1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. Tour du monde des lieux les plus effrayants
Idées de voyage

Tour du monde des lieux les plus effrayants

Macabres, sinistres, lugubres, ces sites vous feront immanquablement froid dans le dos.
 

1. White Alice, Alaska (États-Unis)

Ville de chercheurs d'or, il y a un siècle, et désormais terminus de la course de chiens de traîneau Iditarod, Nome est le parfait exemple de la ville frontière perdue près du cercle arctique. En surplomb de la ville et du détroit de Béring, au sommet d'Anvil Mountain, s'élève White Alice, un étrange vestige de la guerre froide. Ce qui apparaît depuis Nome comme un étonnant monument mégalithique futuriste pourrait faire penser, de plus près, au décor du film La Guerre des mondes. Les quatre structures insolites en tôle ondulée et réfléchissant les sons étaient destinées à capter les activités soviétiques suspectes.
Pour vivre une expérience inoubliable en Alaska, visitez White Alice sous le soleil de minuit : Nome et le détroit de Béring à vos pieds, le cercle arctique au nord, et la Sibérie non loin à l'ouest.


 
 

2. Scott Monument, Édimbourg (Écosse)

Érigée en hommage à Walter Scott, cette fantaisie gothique aux allures de temple thaïlandais fait partie des monuments les plus emblématiques se dressant dans le ciel d'Édimbourg. La montée en haut de cette flèche de 61 m n'a rien de bien intimidant, jusqu'au moment où l'on se retrouve à gravir son minuscule escalier en colimaçon. Il faut toute l'agilité d'un spéléologue pour s'extraire par la porte après la dernière courbe notoirement étroite. Le romancier Ian Rankin a situé la scène du crime de l'un de ses polars au sommet de ce monument et l'intrigue se noue ainsi : les lois de la physique permettent-elles de descendre un cadavre rigide par un escalier aussi tortueux ? Vous n'êtes pas claustrophobe ? Vous pourriez changer d'avis.
Pour en savoir plus sur l'histoire et les horaires de visite saisonniers, rendez-vous sur www.edinburghmuseums.org.uk.


 
 

3. Wat Rong Khun, Chiang Rai (Thaïlande)

Toujours en travaux, ce temple moderne (1997) controversé tient à la fois du sanctuaire bouddhique traditionnel, de la pièce montée au glaçage blanc intégral et de l'œuvre d'art avant-gardiste, avec un fâcheux penchant pour les pics. Pour y accéder, il faut franchir un pont surplombant un champ de crocs et des centaines de statues émergeant des enfers, au visage torturé et aux bras implorants. Si l'extérieur est d'un blanc étincelant, le doré scintille à l'intérieur et dans d'autres parties du sanctuaire (dont les toilettes).
Ouvert tous les jours, le  »temple blanc » se trouve tout près en voiture de Chiang Rai.
 
 

4. Temple Dongyue, Beijing (Chine)

La visite du temple Dōngyuè, à Beijing (Pékin), sanctuaire taoïste encore en activité, se révèle aussi troublante que captivante. Dès l'entrée, vous plongez dans un enfer taoïste, peuplé d'esprits tourmentés méditant sur leurs errements. Réfléchissez sur le sens de la vie dans le pavillon spirituel du « ministère de la Vie et de la Mort ». Les plus intrépides préféreront le « ministère des Fantômes errants » ou celui des « Quinze modes violents de mise à mort ». Si vous êtes souffrant, n'omettez pas le « ministère des Maladies profondément enracinées ». D'autres pavillons, moins morbides, valent aussi la visite. L'animation bat son plein lors du Nouvel An chinois et de la fête de la mi-automne.
Moyennant quelques yuans de plus, profitez des explications d'un guide sans lesquelles le temple pourrait bien vous sembler « obscur ».


 
 

5. Catacombes Capucines, Palerme (Sicile, Italie)

Les « habitants » des catacombes situées sous le couvent parlermitain des Capucins, y reposent vêtus de leurs habits du dimanche. Les siècles passant, les vêtements se sont souvent mieux conservés que les dépouilles. Les catacombes contiennent les corps et les os momifiés de quelque 8 000 Palermitains morts entre le XVIIe et le XIXe siècle. Leur état de conservation donne parfois un air lugubre plus vrai que nature. Hommes et femmes occupent des galeries séparées et la partie réservée aux secondes comprend une section pour les vierges. La visite des catacombes, impressionnante pour les adultes, est assez effrayante pour les enfants.
Les catacombes (Via Cappuccini) sont à un quart d'heure à pied ou à quelques minutes de bus de la Piazza Indipendenza.
 
 

6. Lemp Mansion, Saint-Louis (États-Unis)

Considéré comme l'une des pires maisons hantées des États-Unis (pour autant qu'il y ait une gradation en la matière), ce manoir possède une longue histoire d'événements troublants. Depuis que Charles Lemp s'y suicida en 1949, des faits étranges ont été recensés : portes qui s'ouvrent toutes seules, verres qui tombent des tables et se cassent… Aujourd'hui, un restaurant et une auberge surfent sur sa réputation morbide en proposant des dîners-spectacles Mystère, des soirées Halloween et des visites guidées hebdomadaires encadrées par un spécialiste très connu du paranormal. Alors, prêt à y passer la nuit ?
Le manoir jouxte la route I-55, au sud de l'Anheuser-Busch Brewery. Renseignements et réservations sur www.lempmansion.com.
 
 

7. Ossuaire de Sedlec, Kutná Hora (République Tchèque)

La crypte du monastère de Sedlec, où sont enterrés les morts depuis des siècles, notamment les victimes des épidémies de peste et des guerres hussites, frôlait le trop-plein dans les années 1870. Un menuisier local se vit confier la lourde tâche d'utiliser à des fins créatives les 40 000 squelettes qui s'entassaient dans la crypte. C'est ainsi qu'une grande partie des os et des crânes, de toutes tailles, servirent à orner la chapelle : appliques lumineuses recherchées, séries de cloches, meubles, décorations murales criardes et autres blasons. L'effet est réussi, dans un genre très… macabre.
Le monastère se trouve à 800 m au sud de la principale gare ferroviaire de Kutná Hora (www.kostnice.cz).


 
 

8. Route de la Mort (Bolivie)

Jusqu'en 1995, la route des Yungas reliant La Paz, la capitale bolivienne, à la ville de Coroico était « simplement » un axe souvent mortel. Et puis la Banque interaméricaine de développement l'a officiellement sacrée « route la plus dangereuse du monde », et l'endroit est devenu un aimant pour têtes brûlées. Tout en épingles à cheveux, cette étroite route gravillonnée voit défiler les camions dont les roues flirtent dangereusement avec des précipices de 1 000 m – rien d'étonnant à ce que 26 véhicules en moyenne disparaissent chaque année dans le vide. Un véritable tourisme de l'aventure s'est développé ici, et les vététistes zigzaguent désormais gaiement en évitant les camions – et l'appel du vide.
Contactez une agence de voyages pour louer une jeep de La Paz à Sorata pour moins de 100 $US. La New Millennium Tour Company loue des vélos.


 
 

9. Jail Hostel, Ottawa (Canada)

Que diriez-vous de dormir dans une prison hantée par l'esprit d'anciens détenus et fermée au début des années 1970 en raison de conditions d'incarcération déplorables ? Ouverte en 1862, la Carleton County Gaol accueillit pendant plus d'un siècle des prisonniers qui en dénonçaient l'exiguïté et l'insalubrité. Aujourd'hui reconvertie en auberge de jeunesse, elle fera parfaitement l'affaire pour les voyageurs au budget serré, prêts à dormir dans une ancienne cellule et à affronter les fantômes du passé. Parking, connexion Wi-Fi et salle de jeux font partie des punitions de ces nouveaux « prisonniers ».
Pour vous faire  coffrer  à Ottawa, la capitale canadienne, réservez via le site de Hostelling International (www.hihostels.ca).


 
 

10. Musée de Parasitologie, Tokyo (Japon)

Une faune bien particulière est exposée dans ce musée japonais : les coupelles et tubes à essais colorés qui s'alignent contre les murs contiennent chacun un parasite différent, de l'homme ou de l'animal – ver solitaire, ver rond et autres larves. Pour mieux comprendre la parasitologie, des planches anatomiques illustrent le cycle de vie de certains de ces pique-assiettes, et des clichés médicaux assez répugnants montrent les conséquences pour les organismes hôtes. Si vous en demandez encore, la boutique propose des T-shirts et porte-clés à l'effigie des charmantes bestioles. Dans sa publicité, ce musée tokyoïte se vante d'être le parfait lieu de rendez-vous pour les amoureux… Mangez léger avant la visite !
L'entrée est gratuite, mais les dons sont bienvenus. La gare la plus proche est celle de Meguro : prenez la sortie ouest et marchez environ 15 minutes.