1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. Les plus belles cascades du monde
Idées de voyage

Les plus belles cascades du monde

Mis à jour le : 21 novembre 2018

Carte

Découvrez la splendeur et l’inexorable puissance des plus belles chutes d’eau de la planète.

1. Chutes Victoria (Zambie/Zimbabwe)

Spectacle saisissant : le fleuve Zambèze se jette d’une hauteur de 108 m dans une gorge, à un débit pouvant atteindre 12 000 m3 par seconde. La brume s’élève du fracas en formant de larges nuages d’eau. Si, en 1855, l’explorateur David Livingstone leur donna le nom de sa reine, ces chutes portent un nom local plus évocateur, Mosi-oa-Tunya (“fumée qui gronde”). Que vous les admiriez au lever du jour ou au clair de lune, d’au-dessus ou d’en dessous, du Devil’s Pool (“bassin du diable”) ou de Cataract View, l’important est de voir ces chutes au moins une fois.
Bien que le débit soit plus élevé d’avril à juin, la meilleure période pour une photo au coucher du soleil se situe d’octobre à décembre, lorsque les embruns sont modérés.

2. Chutes du Niagara (États-Unis/Canada)

Situées à la frontière entre les États-Unis et le Canada, les célèbres cascades sont en fait composées d’un ensemble de trois chutes sur le fleuve Niagara. Elles sont particulièrement larges et offrent un débit pouvant atteindre 2 800 m3 d’eau par seconde. Après avoir admiré ces chutes incontournables et étourdissantes, vous aurez le choix entre plusieurs attractions. La meilleure est sans doute la sortie en bateau sur le Maid of the Mist, 11e réplique du premier bateau à vapeur qui effectuait les traversées entre les deux rives du Niagara en 1846.
Un billet pour le Maid of the Mist (www.maidofthemist.com), en service d’avril à octobre, coûte 15,50/9 $US par adulte/-13 ans.

rsz_chutes_du_niagara.jpg

Les chutes du Niagara, frontière entre les États-Unis et le Canada

3. Lacs de Plitvice (croatie)

Inscrit au patrimoine mondial depuis 1979, le parc national des lacs de Plitvice s’étend à mi-chemin entre Zagreb et Zadar. Son paysage féerique de collines boisées et de lacs turquoise, reliés par une série de cascades, se découvre au long de passerelles en bois et de sentiers, qui serpentent le long des lacs et au coeur des chutes : un passionnant parcours de 18 km ! Chaque saison a son charme : les chutes atteignent leur plus fort débit au printemps, tandis que les collines alentour se parent d’un manteau plus verdoyant en été. En automne, les visiteurs, moins nombreux, peuvent admirer le spectacle des feuillages aux couleurs flamboyantes.
Outre les ours et les loups, vedettes incontestées, le parc héberge également des chevreuils, des sangliers, des renards et des blaireaux. On peut y voir faucons, chouettes, coucous, martins-pêcheurs, canards sauvages ou encore hérons.

4. Chutes d’Iguazú (Argentine/Brésil)

Les chutes d’Iguazú (Iguaçu pour les Brésiliens) se situent à la frontière entre l’Argentine et le Brésil, dans la forêt amazonienne. Leur plus grand saut n’atteint que 82 m de hauteur, mais c’est la puissance conjuguée de 275 cataractes s’étirant sur 2,7 km le long du fleuve Iguazú qui est spectaculaire. Et assourdissante ! Rejoignez le poste d’observation de la Garganta do Diablo (“bouche du diable”) pour admirer ce bouillonnement d’eau incessant.
Côté Brésil, le Parque Nacional do Iguaçu (www.cataratasdoiguacu.com.br) est ouvert de 9h à 17h, plus tard en été ; en Argentine, le Parque Nacional Iguazú (www.iguazuargentina.com) ouvre de 8h à 18h.

rsz_chutes_iguazu.jpg

Les chutes d’Iguazú s'étendent sur la frontière entre l'Argentine et le Brésil

5. Chutes de Kaieteur (Guyana)

Situées en pleine jungle, ces chutes, près de cinq fois plus hautes que celles du Niagara, sont sans doute les plus isolées au monde. Dissimulé dans la forêt luxuriante du Guyana, où les visiteurs sont rares, le fleuve Potaro plonge brusquement de quelque 230 m depuis un plateau de grès. En chemin, vous apercevrez peut-être des morphos (papillons bleus), des coqs de roche écarlates (oiseaux) et des dendobrates à ventre tacheté (grenouilles) et entendrez sans doute le cri strident des alouates. Il vous faudra ensuite avancer très prudemment au bord du surplomb pour admirer ce rideau d’eau, d’où semblent jaillir des martinets à collier blanc.
Les chutes sont accessibles par vol charter depuis la capitale du Guyana, Georgetown, ainsi que par voie terrestre, moyennant une véritable expédition de plusieurs jours (en minibus, puis en bateau et à pied).

6. Chutes de Detian (Chine)

Deuxièmes plus grandes chutes transfrontalières après celles du Niagara, ces cascades s’étirent sur une largeur de 200 m, entre la limite de la province chinoise du Guangxi et le nord du Vietnam. C’est toutefois en Chine que se trouve la plus grande partie de ces chutes. Si elles n’ont pas la puissance des chutes du Niagara, elles offrent un panorama splendide avec les rizières et les pics karstiques alentour.
Le coeur de l’été est la meilleure période pour apprécier la puissance des cascades ; évitez l’hiver, les chutes ne sont plus que des filets d’eau et le brouillard est omniprésent.

rsz_chutes_de_detian.jpg

Chutes de Detian, Chine

7. Chutes de Sutherland (Nouvelle-Zélande)

Au “pays du long nuage blanc” (Nouvelle-Zélande), il pleut souvent, en particulier sur la côte ouest de l’Île du Sud. C’est la raison pour laquelle les nombreuses cataractes de l’archipel sont si impressionnantes. Milford Sound, le plus beau fjord, est réputé pour les chutes d’eau qui s’élancent le long de ses flancs. Les Sutherland Falls ne sont accessibles qu’après un trek de 4 jours (53,5 km) sur la Milford Track. On traverse en chemin des paysages de toute beauté avant de rejoindre un torrent qui s’élance, d’une hauteur de 580 m, depuis un lac niché dans les hauteurs de la vallée. Merveilleux sous le soleil, le site est encore plus magique par temps de pluie.
Les randonneurs empruntant la Milford Track doivent réserver leur hébergement en gîte le long de l’itinéraire – consultez www.doc.govt.nz. D ’octobre à avril, vous devez marcher du sud vers le nord.

rsz_chutes_de_sutherlands.jpg

Chutes de Sutherland, Nouvelle-Zélande

8. Gullfoss (Islande)

L'Islande... Cette île est un rêve de géologue, avec ses glaciers recouvrant un dixième du territoire, ses eaux chaudes jaillissant du Geysir, ses montagnes, ses sources d’origine géothermique et ses chutes d’eau. Gullfoss (“chute d’or”) compte ainsi deux larges cascades successives situées en zigzag, dont la dernière retombe dans une étroite gorge. Elle doit son nom à l’arc-en-ciel qui se forme au-dessus d’elle lorsque le soleil l’éclaire. Le site est plus beau encore en hiver, quand la neige scintille et que le givre recouvre les roches environnantes.
Gullfoss est aisément accessible depuis Reykjavík, dans le cadre d’un circuit Golden Circle ou par bus avec Reykjavík Excursions (www.re.is).

9. Chutes du Rhin (suisse)

Certes, elles n’ont pas l’ampleur de celles du Niagara ou d’Iguazú, mais les chutes du Rhin, en Suisse, sont les plus hautes d’Europe. Le spectacle de ce torrent liquide se déversant d’une hauteur de 23 m est grandiose. Un imposant rocher émerge au milieu de ce bouillonnement infernal et renforce le côté photogénique du site, que l’on peut admirer depuis des plates-formes. Des bateaux spécialement équipés conduisent les touristes au plus près des chutes. Les plus audacieux peuvent louer des canoës. Sur la rive gauche se dresse l’élégant château Laufen, qui abrite une exposition interactive consacrée aux chutes.
Les chutes du Rhin se trouvent à Neuhausen, en aval de Schaffhausen, (www.schaffhauserland.ch), à 50 km au nord de Zurich.

rsz_chutes_du_rhin.jpg

Chutes du Rhin, en Suisse

10. Salto del Ángel (Venezuela)

La plus haute cascade du monde, le Salto del Ángel (“saut de l’ange”) déferle dans un affluent du Río Caroni, dans le parc national de Canaima. Tombant de 979 m (avec un premier saut de 807 m), cette gigantesque chute d’eau s’élance du sommet plat d’un tepui enveloppé par la brume, offrant un spectacle magique. Á la saison sèche, l’eau chute d’une telle hauteur qu’elle s’évapore avant d’atteindre le fond. Appelé Kerepakupai merú (“les chutes de l’endroit le plus profond”) par les Indiens Pemón No, le Salto del Ángel doit son nom à Jimmie Angel, un aviateur qui le “découvrit” en 1933.
Plusieurs tour-opérateurs de Canaima, la ville voisine, organisent des survols en avion (à partir de 60 $US ) et des sorties de 2-3 jours en pirogue à moteur, généralement de mai-juin à novembre.
 


Guide de voyage

Les plus belles curiosités de la planète : sites, monuments, lieux incroyables

Paramètres des cookies