Afrique du Sud : Sécurité

Désagréments et dangers en Afrique du Sud

Pour des informations à jour sur la sécurité en Afrique du Sud, consultez le site du ministère des Affaires étrangères avant votre départ.

Criminalité 

  • La criminalité est l’obsession numéro un des Sud-Africains. De fait, en dehors des accidents de la route, il s’agit du principal risque auquel vous serez exposé. Cependant, gardez à l’esprit que, malgré les statistiques et les gros titres des journaux, la majorité des voyageurs ne connaissent aucun problème. Johannesburg est la ville la plus dangereuse, suivie de certains townships et d’autres zones urbaines. Pour limiter les risques, prenez certaines précautions de base :
  • Gardez vos documents et ce qui a de la valeur dans votre chambre si celle-ci est sécurisée, autant que possible dans un coffre, ou au moins dans un endroit discret.
  • Si votre chambre n’a pas de coffre ou n’est pas sécurisée, demandez s’il y a un coffre à la réception.
  • Soyez discret avec votre appareil photo, votre montre, vos bijoux, etc.
  • Ne donnez pas l’impression de porter des objets de prix ; évitez les vêtements coûteux.
  • Ne portez pas de sac banane ou autre pochette extérieure.
  • Placez vos réserves d’espèces dans plusieurs endroits et ayez toujours sur vous un peu d’argent ou un second porte-monnaie qui soit aisément accessible pour un éventuel agresseur.
  • Gardez un peu de monnaie sous la main, loin du reste de vos économies, afin de ne pas devoir sortir une grosse somme à chacune de vos emplettes.
  • Ne mettez pas d’argent dans vos poches arrière.
  • Évitez les groupes d’adolescents ; faites davantage confiance aux groupes mixtes plus âgés.
  • Dans les endroits peu sûrs, suivez les conseils des gens du quartier.
  • Évitez les endroits déserts, de jour comme de nuit, notamment les plages isolées et certaines zones de montagne du Cap.
  • Évitez le centre et le CDB (quartier des affaires) des grandes villes la nuit et le week-end.
  • Pour visiter un township, participez à un circuit ou louez les services d’un guide fiable.
  • Ne donnez pas l’impression d’avoir peur ou d’être perdu.
  • Si vous achetez un téléphone local, sachez que les escroqueries par téléphone et par SMS (de type “fraude 419”) sont monnaie courante.

Dans les transports

  • Pendant votre vol, conservez vos objets de valeur dans votre bagage à main.
  • Si vous arrivez ou transitez par l’aéroport international OR Tambo (Johannesburg), enveloppez vos valises dans du plastique – des objets y sont parfois dérobés avant qu’elles n’atteignent le tapis roulant.
  • Pour circuler en ville après le coucher du soleil, prenez un taxi. Si vous n’êtes pas loin, marchez ou circulez en voiture à plusieurs.
  • D’une manière générale, évitez de vous promener seul ou de circuler en voiture la nuit.
  • Verrouillez vos portières et relevez vos vitres, même en plein jour.
  • Il est conseillé de garder son téléphone portable en mode itinérance, d’en louer un ou d’acheter une carte SIM locale, surtout si vous circulez en voiture seul.
  • La nuit, garez votre véhicule dans un emplacement sûr et, pendant la journée, évitez de le garer dans un endroit isolé.
  • Ne laissez aucun objet de valeur à l’intérieur de votre voiture et ne donnez pas l’impression d’être en voyage, en laissant vos sacs dans le coffre et non dans l’habitacle.
  • Si vos bagages se trouvent dans le coffre, abstenez-vous d’y accéder juste avant de laisser votre véhicule.
  • Le plus grand danger lors d’une agression (que vous soyez à pied ou en voiture), notamment à Johannesburg, est que votre assaillant vous croie armé et s’imagine que vous allez tenter de l’abattre. Par conséquent, restez calme, ne résistez pas et ne faites rien qui puisse le conduire à un geste inconséquent.

Au Lesotho

  • Le viol constitue un problème ; les femmes ne doivent pas circuler seules à pied dans les lieux isolés.
  • N’affichez ni votre argent, ni vos objets de valeur, en particulier à Maseru. Les agressions y étant fréquentes, ne marchez pas seul le soir dans cette ville.
  • Les vols de sacs à l’arraché ou par des pickpockets constituent les principaux risques en journée.
  • Les troubles politiques occasionnels n’affectent généralement que la capitale ; le cas échéant, ne restez pas dans les rues et évitez les rassemblements.
  • Il existe de nombreux barrages de police ; arrêtezvous dès qu’on vous fait signe et ne redémarrez qu’après le contrôle de vos papiers.

Conseils aux randonneurs

  • Si vous randonnez sans guide, les bergers vous réclameront peut-être de l’argent ou des “cadeaux” dans les zones reculées et les vols ne sont pas totalement à exclure.
  • Du fait des risques de viol, les femmes doivent se garder de marcher seules.
  • Il arrive que des enfants mendient et jettent des pierres sur les voitures, en particulier les 4x4, le long des routes isolées.
  • La foudre fait chaque année des victimes ; ne restez pas sur une hauteur durant un orage sec et évitez de camper en terrain ouvert.
  • Des vêtements imperméables sont indispensables pour randonner, que ce soit à pied ou à dos de poney.

Au Swaziland

  • Des délits mineurs, tels que vols à la tire ou à l’arraché de sacs et de téléphones portables, ont cours dans les zones urbaines. Exercez votre bon sens et soyez toujours vigilant. N’affichez pas vos richesses et ne marchez pas seul la nuit.
  • La bilharziose et le paludisme sont présents, même si le Swaziland prend actuellement des mesures pour devenir le premier pays non impaludé d’Afrique subsaharienne.

Drogues

  • En Afrique du Sud, la loi ne fait pas la distinction entre drogues douces et dures.
  • La dagga ou zol (marijuana) est illégale, mais très répandue.
  • De nombreuses personnes fument de la marijuana sans se cacher, notamment dans les auberges de jeunesse et les bars. Ce n’est pas recommandé. La possession et la consommation de marijuana sont sévèrement punies.
  • L’ecstasy est répandue dans les raves et les boîtes de nuit d’Afrique du Sud.
  • L’Afrique du Sud est un marché important pour le Mandrax (surnommé localement “buttons”), un barbiturique interdit dans de nombreux pays (y compris l’Afrique du Sud), en raison de ses effets dévastateurs.
  • La cocaïne et l’héroïne circulent de plus en plus facilement et leur usage contribue à l’accroissement de la criminalité.
  • Les drogues locales, notamment le tik (crystal meth) au Cap, aggravent les problèmes sociaux dans les townships. Les usagers ont un comportement irrationnel et agressif.

Voyager en solo

  • Un voyageur solitaire suscite parfois l’attention – en particulier une femme – dans les zones rurales, mais ailleurs il passera probablement inaperçu.
  • Il est préférable de se joindre à un groupe la nuit et sur les sentiers de randonnée.
  • Il est déconseillé de se déplacer seul sur les sentiers – surtout quand on est une femme. En général, par sécurité, un minimum de trois personnes est requis sur ces parcours.
  • Particulièrement dans les villes et la nuit, les femmes seules devront faire preuve de bon sens et de prudence et éviter les endroits isolés.
  • Les voyageuses non accompagnées peuvent se sentir mal à l’aise au Lesotho, une société patriarcale où les femmes sont régulièrement opprimées et harcelées.

Conseils aux voyageurs

La plupart des gouvernements possèdent des sites Internet qui recensent les dangers possibles et les régions à éviter. Consultez notamment les sites suivants :

Mis à jour le : 26 février 2019

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable en Afrique du sud

Paramètres des cookies