Lonely Planet

Éthiopie

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Éthiopie
  4. Les Incontournables

Éthiopie : Les Incontournables

Addis-Abeba

Aujourd'hui forte de 4 millions d'habitants, la capitale a vu sa population s'accroître de moitié depuis la révolution de 1991. Fondée en 1887 seulement, elle faillit être abandonnée en raison de la pénurie en bois de combustion, mais fut sauvée par l'introduction, dans la région, d'eucalyptus d'Australie. C'est une ville immense, tentaculaire, aux noms de rue quasi inexistants, à l'exception toutefois de la principale artère commerçante, Churchill Avenue.
Le musée Éthnologique mérite une visite. Ses deux sections sur l'artisanat local et sur les régions et les peuples en font une introduction idéale à l'incroyable diversité ethnique de l'Éthiopie. Il possède également une collection impressionnante de croix, de triptyques et de peintures religieuses et l'on peut y découvrir la chambre à coucher et la salle de bains d'Hailé Hélassié, reconstituées. Le musée National est plus petit, mais c'est là qu'il faut aller pour voir "Lucy", le fameux squelette.
L'Africa Hall abrite le siège de la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique et fut conçu en hommage à l'indépendance africaine. Ses larges vitraux, réalisés par l'Éthiopien Afewerk Tekle, dépeignent l'histoire des peuples africains et leur diversité. D'autres œuvres de l'artiste décorent la cathédrale Giorgis, édifiée en 1896 pour commémorer la victoire de l'Éthiopie sur les troupes italiennes. Le Mercato d'Addis-Abeba est l'un des plus grands marchés ouverts d'Afrique, vaste regroupement de stands où l'on trouve de tout, depuis les légumes jusqu'aux bijoux en or (méfiez-vous des pickpockets).
Si beaucoup d'établissements bas de gamme font à la fois bar, maison de passe et hôtel, certains réservent de bonnes surprises. Attendez-vous à payer deux à quatre fois le tarif local. La plupart des hôtels sont regroupés autour de la Piazza, où vous trouverez également quelques cafés et bars bon marché. Quelques bons restaurants témoignent des cinq années d'occupation italienne.

Axoum

Axoum est la ville sainte de l'Éthiopie. Selon l'Église orthodoxe, l'Arche d'alliance qui contient les Tables de la Loi, y aurait été cachée. C'est aussi dans cette ville que le christianisme fut décrétée religion d'État au IVe siècle. L'Arche serait conservée dans la cathédrale Sainte-Marie-de-Sion mais, selon la tradition, personne n'a le droit de la voir. Le petit musée de l'église abrite une collection impressionnante de bibles, de croix et de couronnes. Non loin de là, un ancien champ de stèles constitue le dernier témoignage de la gloire passée d'Axoum. Ces immenses colonnes – la plus haute atteignant 23 m – étaient sculptées à partir d'un seul bloc de granit.
Si vous vous promenez en dehors de la ville, ne manquez pas d'admirer les ruines du palais du roi Kaleb. En poursuivant jusqu'en haut de la colline, vous découvrirez le monastère de Saint-Pantaléon, où les femmes ne sont pas admises, mais qui offre un point de vue magnifique. Les ruines du palais de Sheba sont également situées à la sortie de la ville – sachez toutefois que des recherches archéologiques ont démontré qu'elles étaient vieilles de 1 300 ans et non deux fois millénaires.
Axoum est à 500 km au nord d'Addis-Abeba. Pour vous y rendre, vous pouvez prendre un avion depuis la capitale ou voyager en bus à partir de Gondar, Adwa, Adigrat ou Mekele.

Bahar Dar

Juchée sur la rive sud du l'immense lac Tana (3 600 km²), la ville de Bahar Dar ne présente guère d'intérêt, si ce n'est un marché très animé le samedi. En revanche, ses environs offrent de nombreux attraits.
Le lac Tana est émaillé de petites îles qui abritent des monastères. Les plus anciens datent du XIe siècle et la plupart d'entre eux ont été bâtis avant le XVe siècle. Les monastères de Kidene Mehret, Kebran Gabriel (interdit aux femmes) et de Debre Maryam comptent sans doute parmi les plus célèbres. À moins de faire partie d'un groupe, naviguer d'une île à l'autre peut s'avérer coûteux.
Les chutes du Nil Bleu, ou chutes de Tissisat, sont à environ 45 minutes en bus de Bahar Dar (il n'existe guère d'autre moyen de transport possible). Hautes de 50 m et larges de 400 m, elles sont impressionnantes tout au long de l'année mais sont à l'apogée de leur beauté d'octobre à décembre.
Bahar Dar est situé à 300 km au nord-ouest d'Addis-Abeba. La ville compte quelques bons hôtels et restaurants. À partir de la capitale, vous pouvez prendre l'avion ou traverser les spectaculaires gorges du Nil Bleu en bus. Il existe également une liaison en bus depuis Gondar.

Les lacs de la vallée du Rift

Les sept lacs de la "Grande Faille" sont lovés dans une large vallée fertile qui s'étire entre Addis-Abeba et la frontière kenyanne, un endroit privilégié pour l'observation des oiseaux. Les lacs Lagano, Abiyata et Shala, sans doute les plus connus, déclinent trois teintes différentes, bleu, argent et brun. Les deux derniers sont classés parcs nationaux, sans que cela se traduise toutefois par des mesures concrètes. Le lac Abiyata est peu profond et abrite une avifaune très riche, tandis que le Shala est logé au fond d'un cratère de 250 m de profondeur. C'est également sur ses rives que vous trouverez les uniques possibilités d'hébergement. Vous pourrez aussi piquer une tête dans les sources chaudes de Wondo Genet, au sud des trois lacs. En direction de la frontière kenyanne, les lacs Abaya et Chamo recèlent une vie animale importante, avec, notamment des crocodiles.

Gondar

Situé à environ 750 km au nord d'Addis-Abeba, Gondar fut la capitale de l'Éthiopie de sa fondation, en 1632, par l'empereur Fasilidas, à 1886. La piazza, nom bien pompeux pour une petite place fort quelconque, constitue le cœur de la ville moderne. Ne manquez pas de pénétrer dans l'enceinte royale pour jeter un œil au château édifié en 1640. Le ticket d'entrée donne également accès aux Bains de Fasilidas, à environ 2 km de la ville sur la route de Bahar Dar. En revanche, le "village falacha", à environ 7 km du centre, ne mérite pas le détour : depuis l'émigration massive en Israël, il ne reste plus qu'une Falacha – et le doute subsiste quant à ses origines.

Lalibela

Les visiteurs se rendent à Lalibela pour admirer ses spectaculaires églises en pierre taillées dans la roche datant du XIIe siècle. C'est à cette époque que la ville fut élue capitale par le roi Lalibela, répondant ainsi à une volonté de Dieu qui lui serait apparu en rêve. Les onze églises rupestres furent bâties en un siècle et, selon la légende, grâce à l'aide nocturne des anges. Les générations de prêtres qui s'y sont succédé au fil des siècles se sont fait les gardiens des trésors qu'elles recèlent : somptueuses croix décorées, bibles aux riches enluminures et manuscrits illustrés. Pour échapper aux harcèlements des guides potentiels, faites une excursion jusqu'au monastère Asheton Maryam. Lalibela possède une poignée d'hôtels et de nombreux restaurants qui ne servent, pour la plupart, que de la cuisine amharique.
Vous pouvez vous y rendre en avion depuis Addis-Abeba ou Gondar, ou bien faire le trajet en bus à partir de la capitale.

Parc national du Simien

Paradis pour les amateurs de trekking, ce parc offre des panoramas de toute beauté et abrite une faune particulièrement riche comprenant notamment des babouins, des bouquetins, des chacals ainsi que de nombreux oiseaux de proie comme le gypaète barbu, une espèce rare de vautour géant. Le Simien est un imposant massif rocheux creusé de gorges et de cours d'eau dont les pentes finissent en vastes prairies. Les randonnées durent de 3 à 10 jours et peuvent se faire à pied ou à dos de mule. Les voyageurs les plus sportifs pourront même se mesurer au quatrième plus haut sommet d'Afrique, le Ras Dashen. Tous les trekkings ont pour point de départ Debark, à environ 100 km au nord de Gondar, que vous pourrez rejoindre en bus.

Harar

Située à 1 750 m d'altitude, cette ville fait figure d'exception en Éthiopie : de confession musulmane, elle abrite derrière son enceinte fortifiée 87 mosquées, dont certaines peuvent être visitées. Lieu de pèlerinage littéraire – Rimbaud y vécut plusieurs années, c'est aussi une cité traditionnelle, où l'habit chatoyant des femmes et l'architecture ancienne des maisons séduisent le voyageur, transporté dans un autre temps. Enfin, ne manquez pas de goûter la bière d'Harar, connue pour être un nectar ambré.

Articles récents