Pays de Galles : Culture

Langue

Le pays de Galles se démarque du reste de la Grande-Bretagne par sa langue, le gallois, toujours parlée. Malgré ses suites de consonnes et ses doubles « l » qui semblent imprononçables, le gallois fait partie des langues indo-européennes avec des racines celtiques. Ses cousins linguistiques les plus proches sont le cornique (langue de la Cornouailles) et le breton. Pendant l'occupation romaine, le bilinguisme latin-gallois s'est répandu, l'influence latine étant toujours perceptible. Cette langue, dont la structure était déjà entièrement fixée au VIe siècle, est l'une des plus anciennes d'Europe. Avec la révolution industrielle, beaucoup d'anglophones ont immigré dans cette région. Par conséquent, le nombre de personnes parlant gallois a chuté de 80 à 50 % au cours du XIXe siècle. Aujourd'hui, seulement 20 % de la population, principalement dans le nord-ouest et l'ouest, parlent le gallois. Des activistes s'efforcent de faire revivre cette langue : il est maintenant autorisé de la parler au tribunal, plusieurs publications bilingues ont fait leur apparition, la chaîne S4C (Channel 4 Wales) diffuse des programmes quotidiens en gallois. Un Welsh Language Board (commission pour la langue galloise) a été mis en place en 1988. Le Welsh Language Act (loi sur le gallois) passé en 1994 met le gallois sur un pied d'égalité avec l'anglais et interdit la discrimination envers les personnes parlant gallois.

Nourriture

La cuisine galloise n'est pas très réputée mais elle existe bel et bien. Le poireau, symbole national, est la base de nombreux plats mais vous pouvez déguster du laverbread (un mélange d'algues, de farine d'avoine et de bacon servi sur des toasts), du rarebit (du fromage sur des toasts, le tout rehaussé de moutarde et de bière) et des saucisses de Glamorgan, un plat sans viande savoureux à base de fromage, de miettes de pain, d'herbes et de poireaux.

Religion

Le christianisme est introduit au Ve siècle mais après la Réforme, le pays de Galles est rattaché à l'Eglise anglicane. Au XVIIIe siècle, les classes ouvrières issues de l'industrie alimentent diverses doctrines dont le baptisme, le méthodisme et le congrégationalisme, regroupées sous l'appellation générale de non conformisme. En 1851, 80 % de la population est non conformiste et dès 1920, l'anglicanisme n'est plus représenté. Traditionnellement, les non conformistes sont assez puritains et encore récemment, les pubs étaient fermés le dimanche. De nos jours, seulement 220 000 Gallois se revendiquent non conformistes.

Arts

L'eisteddfod est une institution profondément galloise qui fascine en général les non initiés. Le terme désigne un rassemblement de bardes, et à l'origine, il s'agissait d'un concours alliant poésie et musique. Le premier a lieu en 1176, mais la popularité de cet événement décline considérablement après le XVIIe siècle car des non-conformistes austères y étaient hostiles. Dans les années 1860, la National Eisteddfod Society fut mise en place afin de faire revivre les traditions perdues. Il y a de nos jours trois grands eisteddfodau en plus de concours locaux. Quant aux chours gallois masculins, autre particularité galloise, ils sont liés aux communautés minières du sud du pays et trouvent leurs racines dans le méthodisme. Leur répertoire se compose essentiellement de cantiques. Bien que beaucoup de communautés à l'origine de ces chours n'en fassent plus partie, ils continuent de subsister (certains ont d'ailleurs dû ouvrir leurs portes aux femmes et aux visiteurs).

Mis à jour le : 11 novembre 2012

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Le guide Lonely Planet qui va à l'essentiel, pour découvrir le meilleur de l'Angleterre et du Pays de Galles

Paramètres des cookies