Myanmar : Sécurité

Désagréments et dangers au Myanmar / Birmanie

Le Myanmar est un pays très sûr. L’immense majorité des visiteurs s’y déplacent sans ressentir aucune menace. Notez cependant que :

  • Certaines régions du pays demeurent interdites à cause d’une guerre civile en cours et/ou de mines antipersonnel.
  • Dans les endroits les plus reculés, où les autorités sont moins habituées à la présence d’étrangers, il y a de bonnes chances qu’on garde l’oeil sur vous.
  • Si vous portez un tatouage du Bouddha, gardez-le caché.

Criminalité

Tous les postes de police du pays arborent un panneau en anglais “May I help you?” (Puis-je vous aider ?). On peut s’en moquer, mais certaines zones sont interdites aux voyageurs sous prétexte que le gouvernement désire protéger les étrangers. 

Les Birmans ne prendront jamais le risque de voler un touriste car la peine encourue est très élevée. 

Si un habitant se saisit de l’argent d’un voyageur, ce sera plus probablement pour lui rapporter le billet de 500 K tombé de sa poche. Si quelqu’un s’empare de votre sac à la gare routière, ce sera sans doute un conducteur de trishaw qui espère faire une course.

Escroqueries fréquentes

Les rabatteurs au Myanmar ne sont pas aussi redoutables que leurs homologues des autres pays d’Asie du Sud-Est. Les querelles naissent uniquement à propos des commissions. Ces petits paiements sont versés en sous-main au guide ou au chauffeur de taxi ou de trishaw qui vous conduira à un hôtel, un magasin de marionnettes ou même à un restaurant. 

À votre arrivée à la gare routière, vous courez le risque d’être rapidement entouré de rabatteurs dont certains essaieront de vous entraîner vers un hôtel. Méfiez-vous si l’on vous dit que l’adresse de votre choix est “no good”, même si, parfois il faut croire le conducteur de trishaw qui vous dit que l’hôtel est interdit aux étrangers. Si vous savez où vous voulez aller, insistez et on vous y conduira. Ceci dit, quelques rabatteurs et entreprises touristiques ont des méthodes quelques peu agressives ou extrêmement inventives pour attirer le chaland, ne vous déparez pas de votre bon sens.

Méfiez-vous des offres mirifiques de jades ou autres pierres précieuses, car certaines ne sont que des pierres sans valeur ou un vulgaire mélange de ciment. N’achetez jamais de pierres précieuses dans la rue.

Dans la rue, beaucoup de gens vous aborderont avec un “Hello !”. Dans certains cas, ils sont simplement curieux ou désireux de pratiquer leur anglais. Dans d’autres, la conversation glisse rapidement de la question rituelle “What country are you from ?” (D’où venez-vous ?) à “Buy some postcards ?” (Voulez-vous acheter des cartes postales ?) ou bien “Where you need to go ?” (Où voulez-vous aller ?). Mais rien de méchant dans tout cela.

Ne changez pas d’argent dans la rue . 

Insectes, serpents, rats et singes

Si vous ne prenez aucune précaution, les moustiques seront à la fête. Emportez un répulsif d’une marque occidentale, les produits de qualité étant difficiles à trouver sur place. En outre, certains hôtels et guesthouses (pensions) ne sont pas équipés de moustiquaires. 

Le Myanmar est l’un des pays où les morsures mortelles de serpents sont les plus nombreuses. Faites très attention où vous mettez les pieds, dans les broussailles, en forêt ou dans l’herbe. 

Les guesthouses, comme toute maison privée, abritent parfois un ou deux rongeurs. Lavez-vous bien les mains avant de dormir et ne laissez pas traîner de nourriture dans votre chambre. Lors d’une randonnée dans l’État shan, sous le toit d’une maison villageoise, il se peut que vous entendiez de petits bruits de pattes la nuit.

Dans certains endroits, comme dans les grottes (caves) de Hpo Win Daung, près de Monywa ou au mont Popa, près de Bagan, les singes s’attendent à recevoir à manger. Attention, ils peuvent mordre.

Terrorisme et attentats

Des cessez-le-feu, conclus entre le gouvernement et plusieurs groupes de rebelles, facilitent les déplacements vers des régions du pays autrefois interdites. Cependant, la situation est susceptible d’évoluer très rapidement, et mieux vaut se renseigner au dernier moment. Les mines représentent une autre menace du côté birman de la frontière thaïlandaise.

Le long de cette frontière, au nord de Mae Hong Son, la présence d’armées wa et shan peut vous mettre en danger. Bien que les Wa aient prétendument renoncé à la production de drogue, de grandes quantités d’amphétamines et d’opium traversent certaines régions frontalières.

Mis à jour le : 22 janvier 2019

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Le compagnon des voyageurs au long cours en Asie du Sud-Est, à glisser dans tous les sacs à dos avant le départ.
 

Paramètres des cookies