1. Accueil
  2. Magazine
  3. France
  4. France : les plus beaux caprices de la nature
France

France : les plus beaux caprices de la nature

Mis à jour le : 9 janvier 2017

Carte

Falaises, rochers de granit rose, cirques montagneux... La nature façonne des paysages incroyables. Voici 10 lieux en France qu'on ne se lasse pas d'admirer.
 

1. Falaises d'Étretat (Seine-Maritime)

Le temps, les tempêtes et une rivière souterraine ont sculpté dans la craie le site naturel le plus célèbre de Normandie : des falaises d'un blanc immaculé auxquelles l'érosion a donné des formes spectaculaires, et inspiratrices autant pour les peintres, impressionnistes en tête, que pour les écrivains. L'aiguille d'Étretat culmine à 70 m et côtoie une arche dans laquelle Maupassant voyait « un éléphant plongeant sa trompe dans la mer », tandis qu'au niveau de la plage des grottes ont pris le nom romantique de « chambres des demoiselles ». Maurice Leblanc, qui vivait à Étretat, situa dans la fameuse Aiguille creuse la clé de la plus célèbre aventure d'Arsène Lupin.
L'association de l'aiguille et de l'arche a quelque peu masqué d'autres formations du même type, pourtant toutes proches : la Manneporte, la porte d'Amont ou l'aiguille de Belval.


 
 

2. Reculée de Baume-les-Messieurs (Jura)

Si les reculées, profondes vallées formées par l'effrondement du plateau calcaire à certains endroits, sont caractéristiques du paysage jurassien, celle de Baume-les-Messieurs est particulièrement remarquable. Constituée de trois vallées surplombées de parois verticales de 200 m de haut, elle offre en effet un paysage extraordinaire. Pour l'admirer, le mieux est de vous rendre au belvédère des roches de Baume, près du village de Crançot. De là, si vous êtes un peu téméraire (et surtout équipé de bonnes chaussures), n'hésitez pas à descendre au fond des grottes par les « échelles de Crançot », un incroyable escalier taillé dans le roc. Vous découvrirez alors un monde souterrain insoupçonné.
Ne manquez pas de visiter, dans le village de Baume-les-Messieurs, la magnifique abbaye bénédictine du IXe siècle.


 
 

3. Cirque de Gavarnie (Hautes-Pyrénées)

Le « Colosseum de la nature » disait Victor Hugo, champion de l'hyperbole. Un des rares paysages français aux dimensions épiques, digne des Rocheuses du Wyoming. Le cirque glaciaire de Gavarnie, avec sa muraille sommitale, ses gradins, sa grande cascade qui chute à l'aplomb d'une paroi verticale, la plus haute de l'Ancien Continent, a de quoi en jeter ! Mais gare à la foule qui se presse en été dans cet amphithéâtre. Préférez les demi-saisons et l'escalade à dos d'âne par le chemin du Gave. Une heure et demie d'ascension douce à travers le manteau boisé puis la rocaille. Le spectacle suffit à couper le souffle.
Renseignez-vous auprès de l'association locale des loueurs de montures, âne et cheval de Mérens, le poney ariégeois, au 05 62 92 49 10.
 
 

4. Cingles de Limeuil et de Trémolat (Dordogne)

Depuis dix siècles, l'homme a bâti châteaux, bastides, églises et abbayes dans tout le département. La nature, elle, a préféré la rivière pour façonner l'un de ses caprices. À Limeuil et à Trémolat, la Dordogne décrit de voluptueux méandres, qui sillonnent à travers la vallée. Il faut prendre de la hauteur pour embrasser ces cingles, vastes courbes dont le bleu profond tranche avec la mosaïque de couleur des champs, des prés et des arbres. On les découvre depuis le haut des belvédères naturels, taillés dans de denses fourrés. Au coucher du soleil, la vue est envoûtante.
Outre son cingle, Limeuil, construit sur un promontoire escarpé, mérite une visite : il est classé parmi les « plus beaux villages de France ».


 
 

5. Massif du Sidobre (Tarn)

Bienvenue sur le plus grand plateau granitique d'Europe, vieux de 245 millions d'années. Un pays de l'étrange où collines, forêts et torrents abritent des blocs géants. À quelques kilomètres de Castres, ce prolongement du Massif central est une contradiction permanente entre chaos de rochers et havre de verdure. Les passages incontournables sont le rocher tremblant des Sept Faux, une pierre de 900 tonnes pour sept mètres de haut et la Peyro Clabado, classée monument historique : 780 tonnes de roche posée en équilibre sur un socle d'un mètre carré.
Visites guidées, de 1 heure 30 à la journée, au départ de l'office du tourisme du Sidobre avec découverte d'une carrière (05 63 74 63 38).


 
 
 

6. Ploumanach (Côtes d'Armor)

Les rochers de granit rose sculptés depuis des millénaires par les vagues et le vent font la renommée de cette portion de littoral justement appelée Côte de Granit rose. À mi-chemin entre les stations balnéaires de Perros-Guirec et de Trégastel, le site naturel de Ploumanach en dévoile les couleurs les plus fameuses. En empruntant le sentier des douaniers, repérez le rocher des Amoureux, de la Tortue marine et de la Tête de mort, entre autres spécimens, qui tirent leur nom de leurs formes surréalistes. L'occasion également d'un coucher de soleil magistral.
Pensez à vous offrir une sieste sur un rocher chauffé par le soleil.


 
 

7. Chaos de Montpellier-le-Vieux (Aveyron)

C'est une promenade insolite que promet le labyrinthe de rochers de Montpellier-le-Vieux. Ses formes tourmentées sont dues à la roche calcaire et à l'effet de l'eau. Cette cité de pierre grise du causse Noir laisse songeur et fait la part belle à l'imagination. Pendant que l'Ours et le Crocodile veillent sur le plateau, vous passerez entre les pattes du Sphinx, sous l'Arc de triomphe et la porte de Mycène. Équipé de bonnes chaussures, consacrez une journée entière à explorer ses abris naturels qui ont servi aux animaux puis à l'homme.
Le site propose cinq balades pédestres balisées, une visite en petit train et la possibilité de s'exercer à la via ferrata. Ouvert de mars à novembre.
 
 

8. Cirque de Sixt-Fer-à-Cheval (Haute-Savoie)

Cet immense amphithéâtre calcaire est le plus grand cirque montagneux des Alpes, niché dans la vallée du Giffre. Au pied de ses falaises escarpées, dont la hauteur peut atteindre 700 m, on prend conscience de la puissance de la nature. Particulièrement au printemps, quand des dizaines de cascades se réveillent pour offrir un spectacle visuel et sonore unique. Partout, l'eau jaillit des parois, avec néanmoins une star, la cascade du Rouget, à qui son fort débit et sa hauteur (90 m) ont valu le surnom de « Reine des Alpes ».
Un sentier d'interprétation aménagé permet de randonner dans le cirque et mène jusqu'au Fond de la Combe, où la vallée glaciaire se referme (www.savoie-mont-blanc.com).


 
 

9. Rougiers de Camarès et de Marcillac (Aveyron)

La nature réservant parfois bien des surprises, c'est à un voyage sur Mars qu'elle nous convie, ici, sur la terre des deux rougiers d'Aveyron. Comme leur nom l'indique, le rougier de Marcillac, au nord du département, et celui de Camarès, au sud, revêtent une couleur rouge brique, due à des sols riches en oxyde de fer. Formées entre 290 et 250 millions d'années, dans ce qui constituait des zones de lagunes et de deltas, sous un climat tropical, chaud et humide, ces deux microrégions naturelles méritent aujourd'hui le détour pour leur ambiance si particulière… et leur beauté !
Pour des informations pratiques, consultez ces sites : www.aveyron.com, www.tourisme-aveyron.com, www.paysageaveyron.com

     
     

    10. Mont Aiguille (Isère)

    Tantôt aiguille, tantôt molaire, il évolue selon l'endroit d'où on l'admire… Avec sa silhouette unique, visible à des kilomètres à la ronde, le mont Aiguille, sur le flanc est du Vercors, est considéré comme le berceau de l'alpinisme. Gravie pour la première fois en 1492, cette tour calcaire quadrangulaire culmine à 2 086 m et se détache nettement du Vercors. Résultat d'une forte sédimentation, les parois vertigineuses du mont fascinent les alpinistes mais son ascension demeure difficile. Un itinéraire balisé permet toutefois d'en faire le tour à pied.
    Comptez 1 100 m de dénivelé et 7 heures 30 de marche pour faire le tour du mont Aiguille (possibilité de le fractionner en deux étapes). Cartes IGN nos3236 et 3237 OT.


    Paramètres des cookies