Kirghizistan : Visa

Formalités d'entrée au Kirghizstan

Documents

Outre un passeport valide, vous devez être en mesure de présenter un certain nombre de documents complémentaires :

  • Les reçus de change et d’achat de devises, indispensables pour changer la monnaie locale dans une banque (pas nécessaires dans les bureaux de change et au Kazakhstan).
  • Le formulaire de douane ou d’entrée que l’on vous aura remis à votre arrivée dans le pays.
  • Les bons de règlement de l’hébergement, des excursions ou des transports, surtout si vous avez payé d’avance, car ce sont les seules preuves de ces dépenses.
  • Les bordereaux d’enregistrement des hôtels ; en Ouzbékistan, vous devrez peut-être montrer ces petits bouts de papier (indiquant les dates de séjour dans chaque hôtel) aux responsables de l’Ovir.
  • Les lettres d’invitation et tous les documents/reçus nécessaires aux visas et aux permis.
  • Des photocopies de votre passeport (utile dans les zones frontalières). Si vous traversez la vallée de Wakhan au Tadjikistan, prévoyez jusqu’à dix exemplaires pour gagner du temps aux postes de contrôle.
  • Les cartes d’étudiant et les cartes jeune ne sont pas d’une grande utilité, si ce n’est parfois de servir de leurre si on vous demande de laisser votre passeport.

Mieux vaut garder au moins une photocopie de votre passeport (première page et visa) et de votre police d’assurance sur vous. Songez aussi à scanner votre passeport et votre assurance de voyage et à les stocker sur une clé USB. Vous pouvez aussi les joindre à un e-mail que vous pourrez consulter en cas de besoin pendant votre voyage.

Enregistrement

Cette procédure, toujours en cours dans certains pays d’Asie centrale, est un héritage de l’ère soviétique. Au Kirghizstan, cette procédure n’est plus obligatoire.
La procédure d’enregistrement se fait à l’OVIR (police de l’immigration), implanté dans chaque ville et parfois dans chaque quartier. Bien que son nom change d’une république à l’autre (Koshi-Kon Politsiyasi au Kazakhstan, OPVR au Tadjikistan, IIB en Ouzbékistan et UPVR au Kirghizstan), tout le monde l’appelle Ovir. Dans les régions reculées qui ne possèdent pas de bureau de l’Ovir, vous devrez enregistrer votre visa auprès du passportny stol (bureau des passeports).
Il est impératif de contacter, avant votre départ, les ambassades et les consulats pour s’assurer que les modalités d’entrée sur le territoire n’ont pas changé. Nous vous conseillons également de scanner ou de photocopier tous vos documents importants (pages d’introduction de votre passeport, cartes de crédit, police d’assurance, billets de train/d’avion/de bus, permis de conduire, etc.). Conservez ces copies à part des originaux. Vous remplacerez ainsi plus aisément ces documents en cas de perte ou de vol.

Visas

Les ressortissants français, belges, suisses et canadiens sont dispensés de visa et de procédure d’enregistrement pour les séjours touristiques et d’affaires de moins de 60 jours. Assurez-vous que votre passeport est bien valide et qu’il a été tamponné au moment de l’entrée sur le territoire.
Pour les séjours de deux à trois mois, les voyageurs peuvent se procurer un visa (touristique ou d’affaires) à l’arrivée à l’aéroport de Manas contre un paiement en dollars américains ($US), ou préalablement au départ auprès des représentations diplomatiques et consulaires de la République kirghize. Ces visas ne peuvent pas être prorogés.
Enfin, depuis septembre 2017, un visa électronique de tourisme ou d’affaires, valable 90 jours et non renouvelable, peut également être obtenu via le site www.evisa.e-gov.kg (comptez trois jours d’attente) ; il sera valable aux points de passage suivants : l’aéroport international de Manas (Bichkek), l’aéroport international de Och et le poste-frontière Ak Jol (avec le Kazakhstan).
Pour tout séjour supérieur à 60 jours, vous devrez vous inscrire auprès des Services d’enregistrement d’état, sous peine d’amende (voir aussi la rubrique suivante). Les points d’enregistrement sont disponibles sur le site Internet du gouvernement kirghize (site en kirghize et russe).

Enregistrement et permis de circuler

Si vous devez demander un visa, vous devrez probablement aussi le faire enregistrer dans les trois jours après votre arrivée au Kirghizstan. Renseignez-vous auprès de votre hôtel ou du bureau d’enregistrement des visas.
De nombreuses zones frontalières et pratiquement tout lieu à moins de 50 km de la frontière chinoise nécessitent un permis frontalier militaire. C’est le cas du camp de base du pic Lénine, de la région du Khan Tengri, et d’une grande partie de l’oblast de Naryn. Pour environ 30 $US, CBT ou une agence de trek peut vous en obtenir un. Le traitement de la demande prend entre deux jours et un mois, suivant votre agent. Si vous voyagez depuis/ vers un poste-frontière ouvert avec un visa valide pour votre destination, vous en êtes généralement exempt. Une permission spéciale (facile à obtenir, mais chère) est indispensable pour le passage du col de Torougart.

Afghanistan

Le coût varie selon la nationalité, à partir de 30/60 $US pour un visa de transit/tourisme et jusqu’à 160 $US, voire plus. La délivrance du visa prend un jour ou deux, mais dépend de votre conversation avec le consul, qu’il faudra convaincre que vous comprenez les problématiques de sécurité dans les régions où vous vous rendez. Une lettre d’invitation ou une certification de votre ambassade vous autorisant à voyager en Afghanistan peuvent être nécessaires. Les voyageurs souhaitant se rendre dans le Wakhan afghan auront plus de chance de recevoir une réponse favorable en faisant leur demande à Khorog (Tadjikistan).

Chine

Jusqu’à fin 2013, il était possible d’obtenir un visa chinois via des agences au Kirghizstan, mais la Chine accorde désromais de moins en moins de visas aux étrangers non résidents. Faites donc les démarches dans votre pays.

Iran

Une fois que vous possédez un code d’autorisation de visa de Téhéran, la demande de visa en elle-même prend deux jours et coûte 50 euros pour la plupart des nationalités. Le moyen le plus sûr d’obtenir une autorisation est de faire la demande en ligne via une agence renommée comme Pars Tourist Agency ou Persian Voyages, en prévoyant plusieurs semaines pour la procédure. Vous pouvez le faire n’importe où, il suffit de savoir dans quelle ambassade vous comptez la récupérer. En principe, cette autorisation ne coûte que 10 $US à Bichkek via Persia Agency, mais nous n’avons pas testé nous-même. Certaines nationalités obtiennent un visa de transit de cinq jours, sans autorisation préalable, en une semaine.

Kazakhstan

Les ressortissants des pays de l’Union européenne, de Suisse et du Canada n’ont pas besoin de visa pour un séjour touristique de 30 jours.

Ouzbékistan

Prenez rendez-vous par téléphone (lors de nos recherches, toutes les visites étaient données pour 10h le lendemain). Remplissez le formulaire en ligne, puis venez à l’heure prévue avec une photo (3x4 cm) et une photocopie de votre passeport reprenant toutes les pages tamponnées. Pour la plupart des nationalités, un visa à entrée unique/double coûte 90/100 $US. Le délai de traitement augmente si l’ambassade est occupée. Heureusement, vous pouvez garder votre passeport pendant la procédure : vous pouvez donc faire votre demande puis partir en randonnée. Si vous disposez d’une lettre d’invitation remise par une agence, le visa peut être délivré le jour même, mais cette démarche nécessite une certaine organisation et un budget plus élevé.

Tadjikistan

Si le consul est sur place, les visas de 30 jours (ou 45 sur demande) s’obtiennent facilement (55/75 $US, plus 100 soms de frais de traitement). Le permis GBAO est remis gratuitement sur demande. Une photo est exigée, mais la lettre d’invitation est inutile. Le délai habituel est d’une journée, mais peut tomber à 15 minutes s’il n’y a personne. Aucun visa n’est délivré en l’absence du consul.

Visa de travail au Kirghizstan

On peut se procurer un visa d’affaires à entrées multiples (valable jusqu’à 90 jours) en ligne, mais un visa de travail nécessite en principe un accord avec une société ou un organisme. Les postes à court terme se limitent aux écoles de langues, mais certains étrangers ayant l’expérience nécessaire sont parfois employés comme consultants pour des organismes internationaux à Bichkek.


 

Mis à jour le : 8 octobre 2019

Articles récents

Paramètres des cookies