Kenya : Sécurité

Désagréments et dangers au Kenya

Pour des informations à jour sur la sécurité en Algérie, consultez le site du ministère des Affaires étrangères avant votre départ.
Si le Kenya est une destination sûre pour l’Afrique, de nombreuses embûches – petits tracas de la vie quotidienne ou risques plus sérieux – guettent le voyageur non averti. Il est en outre indispensable de s’informer sur l’actualité locale, quelle que soit la région visitée.

Vols d'argent

La délinquance constitue un véritable mode de vie à Nairobi, aussi faut-il faire preuve d’une vigilance accrue vis-à-vis de l’argent. Laissez tous les objets de valeur dans le coffre de l’hôtel et ne prenez que l’argent nécessaire pour la journée. Pour transporter des sommes plus importantes, une ceinture portée sous les vêtements est le meilleur rempart contre les voleurs à l’arraché, mais pas contre les agresseurs.
Il existe des méthodes plus ingénieuses, comme glisser de l’argent dans un bandage élastique sur la jambe ou le bras ou fabriquer une poche cachée à l’intérieur d’un pantalon. Votre carte de crédit, vos chèques de voyage et votre argent, quand vous n’en faites pas usage, seront bien plus en sécurité dans le coffre de l’hôtel. Prêtez aussi attention aux choses les plus évidentes et ne laissez pas d’argent traîner dans les chambres d’hôtel – aussi sympathiques que soient les employés, certains ne résisteront pas à un mois de salaire gratuit s’ils ont une famille à nourrir.

Banditisme

Le conflit en Somalie a affecté la stabilité et la sûreté du nord et du nord-est du Kenya. Les fusils d’assaut AK-47, qui affluent dans le pays depuis des années, alimentent les hold-up, les fusillades, les vols de bétail et un non-respect des lois généralisé, dont les journaux sont pleins. Avec les bandits et les braconniers qui s’infiltrent de Somalie, le nord-est du pays est particulièrement dangereux. En 2011, des touristes et des travailleurs humanitaires furent enlevés près de la frontière somalienne. En réaction, le Kenya envahit brièvement le territoire de son voisin.
Les guerres tribales armées et les vols de bétail à la frontière soudanaise constituent les principaux fléaux dans le Nord-Ouest. S’il existe des shiftas (bandits) kényans, l’instabilité au nord du pays provient avant tout de problèmes transfrontaliers.
Les vols et actes de violence qui font la une des journaux se déroulent souvent loin des principaux itinéraires touristiques. La sécurité s’est beaucoup améliorée sur les routes Isiolo-Marsabit, Marsabit-Moyale et Malindi-Lamu, qui constituaient des zones à haut risque. Mieux vaut toutefois vérifier la situation au niveau local avant de les emprunter ou de circuler entre Garsen et Garissa ou Thika.
Les régions situées le long des frontières soudanaise et éthiopienne sont dangereuses. Tout voyageur qui emprunte les voies terrestres s’informera auparavant de la situation.

Criminalité

Même le Kényan le plus fervent admet que la criminalité constitue le plus gros problème du pays. Les crimes vont des vols à l’arraché et agressions mineures aux vols à main armée et à la piraterie routière, sans oublier la corruption. Si les visiteurs n’ont aucune raison d’être paranoïaques, il convient de se montrer vigilant, surtout la nuit.
La règle de base pour se promener en ville est de ne porter aucun objet de valeur – bijoux, montres, appareils photo, sacs à dos et argent. La plupart des hôtels possèdent un coffre-fort ou un lieu sécurisé. Mieux vaut s’assurer qu’ils sont sûrs dans les établissements bon marché.
Si les pickpockets et les voleurs à l’arraché sont responsables du plus grand nombre de crimes, les agressions à main armée existent à Nairobi et sur la côte. Aussi, faut-il toujours prendre un taxi après la tombée de la nuit. Les vols à l’arraché sont plus souvent perpétrés dans la foule. Si vous trouvez que de trop nombreuses personnes vous entourent ou si vous avez l’impression d’être suivi, précipitez-vous dans un magasin pour demander de l’aide.
Les bagages désignent aux malfaiteurs les touristes nouveaux venus. En arrivant dans un lieu, il est donc conseillé d’emprunter un taxi entre la gare routière et l’hôtel. Mieux vaut attendre pour vous lancer dans l’exploration que vos effets personnels soient placés en lieu sûr. Ne sortez jamais un guide ou une carte dans la rue – cela pourrait attirer des personnes mal intentionnées.
Si vous êtes victime d’un crime, contactez la police – ce qui peut demander de suivre toute une procédure. Un rapport de police est nécessaire pour faire une déclaration à l’assurance. En cas de vol à l’arraché, réfléchissez à deux fois avant de crier “Thief !” (Au voleur !). Les Kényans rendent parfois justice sur le lieu du méfait, ce qui s’avère fatal pour le délinquant.
Si les crimes font partie intégrante de la vie kényane, ils ne doivent pas pour autant gâcher votre voyage. Ne commettez pas l’erreur de vous montrer méfiant envers les habitants en raison de quelques mauvais éléments – les personnes honnêtes que vous croiserez sauront vous faire oublier les quelques escrocs.

Escroqueries fréquentes

À un moment ou un autre au Kenya, vous rencontrerez des personnes cherchant à jouer avec vos sentiments. Nairobi est véritablement un centre névralgique pour les escrocs, et les touristes sont quotidiennement abordés par des individus “sympathiques”. Les prétendus réfugiés ou proches de malades peuvent se montrer convaincants... mais finissent toujours par demander de l’argent – ce qu’il ne faut jamais accepter.
Méfiez-vous des inconnus qui prétendent vous reconnaître. Les individus qui invitent les voyageurs chez eux en faisant parade de leur hospitalité peuvent aussi avoir d’autres intentions. Beaucoup sauront offrir quelque cadeau au visiteur enchanté, qui se sentira obligé de les remercier en leur donnant plusieurs centaines de shillings.
Les touristes circulant en voiture sont aussi des cibles potentielles pour les aigrefins. Ne croyez pas ceux qui gesticulent pour vous indiquer que vos roues ont du jeu – si vous vous arrêtez, vous serez dépouillé de vos objets de valeur. D’autres préféreront asperger les roues d’huile, afin de faire croire à un problème mécanique et de vous orienter vers le garage le plus proche où un ami “réglera” le problème – au prix fort.

Terrorisme

En août 1998, l’ambassade des États-Unis à Nairobi fut l’objet d’un attentat à la bombe et en novembre 2002, le Paradise Hotel, au nord de Mombasa, fut la cible d’une voiture piégée alors qu’un jet israélien était visé par un lance-roquettes. En 2011, plusieurs enlèvements lancés depuis la Somalie ont amené l’armée kényane à intervenir sur le territoire de son voisin. En réaction, des factions islamistes somaliennes ont perpétré des attentats à Nairobi fin 2011. En 2012, les attentats terroristes qui ont eu lieu à Nairobi, à Mombasa et à Mtwapa, sur la côte, ont ciblé la population locale. Malgré ces incidents, les voyageurs occidentaux peuvent espérer profiter sans encombre d’un séjour au Kenya. S’il convient de garder à l’esprit le puissant anti-américanisme qui agite la région côtière, où la religion musulmane domine, il est improbable que de vrais actes de violence soient perpétrés contre des étrangers.
 

Mis à jour le : 8 avril 2014

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir le Kenya