataires prennent toutefois soin de leurs chevaux ; leurs tarifs sont souvent plus élevés.
Les haciendas de la Sierra vous proposent d’excellents chevaux et de belles balades, par exemple dans les montagnes de Vilcabamba. Les randonnées durent de quelques heures à 3 jours. À Baños, vous pourrez improviser une demi-journée voire une journée à cheval. La Reserva Geobotánica Pululahua, près de Quito, est un site de choix pour monter à cheval. Située dans un cratère volcanique, la bio-réserve bénéficie de forêts d’altitude et d’un microclimat exceptionnel. Sur place, vous pourrez organiser des randonnées équestres d’une ou plusieurs journées.
Onéreux mais chaudement recommandé, RideAndes propose aux cavaliers de tous niveaux des randonnées d’un ou plusieurs jours.

Mis à jour le : 16 mars 2019

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable à l’Equateur

Paramètres des cookies