Équateur : Environnement

Nature, géographie et écologie en Équateur

Géographie

Comme son nom l'indique, l'Équateur traverse la ligne de l'équateur, dont le tracé passe dans le nord du pays. Délimité par la Colombie au nord et le Pacifique à l'ouest, il partage une longue frontière avec le Pérou au sud et à l'est. Quito, la capitale, se trouve dans une vallée andine, à 2 850 m d'altitude et à 22 km au sud de l'équateur. Guayaquil, seconde ville et cœur commercial du pays, se situe sur la côte méridionale, tout près de la frontière péruvienne.

Le pays peut se diviser en quatre régions : les plaines côtières à l'ouest, les sierras (hauts plateaux andins) au centre, les jungles du bassin amazonien à l'est et les îles Galápagos, à 1 000 km du continent, dans l'océan Pacifique. Les sierras, véritable épine dorsale du pays, se composent de deux chaînes volcaniques pratiquement parallèles, séparées par une vallée centrale (appelée l'Avenue des Volcans) où vit la majeure partie de la population. C'est là que se dresse le volcan Chimborazo (6 310 m), le point culminant du pays.

À l'est des Andes, les basses terres amazoniennes, appelées Oriente, se couvrent d'un lacis quasi impénétrable de forêts tropicales. L'Amazone ne coule pas en Équateur, mais tous les fleuves qui prennent leur source à l'est des Andes l'alimentent.

Enfin, l'archipel des Galápagos, mondialement connu, constitue le premier parc national du pays, renommé pour sa faune unique et peu farouche.

Faune et flore

Grâce à la douceur de son climat et à la diversité de ses habitats (prairies alpines, marais côtiers, forêts tropicales), la faune équatorienne offre une diversité époustouflante. Les mammifères à eux seuls comptent 300 espèces, dont des singes, des paresseux, des lamas et des ours à lunettes. Les ornithologues viennent du monde entier pour admirer le condor des Andes, parmi plusieurs centaines d'autres espèces ; 28 espèces d'oiseaux sont endémiques aux îles Galápagos. Tout aussi exotiques sont les poissons qui peuplent les eaux vives du pays, tels l'anguille électrique, la raie pastenague, le piranha et le minuscule poisson-chat candirú.
Quelque 25 000 espèces de plantes vasculaires poussent dans les divers habitats de l’Équateur (contre 17 000 en Amérique du Nord), et de nouvelles espèces sont découvertes chaque année. Forêts de nuages, forêts tropicales humides, páramo (prairies andines d’altitude) et mangroves sont autant de merveilles naturelles d’une beauté à couper le souffle.

Réserves et parcs nationaux

L’Équateur compte plus de 30 parcs et réserves gérés par l’État (dont 9 désignés “parcs nationaux”), ainsi que de nombreuses réserves naturelles privées. En tout, les espaces protégés couvrent 18% du pays. En dépit de leur statut, nombre des secteurs protégés sont toujours menacés par le forage pétrolier, l’exploitation forestière et minière, l’élevage et la colonisation.
De nombreux parcs sont habités par des groupes indígenas, présents sur ces terres bien avant qu’elles ne deviennent parc ou réserve. Dans les parcs de l’Oriente, les Indiens conservent le droit de la chasse traditionnelle, qui affecte l’environnement. Protéger les parcs nationaux des dommages de l’industrie lourde (pétrole, bois et minerais) tout en respectant les droits des populations indígenas et sans nuire à l’économie nationale reste un problème épineux.

Mis à jour le : 17 mars 2019

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable à l’Equateur

Paramètres des cookies