Roumanie

  1. Accueil
  2. Europe
  3. Roumanie
  4. Les Incontournables

Roumanie : Les Incontournables

À voir en Roumanie

Randonnée dans les Carpates 

Des forêts primitives tout droit sorties des pages d’un conte de Grimm, avec des ours, des loups, des lynx et des sangliers, des plateaux montagneux sauvages, des sentiers bien balisés et un réseau de refuges pour vous réchauffer. La marche est le meilleur moyen de s’imprégner de ce paysage de forêts et de pâturages vallonnés. Des guides épatants vous permettront d’observer ours et oiseaux, et organiseront séjours chez l’habitant et randonnées.

Monastères peints de la Bucovine

Posés sur les versants des Carpates, les monastères peints de la Bucovine, classés par l’Unesco, illustrent la tradition orthodoxe mâtinée de latinité propre à la Roumanie. Les églises s’intègrent harmonieusement dans leur environnement naturel ; le kaléidoscope éblouissant des couleurs et les détails minutieux des fresques donnent vie aussi bien à des épisodes de la Bible qu’au siège de Constantinople au XVe siècle. Les monastères sont l’œuvre du prince moldave Étienne le Grand (Ştefan cel Mare), et lui valurent la canonisation. Monastère de Suceviţa

Vie sauvage dans le delta du Danube

Après avoir parcouru quelque 2 800 km sur le continent européen, le puissant Danube traverse de vastes marécages dans l’est de la Roumanie – le delta – avant de se jeter dans la mer Noire. Placée sous protection environnementale internationale, la région est un refuge pour de multiples espèces de poissons et d’oiseaux. On peut y observer des rolliers d’Europe, des pygargues à queue blanche, des grandes aigrettes, des cygnes tuberculés et chanteurs, des faucons et des guêpiers.

Château de Bran

Perché sur un promontoire rocheux de Transylvanie, hérissé de tourelles et de fortifications, le château de Bran surplombe un défilé sauvage enveloppé de brume et densément boisé. Si son apparence peut être spectrale, ne vous attendez pas au grand frisson : ses murs blancs et sa cour remplie de géraniums n’ont rien de lugubre ! La légende raconte que Vlad l’Empaleur (dont s’inspira Bram Stocker pour le personnage de Dracula) y séjourna : suivez sa trace dans un labyrinthe de cours et de passages dérobés.

Palais du Parlement, Bucarest

On peut voir ce colosse moderne comme un témoignage hallucinant du gaspillage et de la folie d’une dictature ou comme une vitrine impressionnante du savoir-faire et des matériaux roumains, employés à des fins sinistres. Peut-être est-ce un peu des deux, mais quelles que soient les émotions que suscite la “maison du peuple”, le gigantisme du bâtiment, comparable en taille au Taj Mahal ou au Pentagone, est tel qu’il faut le voir pour le croire. 

Églises en bois du Maramureş

Émergeant au milieu des arbres, les étonnantes églises en bois du Maramureş, dans le nord de la Roumanie, sont d’une beauté austère, avec leurs toits en bardeaux et leurs flèches gothiques battues par les intempéries. Elles renferment de magnifiques fresques bibliques, certaines remontant au XIVe siècle. Le dimanche, les villageois revêtent leur costume traditionnel pour s’y rendre. Assister à une messe est un bonheur. Ne manquez pas les huit églises de Bărsana, Budeşti, Deseşti, Ieud, Plopiş, Poienile Izei, Rogoz et Surdeşti, classées par l’Unesco. Bărsana

Périlleuse eau-de-vie

Les grands repas commencent par un verre d'eau-de-vie artisanale roumaine, la ţuica. Les breuvages faits maison peuvent afficher jusqu’à 60% d’alcool, et le contrecoup peut s’avérer brutal. La ţuica classique est distillée à partir de prunes – et uniquement de prunes pour les puristes – mais d’autres fruits, abricots ou poires, servent parfois à sa fabrication. Dans les petits villages, on vous proposera sûrement de goûter à celle du grand-père, et vous en trouverez dans des bouteilles en plastique sur des étals au bord des routes, vendue par de gentilles vieilles dames à l’œil brillant. Noroc !

Sibiu

Sibiu, aux nombreuses expositions et à la vie nocturne explosive, charme le visiteur avec ses rues pavées labyrinthiques sinuant entre des places baroques colorées. De jour, l’activité des confréries d’artisans qui ont rendu la ville célèbre se fait encore entendre, et le soir, la ville s’illumine au fil des terrasses de café et des restaurants souterrains où l’on savoure un goulasch, aux chandelles. Cette ancienne capitale européenne de la culture accueille presque tous les mois un événement particulier : festival de cinéma, de rock ou fête folklorique.

Chou farci et polenta

Savoureux plat national officieux de Roumanie, le chou farci (parfois des feuilles de vigne), ou  sarmale cu mămăligă, est servi aux mariages, à Noël et lors des grandes occasions. C’est un incontournable des restaurants du pays. La farce est généralement faite de porc épicé, parfois mélangé à du veau ou à de l’agneau. La mămăligă, une sorte de polenta, est un agréable accompagnement qui en absorbe les délicieux sucs. Nous confessons un penchant particulier pour la cuillerée de crème aigre habituellement posée dessus. Poftă bună !

Mis à jour le : 1 août 2014

Articles récents

Paramètres des cookies