Pays basque : Les Incontournables

La côte et les plages

De Biarritz à Getxo, les quelque 150 km du littoral basque se caractérisent par une succession de falaises entrecoupées de criques et de baies. Plages de sable fin (comme ici, dans les environs d'Elantxobe, en Biscaye), spots de surf, restaurants de fruits de mer : tous les ingrédients sont réunis pour profiter des plaisirs de l'océan ! Vous pourrez aussi vous imprégner des très beaux panoramas des itinéraires côtiers, que ce soit sur la corniche entre Saint-Jean-de-Luz et Hendaye ou entre Saint-Sébastien et Pasaia.

Les Pyrénées

La démesure des géants de granit, les défilés encaissés, les cols battus par les vents, la grâce des lacs de montagne… On ne peut qu'être hypnotisé par la puissance et la beauté qui émanent des Pyrénées. En matière de randonnée, vous aurez l'embarras du choix. Le GR®10 traverse la chaîne pyrénéenne d'ouest en est, en restant en moyenne montagne, mais il existe bien d'autres sentiers.
Pics d'Ansabère.

Villages de caractère

Nichés au pied des montagnes, sur les coteaux ou surgissant soudain au milieu de nulle part, nombre de villages ont bien plus à offrir au voyageur qu'une halte banale. Ils sont souvent riches d'une histoire ancienne, ou affichent une identité bien marquée, un goût prononcé pour les bonnes choses et les beaux paysages, tandis que dans plus d'un, le temps semble avoir des vertus paradoxalement régénératrices. Sare.

Saint-Sébastien

Comment aborder Saint-Sébastien sans lui faire une déclaration d'amour ? La belle Basque a tout pour séduire : le paseo de la Concha, superbe promenade s'étirant entre l'hôtel de ville et le palais de Miramar, deux sublimes plages au cœur de la ville, des quartiers anciens de caractère, une concentration de bars à pintxos qui compte parmi les plus importantes d'Espagne… Ajoutons encore un calendrier festif qui mêle fêtes débridées, régates de trainières, concerts et un festival de cinéma de réputation internationale. En résumé, Saint-Sébastien risque bien de vous captiver dès le premier regard.

Pintxos

Les Basques, on le sait, n'aiment pas faire comme les autres Espagnols. Un exemple ? Là où ces derniers parlent de tapas, les Basques utilisent le mot pintxo. La différence ne s'arrête pas à la linguistique : le Pays basque a en effet quasiment élevé ces repas de comptoir au rang d'œuvre gastronomique, notamment à Saint-Sébastien.

Bilbao

Si Bilbao a longtemps souffert d'être une ville industrielle aux abords peu engageants, elle est s'est reprise en main pour offrir aux Basques, comme aux visiteurs, le meilleur d'elle-même. Vous y verrez de prestigieuses créations architecturales comme le Guggenheim, mais c'est en flânant dans les quartiers aussi différents que le Casco Viejo ou l'Ensanche, où l'histoire de la ville se lit sur les façades, que l'on goûte véritablement au côté bon vivant de cette ville si attachante.

Oñati

7 Cette petite ville située à 80 km au sud de Saint-Sébastien, dans le Guipúzcoa, est surnommée « la petite Tolède » en raison de son patrimoine architectural exceptionnel. Au nombre des monuments incontournables, l'Iglesia de San Miguel à l'architecture gothique et baroque, ou encore l'Universidad Sancti Spiritus, première université du Pays basque, inaugurée au XVIe siècle, où furent dispensés des cours jusqu'au début du XXe siècle.

Saint-Jean-de-Luz

Blottie au fond d'une jolie baie, cette station balnéaire dégage un charme certain avec son petit port de pêche aux couleurs vives où sommeillent thoniers et sardiniers, ses plages et ses ruelles piétonnes. Si le temps est loin où les pêcheurs de baleine s'aventuraient au large de Terre-Neuve, Saint-Jean-de-Luz a réussi à conserver son identité. À l'abri des investissements immobiliers, son centre témoigne de la fortune précoce des armateurs au XVIIe siècle et conserve le souvenir du roi Louis XIV qui s'y maria en 1660.

Pelote basque

Sous l'appellation « pelote basque », un sport traditionnel issu d'une évolution du jeu de paume, plusieurs disciplines se pratiquent, soit sur des frontons à l'air libre, soit en salle, dans des trinquets (4 murs), ou dans des jaï-alaï, composés d'un mur de face, d'un mur latéral gauche et d'un mur de fond. On peut jouer à la pelote à main nue, avec une pala (une sorte de raquette en bois) ou un chistera (gant en osier tressé).

Culture surf

Le surf a débarqué sur les plages de la Côte basque en 1957 et a rapidement gagné ses lettres de noblesse, si bien qu'aujourd'hui, il fait patrie intégrante du patrimoine culturel et sportif. Plus que d'un sport, on peut parler d'un « esprit surf », avec ses lieux, ses tenues vestimentaires et ses codes, qui ont dépassé aujourd'hui le cercle restreint des initiés.

Biarritz

Station balnéaire la plus en vue de la Côte basque, Biarritz l'élégante a réussi l'amalgame entre passé aristocratique et culture surf. Hors saison, une balade sur le front de mer prend immanquablement des accents romantiques : le casino Art déco et son élégance surannée, les villas Belle Époque ou l'hôtel du palais rappellent le temps perdu des mondains et des têtes couronnées. Mais Biarritz est aussi synonyme de belles plages où s'adonner au farniente ou affronter les rouleaux de l'Atlantique.

Chemin de Saint-Jacques

Les chemins de Saint-Jacques, qu'ils viennent du nord ou de l'est, convergent tous vers le Pays basque et le Béarn pour franchir les Pyrénées, formant un itinéraire idéal pour apprécier toute la diversité de ce territoire. De petites routes goudronnées en sentiers rocailleux, vous finirez par atteindre le col de Roncevaux ou celui du Somport, avant de parcourir toute une partie de la Navarre. Tout au long du chemin, des splendides édifices religieux témoignent de l'importance de ce pélerinage.

Bayonne et ses fêtes

Les curieux viennent se promener dans ses quartiers anciens et visiter sa cathédrale tandis que les gourmands s'y arrêtent pour le chocolat et le jambon, ses deux spécialités. Mais pour beaucoup, Bayonne est indissociable de ses fêtes. Événement phare de la ville, elles commencent le mercredi précédent le premier week-end d'août et durent 5 jours N'oubliez pas d'adopter la tenue adéquate : pantalon blanc, foulard et ceinture rouges.

Ferias et corridas

La tauromachie forme un univers à part entière avec ses lois, ses rituels et son vocabulaire. Il est parfois difficile pour les non-initiés de comprendre le duel tragique opposant l'homme et le taureau dans l'arène. Ce qui est sûr, c'est que, loin des modes, la corrida fait viscéralement partie de la culture basque. Les ferias sont aussi de grands moments de fête. Bayonne, Orthez, mais aussi Bilbao, ou Pampelune et son fameux encierro, comptent parmi les meilleurs endroits où appréhender la culture taurine.

Fêtes pastorales

Depuis des siècles, les bergers pyrénéens perpétuent la tradition consistant à monter à l'estive (pâturages de montagne) aux beaux jours pour ne revenir en basse vallée qu'aux premières neiges. On peut alors voir des troupeaux entiers traverser les villages. La transhumance donne encore lieu à de réjouissantes festivités, en particulier à Laruns, dans la vallée d'Ossau, et à Aramits, dans la vallée du Barétous. Concours de chiens de berger, foire aux fromages et concours de tonte figurent au programme.

Vignobles

S'ils n'ont pas le prestige d'autres terroirs aquitains, le Pays basque, le Béarn comptent plusieurs bons crus. Le Béarn est réputé pour son délicieux jurançon et pour les vins de Madiran. Le vignoble basque d'Irouléguy, l'un des plus petits de France en superficie, est aussi classé AOC. Le Pays basque espagnol n'est pas en reste avec le vignoble de la Rioja Álavesa. Quant à la Navarre, elle compte deux appellations dans la région d'Olite.

Produits du terroir

Amateurs de bonne chère, réjouissez-vous. Le Pays basque et le Béarn sont deux terroirs riches en produits de qualité. C'est en vous rendant sur les marchés ou en allant à la rencontre des producteurs, que vous découvrirez les fleurons de la gastronomie régionale : piment d'Espelette, jambon de Bayonne, fromage de brebis ou confiture de cerise noire d'Itxassou. Les restaurants, de manière générale, profitent aussi de cette fraîcheur et de cette variété. Mais lorsqu'un chef créatif accommode ces produits à sa façon, on atteint de véritables sommets !

Béarn des gaves

Les rivières qui le traversent ne sont pas les moindres attraits de ce territoire ponctué de très belles cités historiques : Salies-de-Béarn, la « cité de l'or blanc » dont le sel a fait la richesse ; Orthez, ancienne capitale du Béarn et bastion du protestantisme ; Sauveterre-de-Béarn, cité médiévale fortifiée, postée en sentinelle aux confins du Pays basque et du Béarn ; ou encore Navarrenx, ville étape du pèlerinage de Compostelle et haut lieu de la pêche au saumon.

Pau

« Pau est la plus belle vue de montagne, comme Naples est la plus belle vue de mer » disait Lamartine. Jugez-en par vous même en remontant le boulevard des Pyrénées. Bordée de palmiers sur toute sa longueur, cette large artère surplombant le gave de Pau est une véritable croisette à « front de montagnes ». Lieu de promenade et de flânerie, le boulevard des Pyrénées, comporte aussi de belles terrasses où profiter du somptueux panorama sur les pics du Midi.

Monastères navarrais

Disséminés au gré des chemins menant à Saint-Jacques-de-Compostelle, ces édifices séculaires, romans pour la plupart, témoignent de l'importance du pèlerinage dans l'histoire de la province. Encore habités par des communautés religieuses, ils recèlent des trésors d'architecture, à l'image de la crypte du monastère de Leyre (à gauche ;. ou du cloître du monastère d'Iranzu. Ne manquez pas non plus la visite des monastères d'Irache ou de Fitero.

Petit train d'Artouste

Vous aimeriez humer l'air de la haute montagne sans trop d'efforts ? Prenez le petit train d'Artouste, qui vous promènera à plus de 2 000 mètres d'altitude, dévoilant des paysages somptueux sur la vallée d'Ossau. Au terme de la ligne, vous pourrez entreprendre la balade des lacs d'Arrémoulit. 1h30 de marche suffisent pour atteindre les lacs, dans lesquels se mirent l'Arriel (2 824 m) et le Palas (2 974 m). Qu'il est difficile ensuite de redescendre ensuite sur terre !

Pottok

En randonnant dans le Pays basque intérieur ou dans les sierras de Navarre, vous apercevrez peut-être de petits chevaux paissant paisiblement dans les pâturages. Il s'agit du pottok. Cet équidé descend d'une espèce mongole qui s'installa dans les montagnes basques dans la préhistoire. Aujourd'hui au bord de la disparition, le pottok soulève une mobilisation générale ; il est élevé en semi ou totale liberté et laissé sur les estives durant la belle saison.

Bárdenas reales

Un paysage de Far West qui vous laissera en mémoire un goût d'aventure, des espaces sauvages et naturels piquetés de reliefs lunaires, un moment de temps suspendu entre rêve et réalité, un gigantesque décor de cinéma, une ode à la nature où la trace de l'homme n'existe pas, ou si peu : voilà quelles pourraient être les quelques formules décrivant les Bárdenas Reales. Mais c'est en fait bien plus que cela… À vous de trouver la vôtre.

Forêt d'Iraty

Au cœur des Pyrénées, la forêt d'Iraty enjambe les frontières aussi facilement qu'elle inspire des légendes. À cheval entre la province de Soule et la Navarre espagnole, ce sanctuaire de verdure serait la plus grande forêt de feuillus d'Europe. Ses 17 000 hectares offrent de multiples possibilités de randonnées au cours desquelles vous rencontrerez peut-être des laminaks, ces lutins de la mythologie basque, ou plus sûrement encore, des chevaux sauvages broutant paisiblement au bord des chemins.

Saint-jean-de-Gaztelugatxe

Perché sur un îlot entre Bermeo et Bakio, sur la côte découpée de Biscaye, le monastère Saint-Jean-de-Gaztelugatxe est un important lieu de pèlerinage pour les pêcheurs des environs. Atteindre ce sanctuaire réclame un certain effort puisqu'il faut d'abord gravir plus de 200 marches. Mais parions que vous ne le regretterez pas : une fois là haut, le cadre naturel est aussi splendide que sauvage, et la vue extraordinaire.

Mis à jour le : 8 avril 2014

Articles récents

Paramètres des cookies