Rio de Janeiro : Comment circuler

Transports à Rio

Il est relativement facile de se déplacer dans Rio, qui compte un métro efficace, un réseau de vélos en libre service et quantité de lignes de bus. Par ailleurs, chaque quartier se prête bien à une découverte à pied. 

Bateau

La baie de Rio compte plusieurs îles, dont l’Ilha de Paquetá et l’Ilha Fiscal, que l’on peut visiter en ferry. 
Autre bon moyen de voir la ville depuis l’océan : le ferry qui fait la navette avec Niterói. Le Museu do Arte Contemporânea (MAC) est la principale curiosité de Niterói, mais nombre de visiteurs prennent le ferry pour le simple plaisir d’admirer le centre-ville et les paysages environnants depuis les flots. Le ferry (0800-721-1012 ; www.grupoccr.com.br/barcas ; aller simple/aller-retour 5/10 R$) part toutes les 20 minutes de la Praça XV (Quinze) de Novembro dans le Centro.

Bus

Le nouveau réseau de bus rapides (Bus Rapid System ou BRS) emprunte des couloirs dédiés à Copacabana, Ipanema, Leblon et Barra, au sud-ouest de la ville. Le prix moyen d’un billet est de 3,40 R$.
La destination de chaque bus est affichée à l’avant sur un panneau lumineux (mieux vaut avoir de bons yeux !). Lorsque celui qui vous attendez approche, levez le bras (les chauffeurs ne s’arrêtent que si on leur fait signe).

Métro

Le métro (www.metrorio.com.br ; ticket 3,70 R$ ; h5h-minuit lun-sam, 7h-23h dim) est un excellent moyen de transport. Pendant le carnaval, il fonctionne 24h/24 dès le samedi matin 5h et jusqu’à 23h au moins le mardi suivant. Les lignes sont climatisées, propres, rapides et sûres. La ligne principale (linha 1) va d’Ipanema-General Osório à Uruguai via le Centro, et est connectée à la linha 2, qui dessert Estácio, São Cristóvão, Maracanã et les destinations au-delà. Les principales stations du Centro sont Cinelândia et Carioca.
L’ambitieux chantier d’extension du réseau, d’un montant de 9,77 milliards de reais, devrait s’achever en juillet 2016. Une nouvelle ligne, la linha 4, relie Ipanema à Barra da Tijuca. Elle va de General Osório à Jardim Oceânico avec des arrêts à Ipanema, Leblon et São Conrado. Une ligne secondaire à destination de Gávea la reliera à terme au reste du réseau. La linha 3 qui devrait relier Niterói et au-delà est actuellement encore en projet.
On peut acheter un cartão pré-pago (carte prépayée) dans un guichet de n’importe quelle station à condition de payer en espèces (pas de rendu de monnaie), pour un montant minimum de 5 R$. Il suffit ensuite de recharger la carte dans n’importe quel kiosque. La plupart des guichets vendant des tickets fournissent des plans de métro gratuit.

Minibus

Les minibus (appelés vans à Rio) offrent une alternative de transport généralement bien plus rapide que les bus. Ils circulent dans l’Avenida Rio Branco en direction de la Zona Sul et jusqu’à Barra da Tijuca. Au retour, ils longent la côte tout au long du trajet ou presque jusqu’au centre-ville. Ils sont fréquents, et le trajet coûte entre 2,50 R$ et 5 R$. Sachez toutefois qu’ils sont bondés (à éviter si vous avez des bagages encombrants). Pour descendre, il suffit de crier “para !” (stop).

Vélo

Rio compte bon nombre de pistes cyclables le long des plages, autour de la Lagoa et le long du Parque do Flamengo. Outre le réseau de vélos en libre service, on a la possibilité de louer des vélos aux stands aménagés sur la rive est de la Lagoa Rodrigo de Freitas moyennant 15 R$ l’heure, et dans divers magasins spécialisés le long de la piste cyclable entre Copacabana et Ipanema.
Rio by Bike propose d’excellents circuits guidés à vélo.
Bike Rio (4003-6054 ; www.mobilicidade.com.br/bikerio.asp). Pédalez dans toute la ville sur l’un des vélos orange stationnés dans plus de 250 bornes dans tout Rio. Après inscription sur le site Internet, on peut acheter un pass mensuel (10 R$) ou journalier (5 R$). Les instructions sont données en anglais aux bornes de retrait, et les vélos sont “libérés” via le téléphone portable ou une application. Seul inconvénient : on ne peut s’inscrire et utiliser ce service qu’avec un numéro de téléphone portable brésilien.
Velô Bike Store (3442-4315 ; Francisco Otaviano 20, Copacabana ; par heure/jour 15/70 R$, vélo électrique 30 R$/heure ; h9h-19h lun-ven, 9h-16h sam, 10h-16h dim). L’une des boutiques installées le long de la piste cyclable reliant Ipanema et Copacabana.

Voiture

Conduite et stationnement

Dans la ville même, conduire peut être une expérience très frustrante, même si on sait l’où l’on va. Les embouteillages et les problèmes de stationnement ont en effet de quoi vraiment gâcher les vacances. Sachez qu’à Rio, les règles en matière de conduite en état d’ivresse sont très sévères. Une alcoolémie de plus de 0,06 g expose le contrevenant à une amende d’environ 2 000 R$. Des postes de contrôle policiers aux emplacements changeants sont mis en place chaque soir dans toute la ville.

Location

Avec un permis de conduire, une carte bancaire et un passeport, rien de plus simple que de louer une voiture. La plupart des agences exigent que le conducteur ait au moins 25 ans, mais certaines louent à des conducteurs plus jeunes (moyennant des frais supplémentaires).
Il faut compter un minimum d’environ 120 R$/jour pour une voiture sans climatisation (tarif qui baisse quelque peu en basse saison). Si on vous annonce un prix par téléphone, vérifiez bien qu’il inclut l’assurance car celle-ci est obligatoire. On trouve des agences de location dans les deux aéroports, et le long de l’Avenida Princesa Isabel à Copacabana.
À l’aéroport international, on peut louer une voiture chez Hertz (0800-701-7300 ; www.hertz.com), Localiza (0800-979-2000 ; www.localiza.com) et Unidas (2295-3628 ; www.unidas.com.br). Parmi les nombreuses agences de Copacabana, on retrouve Hertz (2275-7440 ; Av. Princesa Isabel 500) et Localiza (2275-3340 ; Av. Princesa Isabel 150).

Taxi

Les taxis jaunes de Rio sont omniprésents. Ils constituent généralement un moyen de transport rapide pour sillonner la ville, et ils sont sûrs en principe. La prise en charge coûte 5,20 R$, auxquels s’ajoutent ensuite 2,05 R$/km (et 2,50 R$/km le soir, le dimanche et en décembre). 
Les radio-taxis coûtent 30% plus cher que les taxis classiques mais ils sont plus sûrs. Personne ne donne de pourboire aux chauffeurs de taxi, mais il est courant d’arrondir le prix de la course.
À Rocinha et dans d’autres favelas, de même qu’à Santa Teresa, située sur les hauteurs, les moto-taxis offrent un moyen pratique de se déplacer. Les courts trajets (le plus souvent du bas de la favela au sommet ou l’inverse) coûtent 2 R$ (casque fourni ; les conducteurs demandent parfois 5 R$ aux étrangers).
Si vous avez un smartphone, vous pourrez utiliser une application gratuite du type 99Taxis ou Easy Taxi pour commander un taxi. Il se peut qu’Uber fonctionne encore à Rio. 
Vous pouvez faire appel aux compagnies de radio-taxis suivantes :
Coopertramo (2209-9292) 
Cootramo (3976-9944) 
Transcoopass (2209-1555) 
Transcootour (2590-2220) 

Train

La gare Estação Dom Pedro II (ou Central do Brasil ; 2111-9494 ; Av. Presidente Vargas, Praça Cristiano Ottoni, Centro) est l’une des gares de trains de banlieue les plus fréquentées du Brésil, mais elle n’en est pas pour autant un endroit des plus sûrs. Pour vous y rendre, prenez le métro jusqu’à la station Central et là, gagnez l’étage. Vous vous retrouverez dans la fameuse gare du film oscarisé Central do Brasil (“Gare centrale”).

Tramway

Autrefois, Rio était desservie par une multitude de bondes (tramways), dont les lignes sillonnaient toute la ville. L’unique ligne restante est celle du bonde menant à Santa Teresa, qui a partiellement rouvert (1,7 km de voie sur 10 km au total) en 2015 après une fermeture de plusieurs années dûe à un accident mortel. Actuellement, elle part de la station du bonde (Rua Lélio Gama 65) dans le Centro, passe au-dessus des magnifiques Arcos da Lapa et le long de la Rua Joaquim Murtinho pour s’arrêter au Largo do Guimarães, dans la Rua Almirante Alexandrino, au cœur du quartier bobo de Santa Teresa (et retour). Les horaires sont encore restreints.
Les travaux sur la ligne se poursuivent pour une réouverture complète prévue au plus tôt en 2017. Du Largo do Guimarães, les voies devraient à terme se diviser, et une ligne (Paula Matos) continuera via un itinéraire nord-ouest jusqu’au Largo das Neves. La ligne la plus longue (Dois Irmãos) montera du Largo do Guimarães et en direction du sud-ouest jusqu’à son terminus près du réservoir 
à Dois Irmãos.

Mis à jour le : 19 juillet 2016

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Qu’ils partent deux mois ou deux ans, ce guide est le compagnon indispensable des grands voyageurs.