Kirghizistan : Comment s'y rendre

Depuis/vers le Kirghizstan

Etant donné son isolement, Il est relativement aisé de rejoindre le Kirghizstan depuis les villes européennes.

voie aérienne

L’aéroport Manas (69 31 09, 69 37 98 ; www.airport.kg) de Bichkek est la porte d’entrée principale, avec des correspondances internationales relativement bon marché avec Turkish et Pegasus (via Istanbul), Flydubai (via Dubaï), Ukrainian International (via Kiev) et Aeroflot (via Moscou). Och (p. 294) est de mieux en mieux desservie via Istanbul, Dubaï et plusieurs villes russes. Les deux villes proposent des vols pour la Chine via Ürümqi.

Compagnies aériennes

Aeroflot Vols quotidiens depuis/vers ou via Moscou.
Air Astana Vers (ou via) Almaty et Astana. Correspondances intéressantes pour Tbilissi et plusieurs villes sibériennes. Vérifiez bien que votre vol ne comprend pas d’escale à Astana-Almaty, sinon il vous faudra un visa kazakh. Transfert Bichkek-Tcholpon Ata gratuit en été.
Air Bishkek Vols Bichkek-Och (quotidiens) et Bichkek-Isfana (mar, ven, dim). Correspondances hebdomadaires pour Ürümqi (Chine) et Séoul-Incheon (Corée). Dessert de nombreuses villes russes depuis Bichkek et Och.
Air Company Kyrgyzstan Deux vols/semaine pour Tachkent et Ürümqi, plusieurs destinations russes, et vols intérieurs pour Jalal-Abad et Och.
Avia Traffic Vols quotidiens pour Och, trois par semaine pour Batken et deux pour Douchanbé (mar, jeu, 7 500 soms). Correspondances pour plusieurs villes russes, notamment Moscou, Novossibirsk, Saint-Pétersbourg, Krasnoïarsk et Kazan.
China Southern Airlines Depuis/vers/via Ürümqi, Xinjiang (quatre/semaine).
FlyDubai Compagnie dubaïote low-cost.
Pegasus  Nombreux vols low-cost via l’aéroport SAW d’Istanbul.
S7  Quatre vols hebdomadaires pour/via Novossibirsk.
Sky Bishkek Un seul avion (Saab 340) pour six vols hebdomadaires vers Och, trois vers Batken.
Tajik Air Deux vols/semaine depuis/vers Douchanbé.
Turkish Airlines Depuis/vers Oulan-Bator (Mongolie) et Istanbul quotidiennement, pour des correspondances internationales.
Ukraine International Airlines Vols depuis/vers Kiev, connexions intéressantes pour l’Europe.
Ural Airlines Vols hebdomadaires pour Ekaterinbourg et Moscou.
Uzbekistan Airways Vols vers Tachkent (176 $US) quatre jours par semaine.
La compagnie balte Air Baltic propose des vols saisonniers vers Tachkent.

Voie terrestre

Depuis/vers la Chine

Il existe deux routes pour Kachgar dans le Xinjiang, en Chine, où le fuseau horaire officiel (heure de Pékin) est GMT+8, tandis que le fuseau officieux (heure du Xinjiang) est GMT+6, soit l’heure d’été kirghize.
Les deux routes sont accidentées et prennent une longue journée : partez tôt et emportez à manger et à boire. Elles traversent des paysages fabuleux (la route du Torougart est belle tout du long) ainsi que des cols d’altitude. Attention au froid intense et aux fermetures des routes l’hiver en cas de neige.
Les deux postes-frontières ferment les week-ends et jours fériés. Si vous voyagez un vendredi, les retards sur la route (glissement de terrain, jour férié imprévu) vous bloqueront jusqu’au lundi.
Côté chinois, les deux routes traversent sur plus de 100 km une zone frontière à accès limité entre les postes-frontières intérieur et extérieur, où les vélos doivent être déposés dans un véhicule.

Route d’Irkechtam

La route principale passe par Irkechtam et Sary Tach. Un bus de nuit Kachgar-Och (580 Yuan, environ 90 $US) démarre deux fois par semaine de la gare routière internationale de Kachgar à 9h, heure de Pékin, les lundis et jeudis, et arrive entre 2h et 6h le lendemain à Och (vous pouvez rester dormir dans le bus jusqu’à l’aube s’il est encore tôt). Le bus repart de l’extérieur du Pekin Hotel dans le centre d’Och les dimanches et mardis vers minuit. Achetez vos billets la veille.
Faire le trajet par étapes revient bien moins cher, généralement moins de 35 $US, mais cela dépend beaucoup du nombre de voyageurs qui traversent la frontière ce jour-là et partagent les frais de taxi ou de minivan entre les postes-frontières chinois. En traversant en indépendant, vous pouvez profiter d’une nuit à Sary Tach, avec sa vue sur les montagnes de la vallée d’Alaï, ainsi que des paysages entre Sary Tach et Och, qu’on ne voit pas en bus de nuit.
Depuis Sary Tach, faites du stop ou partagez un taxi (300/1 200 soms par pers/voiture) pour parcourir les 73 km jusqu’au principal poste-frontière kirghiz. Partez à 7h pour atteindre la frontière juste avant 8h, ou démarrez l’après-midi précédente et dormez dans l’un des cafés-wagons rudimentaires (100 à 200 soms) juste en dehors de l’enceinte de la frontière. Remontez à pied la file des camions et faites tamponner votre passeport, puis arrangez-vous pour monter dans le premier camion en partance pour franchir les 7 km suivants. Laissez vos bagages dans le camion pour les deux premiers contrôles de passeport, mais prenez congé au poste de douanes chinois le plus élevé. Ici, votre passeport sera contrôlé mais pas tamponné, tandis que vos bagages, appareil photo, ordinateur, iPad, livres, etc. seront fouillés minutieusement (films visionnés, photos regardées, fichiers ouverts).
Lorsqu’un nombre satisfaisant de voyageurs auront ainsi été contrôlés, leurs passeports seront rassemblés et confiés à un chauffeur de taxi agréé qui vous conduira jusqu’au principal poste-frontière chinois (Heiziwei ; h10h30-14h et 16h-20h heure de Pékin, soit 2 heure de plus que l’heure kirghize) à 140 km de là. Comptez 100/160 Yuan chinois par personne dans un taxi pour quatre/minivan à 10 sièges, mais si vous êtes seul, vous devrez peut-être payer toutes les places. Ce coût devrait baisser lorsque la nouvelle autoroute sera ouverte. Pour le moment, l’ancienne route longe l’autoroute pendant 5 heures en cahotant désespérément.
On entre en Chine dans un vaste complexe aux airs d’aéroport. Pas de banque, mais un changeur rôde habituellement après la douane et propose un taux plutôt raisonnable (1 $US=6 Yuans). Un taxi jusqu’à la station de minibus/taxis collectifs de Wuqia coûte 5 Yuans. Vous pouvez aussi marcher 3 km le long d’une grande avenue puis tourner à droite sur Yingbin Lu. Les minibus pour Kachgar (23 à 30 Yuans) mettent 1 heure 45, mais cela va changer aussi lorsque l’autoroute ouvrira officiellement.
On vous déposera à l’Hua Hue Hotel, d’où la mosquée Id Kah et le Pamir Hostel (repaire des globe-trotteurs) est à 1,5 km, droit devant (bus n°8). Dans la direction opposée, des minibus pour Wuqia partent depuis un emplacement à l’intérieur caché du côté sud (face à la rivière) dans le même pâté de maisons que la gare routière internationale, sous un grand panneau trompeur semblant indiquer un bowling.

Route de Torougart

Les lignes de bus de nuit Bichkek-Kachgar et Bichkek-Artush empruntent le col de Torougart en direction de Naryn mais les étrangers ne sont pas autorisés à les prendre et ne pourront passer cette frontière que par l’intermédiaire d’une agence, dans les deux sens. Votre nom doit apparaître sur un manifeste passager tamponné (côté chinois) et une copie de votre passeport doit être envoyée à l’agent kirghiz. Ces formalités rendent cet itinéraire extrêmement coûteux ; le moins cher est une offre pour les groupes de trois/sept personnes à 110/85 $US par personne. Les voyageurs seuls déboursent près de 500 $US. Il est possible de se joindre à d’autres voyageurs ou à des groupes.
Les cyclistes doivent s’arranger avec une agence pour qu’un véhicule vienne les chercher côté chinois et posséder une autorisation officielle de circuler de façon autonome côté kirghiz, comportant une interdiction stricte de dévier de la route principale avant le poste frontière intérieur.
Toute la route Kachgar-Naryn (9 à 12 heures) est somptueuse par temps clément, bien que la vue à couper le souffle sur le lac Tchatyr-Koul soit un peu gâchée par les lignes à haute tension.

Depuis/vers le Kazakhstan

Bichkek-Almaty Des minibus/voitures privées relient directement les capitales (400/450 soms, 4 heures 30) lorsqu’ils sont pleins. Sinon, prenez une marshroutka “Tamojna” juqu’à la frontière.
Karkara Fermée aux étrangers pendant plusieurs années, la route détournée menant au Kazakhstan par la vallée de Karkara est rouverte (en été seulement) depuis 2013 mais aucun transport public ne franchit la frontière. Depuis le Kazakhstan, prenez une marshroutka direction Kegen, puis un taxi pour franchir les 28 derniers km jusqu’à la frontière. Si vous vous arrangez en avance avec le CBT de Karakol, on peut venir vous chercher à la frontière pour vous emmener à Issyk-Koul pour 60 $US par voiture. Le stop est possible, si vous avez une tente et pouvez attendre un jour ou deux.

Depuis/vers l’Ouzbékistan

Il n’y a pas de trains de passagers direct entre le Kirghizstan et l’Ouzbékistan.
Dostyk (Dustlyk) Des marshroutki (8 soms) desservent très régulièrement la principale frontière de la vallée de Fergana, en périphérie d’Och, vers Andijon. Bien que les files d’attente soient souvent longues, les Occidentaux sont fréquemment poussés au début de la queue. Traversez la frontière à pied et sautez dans un taxi collectif (fréquents) pour Andijan (8 000 TJS, 40 minutes). Attention, en période de tension politique, cette frontière peut rester fermée pendant longtemps.

Depuis/vers le Tadjikistan

Route du Pamir Le poste de contrôle de Bor Döbo entre Mourgab et Sary Tach est ouvert aux étrangers dont le visa tadjik comporte un permis GBAO mentionnant “Murgab district”.
Un véhicule d’Och à Mourgab coûte de 200 à 300 $US, un tarif que l’on peut partager à cinq (mais il n’est pas toujours aisé de trouver d’autres voyageurs intéressés). Au départ d’Och, il faut environ 8 heures pour atteindre la frontière (vous pouvez faire une pause à Sary Tach). La frontière ouvre à l’aube. La région est froide et rude, pensez à emporter des vêtements chauds. Rappelez aux gardes-frontières kirghiz de tamponner votre passeport car ils oublient parfois de le faire.
Karamyk La route pour Garm traversant la vallée d’Alaï a brièvement ouvert fin 2012, mais la frontière de Karamyk est à nouveau fermée à tous les étrangers. Elle pourrait rouvrir en 2015, mais n’y comptez pas trop.
Batken-Isfara Dans la vallée de Fergana, passer la frontière tadjike entre Batken et Isfara (et non Isfana) est simple et rapide. Des taxis et quelques marshroutki passent le poste frontière, pas besoin de changer de véhicule. C’est la seule voie possible entre le Kirghizstan et le Tadjikistan si vous n’avez pas de permis GBAO pour la route de Mourgab. Il est possible d’atteindre Batken en faisant une petite entorse au règlement.

Mis à jour le : 16 février 2015

Articles récents

Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir l'Asie Centrale

Paramètres des cookies