Hôtels et hébergements en Bretagne

Se loger en Bretagne

La gamme des hébergements est particulièrement diversifiée. Quel que soient son budget et son style, chaque voyageur trouvera son bonheur.

Auberges de jeunesse

La Bretagne est l’une des régions françaises les mieux dotées en auberges de jeunesse (liste sur le site). Dans le Morbihan, vous en trouverez à Belle-Île-en-Mer, Groix, Lorient, Pénestin, Pontivy et Quiberon ; dans le Finistère, à Batz, Brest, Camaret, Concarneau, Morlaix, Ouessant et Saint-Pol-deLéon ; dans les Côtes-d’Armor à Dinan, Saint-Brieuc et Trébeurden ; en Ille-etVilaine, à Cancale, Rennes, Redon et Saint-Malo ; en Loire-Atlantique, à Nantes et Ancenis. À quelques exceptions près, elles sont affiliées à la Fuaj (Fédération unie des auberges de jeunesse). La carte d’adhésion, obligatoire, coûte 7 euros pour les moins de 26 ans et 11 euros au-delà. Le niveau de confort et d’équipement varie beaucoup d’une auberge à l’autre. Certaines sont impeccablement tenues, avec parfois des chambres doubles ou individuelles, et bénéficient d’un cadre exceptionnel. D’autres, en revanche, évoquent encore les chambrées collectives des colonies de vacances. Le petit-déjeuner est parfois inclus dans les auberges les plus confortables. Si vous n’avez pas de sac de couchage, vous devrez payer la location des draps (environ 5 euros, quelle que soit la durée du séjour). En période estivale, pensez à réserver.

Camping

Il existe une forte densité de campings, dont les prestations vont du simple une ou deux-étoiles ne proposant que des services élémentaires pour un prix des plus modiques (à peine 5 euros) aux quatre-étoiles disposant d’équipements de standing (piscine, parcours aquatique, restauration, laverie, aires de jeux, animations…). La quasi-totalité des campings ouvre en saison uniquement, généralement d’avril à fin septembre. La plupart disposent de mobil-homes en location. Une formule originale et très bon marché est le “camping à la ferme”. On plante sa tente sur une parcelle d’exploitation agricole, près de la bâtisse principale. Les infrastructures sont, en revanche, plutôt limitées. Consultez le site Bienvenue à la ferme, qui liste les exploitations pour planter sa tente ou trouver un lit en chambre d’hôtes.

Chambres d’hôtes

La Bretagne compte un nombre élevé de chambres d’hôtes. Certaines sont situées dans des maisons néobretonnes, elles-mêmes construites dans des zones urbanisées. En revanche, il existe des chambres d’hôtes agréables et pleines de cachet, souvent au même tarif. Dans cet ouvrage n’ont été retenues que les chambres d’hôtes présentant un véritable intérêt en matière d’originalité ou d’emplacement. Quelques unes sont labellisées “Gîtes de France” ou “Clévacances”. Cette nomenclature garantit le respect de normes de sécurité et de confort, mais n’est nullement un gage de charme ou de cachet. Souvent, les hébergements qui ont le plus de caractère décident de s’organiser seuls, sans s’affilier à un label. Les offices du tourisme vous remettront une liste complète des chambres d’hôtes implantées dans leur secteur. Comptez de 50 à 90 euros la nuit pour 2 personnes, petit-déjeuner inclus. Dans les manoirs et les châteaux, cette prestation peut monter jusqu’à 300 euros.

Gîtes d’étape

Les gîtes d’étape sont des structures prévues à l’origine pour les randonneurs, mais, en principe, ils accueillent tous les visiteurs. Ce sont généralement des bâtiments qui sont gérés par les communes, plus rarement par des particuliers. Il s’agit pour l’essentiel de chambres à partager, avec toilettes et douche communes. Les tarifs sont de l’ordre de 12 à 25 euros par personne et selon le confort. La Bretagne est relativement bien pourvue en gîtes d’étape. La qualité des infrastructures varie d’un gîte à l’autre.

Gîtes et meublés

Bon nombre d’estivants louent un gîte à la semaine. Il s’agit souvent de maisons aménagées dans le respect de l’architecture bretonne, en bord de mer ou à la campagne. La location, sur la base d’un contrat, débute en principe le samedi et s’effectue à la semaine. Les maisons, entièrement équipées, se révèlent idéales pour les familles ou pour ceux qui préfèrent être autonomes. La plupart des gîtes sont labellisés “Gîtes de France” ou “Clévacances”, ce qui garantit le respect des normes. Certains propriétaires louent des meublés en dehors de toute affiliation. Les offices du tourisme tiennent une liste des loueurs saisonniers de leur commune. Ces listes ne sont pas exhaustives. Pour y figurer, le prestataire doit adhérer à l’OT.

Hôtels

Le parc hôtelier est vaste et diversifié et les prix restent raisonnables. La majorité des établissements sont des deux-étoiles de style familial, au confort standard et convenable. Les tarifs sont étroitement liés à l’emplacement (en bord de mer ou non) et au cachet de la station et peuvent ainsi varier de 50 à 140 euros la nuit pour une double. Dans les stations balnéaires, les hôtels comprennent souvent un restaurant. Beaucoup ferment début novembre jusqu’à Pâques. Vous remarquerez que nombre de structures hôtelières sont estampillées “Logis de France”. Sachez que c’est un gage de respect de normes de confort et de sécurité, mais nullement de charme ou de caractère. La plupart de ces établissements sont familiaux et offrent un confort convenable. Il existe bien entendu d’excellents hôtels de charme et de caractère, installés dans des manoirs ou des châteaux, au cœur d’un site bucolique. Le comité régional du tourisme de Bretagne et les comités départementaux du tourisme publient chacun des guides Hébergements sur leur territoire respectif. Ces listes ne sont pas exhaustives mais sont fort utiles.

Mis à jour le : 8 janvier 2020
Paramètres des cookies