Lettonie : Culture

Coutumes

La plus grande fête de Lettonie est la Saint-Jean. C'est chaque année pendant deux jours, les 23 et 24 juin, l'occasion de célébrer le solstice d'été et de se replonger dans les rites païens et les traditions folkloriques millénaires. Les Lettons s'en vont cueillir des fleurs sauvages et des feuilles de chêne avec lesquelles ils confectionnent des couronnes et des guirlandes qui servent de parures et de décorations : les cours et les animaux de ferme sont eux-mêmes ornés de couronnes de feuillage. La nuit du 24, des feux de cérémonie sont allumés. Les Lettons s'y retrouvent pour chanter des chants rituels ligo jusqu'au lever du soleil. La bière d'orge et le fromage janis, garni de graines de carvi, sont consommés sans aucune modération.

Langue

Le letton est l'un des deux derniers survivants de la branche baltique des langues indo-européennes et beaucoup considèrent qu'il est en voie de disparition. En effet, il n'est la langue maternelle que d'à peine plus de la moitié de la population lettone. En outre, le letton parlé dans l'Est et l'Ouest du pays diffère de celui du Centre.

Nourriture

Les poissons fumés, les produits laitiers, les œufs, les pommes de terre et les céréales sont les ingrédients de base de la cuisine lettone. Les flets, les anguilles, les harengs et les sardines sont les poissons que vous retrouverez le plus souvent dans votre assiette. Les gourmets ne manqueront pas de goûter également à la lamproie, plus rare mais parfaitement délicieuse. Les soupes et les saucisses sont aussi très prisées, tout comme les tartes aux baies de toutes sortes, qui abondent en été et en automne. Aldaris est la bière la plus célèbre du pays, cependant la boisson qui suscite le plus de curiosité chez les voyageurs est le Riga balzam, un alcool sombre et épais titrant 45% alc./vol., produit exclusivement en Lettonie depuis 1755 et au goût... des plus étonnants !

Religion

Le catholicisme est majoritaire (500 000 fidèles), suivi du culte luthérien (300 000) et orthodoxe russe (100 000) – un tiers de la population est d'origine russe. Les catholiques sont très représentés dans l'est du pays, qui était autrefois sous la coupe de l'empire polonais. Le christianisme ne s'est cependant implanté en Lettonie qu'à l'occasion des croisades, au XIIe siècle. Il s'est ensuite imposé, balayant l'ancienne religion fondée sur la croyance en des divinités de la nature. Ce courant a connu un renouveau dans les années 1920, et compte encore aujourd'hui 70 000 adeptes. Très fortement réprimées durant la période soviétique, les pratiques religieuses ont connu un essor considérable depuis l'indépendance en 1991.

Arts

Peu d'artistes lettons ont atteint un succès d'ampleur mondiale. Le réveil de la littérature nationale n'a véritablement lieu qu'au XIXe siècle, avec le poème épique d'Andrejs Pumpurs, Lacplesis (Tueur d'ours), inspiré de contes traditionnels. Janis Rainis (1825-1929) est sans doute le plus grand auteur de la littérature lettone et beaucoup affirment qu'il aurait pu connaître le succès d'un Shakespeare ou d'un Goethe s'il n'avait écrit dans une langue si peu pratiquée.
Les dainas, chants traditionnels courts et poétiques, souvent comparés aux haïkus japonais, ont fait l'objet d'une vaste entreprise de recensement menée au XIXe siècle par Krisjanis Barons. On estime aujourd'hui le nombre de ces chants traditionnels à plus de 1,4 million, chantés sur quelque 30 000 airs.
Janis Rozentals fut, au début du XXe siècle, le premier peintre letton a entrer véritablement dans l'histoire de l'art avec ses scènes paysannes et ses portraits. On retiendra également les noms des talentueux peintres paysagistes Vilhelms Purvitis et Janis Valters. Figure marquante de la communauté tsigane, Karlis Rudevics est célèbre pour ses traductions de poésie tsigane et pour ses saisissantes peintures inspirées de légendes bohémiennes.

Mis à jour le : 6 octobre 2016
Vizeat

Articles récents

Paramètres des cookies