1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. Dix routes pour se faire peur
Idées de voyage

Dix routes pour se faire peur

Mis à jour le : 11 avril 2018

Carte

De la Russie en passant par la Chine ou la Bolivie, on vous montre dix routes incroyables qui ne vous laisseront certainement pas de marbre. Voyageurs téméraires, attachez vos ceintures et taillez la route pour connaître des sensations fortes

1. Route du Karakorum (Pakistan)

Voilà des millénaires que les hommes arpentent la vallée de l'Indus, empruntant cette portion de la route de la Soie pour échanger marchandises et idées entre Orient et Occident. Drôle d'idée dans cette topographie insensée ! Pourtant, le génie civil moderne a creusé le sillon, avec l'inauguration en 1986 de la route du Karakorum, soit 1 200 km d'Islamabad à Kashgar (Chine) via les massifs du Karakorum, de l'Himalaya et de l'Hindu Kuch. L'arrivée de l'asphalte n'a pas signé la fin de l'aventure : bringuebalant au gré des nids-de-poule et des ornières, frissonnant à la perspective des glissements de terrain et de la menace des bandits de grand chemin, des précipices et des barrages routiers, on admire le défilé de vieux camions aux peintures et aux décors kitsch.
>>> Comptez 12 à 18 heures de route d’Islamabad à Gilgit (toujours au Pakistan). Deux vols quotidiens (1 heure 10) relient ces villes, si la météo est clémente.

adobestock_145427342.jpeg

la route du Karakorum, soit 1 200 km d'Islamabad à Kashgar (Chine) via les massifs du Karakorum, de l'Himalaya et de l'Hindu Kuch.

2. Route transsibérienne (Russie)

Plusieurs pays se disputent le titre officiel de plus longue route du monde, dont l'Australie avec sa Highway 1 et le Canada pour sa Transcanadienne. La Russie pourrait elle aussi y prétendre avec ce réseau routier de quelque 11 000 km, de Saint-Pétersbourg, sur la Baltique, à Vladivostok, sur la mer du Japon. À défaut de décrocher ce record, la Route transsibérienne pourrait bien être la route la plus intimidante, avec des tronçons non goudronnés qui alternent entre marécages l'été et patinoire l'hiver, et les distances interminables qu'il faut parfois parcourir entre deux villages. C'est bien normal : le plus vaste pays du monde ne peut pas avoir que de grandes et majestueuses cités.
>>> Soyez prévoyant : partez avec une tente et emportez toujours un jerrican d’essence, une roue de secours et des provisions de nourriture et d’eau.

3. Dalton Highway, Alaska (États-Unis)

Les routiers habitués des voies de glace du nord de l'Alaska ne sont pas vraiment des mauviettes. Pourtant, eux-mêmes vous diront que la Dalton Highway, c'est coton. Pour parcourir ces 665 km qui relient le nord de Fairbanks à la bourgade de Deadhorse, au bord de l'océan Arctique, comptez 13 heures – sans pause. La route est jalonnée de réserves naturelles (en clair, vous avez plus de chance de croiser des orignaux, des caribous et des grizzlis que des auto-stoppeurs) et d'éblouissants points de vue, tels Finger Mountain (au mile 98) ou Gobbler's Knob (mile 132), et la région est isolée et hostile à l'extrême. Ici, pas de téléphone, pas d'hôpital, très peu d'habitants. Mais une épopée inoubliable.
>>> La plupart des loueurs de voiture interdisent dans leurs contrats la Dalton Highway. Pour vous aider dans vos préparatifs, consultez www.blm.gov/ak/dalton.

4. Le Ruban bleu (Italie)

S'étirant sur 50 km le long de la côte amalfitaine, Nastro Azzurro (le Ruban bleu) est l'une des routes les plus spectaculaires d'Italie, décrivant une succession de lacets serrés, frôlant les précipices et traversant des tunnels taillés dans la roche. Cette route met à rude épreuve les nerfs des automobilistes qui pourront se mesurer à la dextérité des chauffeurs de bus locaux. Mais si vous parvenez à affronter les nombreux virages en épingle à cheveux et les descentes abruptes de cette route qui n'est séparée du ravin que par une barrière assez basse, vous serez récompensé par des vues sublimes.
>>> Évitez la haute saison (juillet et août) et les heures de pointe le matin, le midi et en fin d’après-midi. L’essentiel est de rester calme.

5. Panaméricaine

Ce réseau d'axes routiers que forme la Panaméricaine part de l'Alaska et prend fin à Ushuaia, en Argentine, la ville la plus australe du monde. Entre les deux, il égrène 18 pays, environ 47 000 km, et mille et un rêves de voyageur : toundra arctique, montagnes Rocheuses, Grand Canyon, temples mayas, Amazonie, Andes, sommets et lacs patagoniens, etc. Seule ombre à ce beau tableau : le réseau nord-américain s'interrompt au Panama à l'orée de l'impénétrable « tampon » du Darién, pour ne reprendre que 160 km plus au sud, en Colombie.
>>> Vous trouverez des bus presque tout le long de la Panaméricaine.

adobestock_107174727.jpeg

Ce réseau d'axes routiers que forme la Panaméricaine part de l'Alaska et prend fin à Ushuaia, en Argentine

6. Col de Sani (Afrique du Sud/Lesotho)

Les autorités envisagent de moderniser cette périlleuse piste de gravier qui aligne 27 virages sur seulement 9 km, entre le massif sud-africain du Drakensberg et le minuscule royaume du Lesotho. Une bonne idée pour la sécurité routière et les passages en douane, mais peut-être moins pour les aventuriers : un beau ruban bien net de macadam n'entamera-t-il pas l'aura du col de Sani ? Quoi qu'il arrive, les panoramas vertigineux sur les vallées n'en seront pas moins époustouflants, et le plus haut pub d'Afrique (2 874 m) vous attendra toujours au sommet.
>>> Le col de Sani est à 80 km au sud-est de l’aéroport de Durban. Le 4x4 reste à ce jour indispensable pour l’ascension.

adobestock_175096332.jpeg

Le col de Sani aligne 27 virages sur seulement 9 km, entre le massif sud-africain du Drakensberg et le Lesotho

7. Trollstigen (Norvège)

Vous aurez peut-être l'impression de monter en voiture à l'Ásgard, royaume des dieux nordiques. Oui, les paysages de la vallée de la Rauma sont vraiment spectaculaires. Et dans ce monde onirique fait de granit infranchissable et de cascades de contes de fées sinue la Trollstigen, ou « route des Trolls », un serpent d'asphalte avec une pente à 9% et 11 virages en épingle à cheveux – car les divinités sont exigeantes. Cette route infranchissable en hiver n'est ouverte aux voitures que de mai à octobre, en fonction des chutes de neige en altitude.
>>> La Trollstigen est à 6 heures de route d’Oslo, 4 heures de Trondheim. Les trains touristiques du chemin de fer de Rauma rejoignent la ville voisine d’Åndalsnes.

8. Route des yungas (Bolivie)

Cette route a de nombreux surnoms, dont le plus terrifiant est sans conteste celui de « Route de la mort ». Elle doit son titre officiel de route la plus dangereuse du monde à une topographie très particulière : en seulement 60 km, elle relie La Paz (3 660 m d'altitude) à Coroico (1 200 m) en montant au col de La Cumbre (4 650 m). Pire : cette descente pour casse-cou, taillée dans une Cordillera Oriental souvent plongée dans le brouillard, se réduit souvent à un ruban rocailleux de 3,5 m de large entre d'un côté la paroi rocheuse, de l'autre le vide. Relevez le défi, en bus ou à vélo, à vos risques et périls.
>>> L’excursion à VTT de La Paz à Coroico/Yolosa prend 4 à 5 heures (à 90% en descente) ; le retour (motorisé) jusqu’à La Paz dure 3-4 heures.

adobestock_126510101.jpeg

La route de la mort

9. Route Leh-Manali (Inde)

Voilà une route à couper le souffle – littéralement, puisque l'altitude moyenne dépasse les 4 000 m et atteint 5 328 m au col de Taglang La. La route Leh-Manali est donc le plus haut axe routier carrossable au monde. Pour relier Manali, charmante station de montagne, à Leh, capitale du désert glacé du Ladakh, il faut affronter l'Himalaya occidental, taquiner les pics enneigés et enjamber les cols d'altitude dans des paysages de plus en plus hostiles. Le parcours est un long éloge de la lenteur – comptez 20 heures de route sans pause. De quoi savourer le paysage, les stupas, les drapeaux de prière colorés, et les rencontres en chemin.
>>> Des bus et des taxis (Jeeps) circulent sur la route, ouverte de mai-juin à octobre.

10. Tunnel de Guoliang (Chine)

En 1972, les habitants de Guoliang, village reculé du Henan, décidèrent de rompre leur isolement en taillant eux-mêmes un tunnel dans les montagnes du Taihang Shan. Plusieurs y laissèrent la vie, mais les autres poursuivirent ce travail titanesque, jusqu'à l'inauguration, en 1977, d'un tunnel de 1,2 km, large de 4 m et haut de 5 m. On mesure leur prouesse grâce aux 30 ouvertures qui laissent voir l'abîme en contrebas. La route vaut le voyage, et Guoliang aussi : de ce coquet hameau composé de ruelles et de ponts de pierre partent de superbes randonnées.
>>> Guoliang est à 120 km au nord de Zhengzhou. La gare ferroviaire la plus proche est celle de Xinxiang, d’où des bus partent pour Huxian, et de là pour Guoliang.


Guide de voyage

Une sélection d’expériences de voyage chargées en adrénaline pour partir à l’aventure
 

Paramètres des cookies