Iran

  1. Accueil
  2. Asie
  3. Iran
  4. Sécurité

Iran : Sécurité

Désagréments et dangers en Iran

  • L’Iran est, en temps normal, un pays sûr pour les voyageurs. Il est très rare que des touristes y soient victimes de crimes. De surcroît, les visiteurs qui font de leur mieux pour s’adapter aux coutumes locales, y compris ceux venus des États-Unis, auront toute chance d’être traités avec courtoisie et amabilité.
  • Les ambassades occidentales conseillent à leurs ressortissants de s’enregistrer à l’arrivée, en particulier s’ils restent en Iran 10 jours ou plus, ou prévoient de visiter des lieux reculés.
  • Comme n’importe où ailleurs, il est recommandé aux voyageuses de se montrer prudentes et d’éviter de se retrouver seules avec un homme qu’elles ne connaissent pas. Les étrangères pâtiront de sollicitations non désirées et, dans les bazars et les rames de métro surpeuplés, de mains baladeuses.
  • Une certaine paranoïa existe bel et bien, et il est arrivé que des voyageurs soupçonnés d’être des espions, soient arrêtés et mis en garde à vue avant d’être relâchés.
  • Or, en Iran, conduire et traverser la rue sont en réalité les dangers les plus importants.



Criminalité

  • Quelques cas d’agressions et de vols ont été rapportés en Iran ; il convient de prendre les précautions d’usage. En voici quelques-unes :
  • Lors de vos déplacements, gardez toujours avec vous vos objets de valeur, notamment votre argent, votre passeport et votre appareil photo.
  • Les hôtels sont plutôt sûrs, mais fermez vos bagages à clé pour éviter que le personnel ne les fouille, voire “essaie”, par exemple, vos articles de toilette.
  • Il existe un marché noir des passeports étrangers volés ; si le vôtre n’est pas à la réception de l’hôtel, gardez-le en sûreté sur vous.
  • Les pickpockets sévissent dans les bazars très fréquentés.



Enlèvements et terrorisme

Les enlèvements et les actes terroristes sont extrêmement rares dans la plus grande partie du pays. Cependant, au moment de la rédaction de ce guide, la plupart des services gouvernementaux déconseillaient de se rendre :

  • à moins de 100 km de la frontière irano-afghane
  • à moins de 10 km de la frontière irano-irakienne
  • dans la province de Sistanet- Baloutchistan
  • dans la région à l’est de la ligne entre Bam et Jask, notamment Bam et Zahedan



Forces de police et de sécurité

Les policiers et militaires en uniforme sont certes omniprésents, mais n’ont nul motif ou intérêt à s’en prendre aux étrangers.
Dans des villes comme Ispahan, Chiraz et Mashhad, on trouve une police touristique – service pratique qui comprend généralement un locuteur anglophone – dans des kiosques bien situés.
Prendre en photo un site sensible (par exemple la frontière, les abords d’une installation militaire, voire d’un commissariat ou la gare de Téhéran), que ce soit délibérément ou par inadvertance, est ce qui risque le plus probablement d’attirer l’attention de la police. Si cela vous arrive, mettez en avant que vous êtes un simple touriste et effacez les photos. Dans ces situations, ne discutez pas.
Les étrangers sont censés avoir en permanence leur passeport sur eux, mais cela n’est pas toujours facile puisque les hôtels sont eux censés garder ceux des clients dans l’éventualité d’inspections policières.
Emportez toujours avec vous quelques photocopies de votre passeport à la page de la photo et de votre visa iranien, et, si vous sortez de la ville, laissez une photocopie à la réception et emportez votre passeport. Si l’on vous interpelle, montrez les photocopies, si vous êtes sûr qu’il s’agit bien de la police.
Sur les routes proches des frontières, il est probable que le véhicule à bord duquel vous vous trouverez se fasse arrêter par la police, à la recherche de drogue ou autres produits de contrebande.

Sécurité routière

La conduite iranienne est imprévisible et c’est souvent sur la route – ou en la traversant – que l’on est le plus exposé aux dangers. Vous ne pourrez pas y faire grand-chose, sinon demander à votre chauffeur de ralentir (yavash tar boro !) ou d’opter vous-même pour le train.
Les Iraniens vous diront, avec une fierté mâtinée d’horreur, que l’Iran dispute au niveau mondial la première place du pays au plus grand nombre de morts sur la route ; plus de 17 000 victimes en 2014, auxquels s’ajoutent 300 000 blessés.
Personne ne se préoccupe du code de la route et la volonté des usagers de s’arrêter à un carrefour fréquenté est directement proportionnelle à la taille des véhicules sur leur passage. Conscients de cela, certains automobilistes astucieux ont doté leur Paykan ou leur Kia Pride du type de klaxons assourdissants que l’on trouve généralement sur les camions et les bus. Un bref coup de klaxon incite les autres usagers de la route à s’arrêter, de peur qu’ils ne soient pas de taille à rivaliser. Pendant ce temps, la modeste petite voiture traverse tranquillement l’intersection. Ainsi, sur la route, être imposant (ou faire croire qu’on l’est) a son importance.
Faites attention aux voies de bus à contre-sens du reste de la circulation (que les bus empruntent à toute vitesse), et aux motos qui foncent aux feux rouges, sur les trottoirs et dans les bazars bondés.
Les conducteurs ne s’arrêtent jamais à un passage piéton ; ne sous-estimez pas la possibilité de vous faire renverser en traversant la route. Mince consolation, la loi dispose que si un piéton est fauché, le chauffeur est toujours en faute et devra verser le prix du sang à la famille de la victime.
En attendant, le meilleur conseil vient sans doute d’un lecteur pragmatique : “Traversez les rues fréquentées en même temps qu’un Iranien, mais en vous assurant que celui-ci est plus proche que vous des véhicules qui arrivent.”

Tremblements de terre

Des tremblements de terre se produisent chaque jour en Iran, mais rares sont les voyageurs à les ressentir. Si vous êtes malchanceux, voici quelques recommandations.

  • Le plus important est de vous protéger de la chute de débris.
  • Si vous êtes à l’intérieur, ne sortez pas et mettez-vous à couvert sous un bureau ou une table solide.
  • Agrippez-vous et soyez prêt à vous déplacer avec.
  • Ne quittez pas votre abri et ne sortez pas avant l’arrêt du séisme.
  • Tenez-vous éloigné des fenêtres, des appareils et des meubles non encastrés (comme les penderies), susceptibles de se renverser.
  • Protégez votre tête avec un oreiller. Dans les bâtiments en briques de terre, il est vital de créer un espace (sous un lit par exemple) qui ne se remplira pas de débris et de poussière, lesquels peuvent provoquer l’asphyxie.
  • À l’extérieur, restez à distance des bâtiments et des lignes à haute tension.



Voyageuses

Les femmes s’apprêtant à visiter l’Iran doivent avoir conscience qu’elles seront confrontées à une culture très différente de la leur et qu’il leur faudra se plier à quelques contraintes. Elles doivent se poser les quatre questions suivantes : comment dois-je m’habiller ? Comment dois-je me comporter ? Serai-je en sécurité ? Que dois-je emporter ? Plus de renseignements sur notre page Femmes seules.

Mis à jour le : 28 février 2019

Articles récents

Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable en Iran

Paramètres des cookies