San Francisco : Culture

Coutumes et cultures à San Francisco

Littérature

San Francisco compte bien plus de librairies par habitant que la moyenne nationale, et plus d’auteurs dans sa population que n’importe quelle autre ville des États-Unis. Aussi anachronique que cela puisse paraître dans la capitale des nouvelles technologies, ses habitants achètent plus de livres que les autres Américains. La réalité de cette ville dépasse même la fiction : ici, la poésie peut défier la loi, et gagner. C’est ce qui s’est passé en 1957 lors du jugement anticensure rendu dans l’affaire de l’État de Californie contre l’éditeur Lawrence Ferlinghetti, de City Lights. Aujourd’hui encore, libres penseurs et lecteurs assidus affluent au fabuleux festival Litquake, fréquentent les librairies associatives de 24th St, rencontrent les auteurs formant les jeunes à 826 Valencia, et se joignent aux innombrables événements littéraires.

Arts visuels

À San Francisco, l’art sort du cadre et saute de son piédestal pour se décliner sous la forme de peintures murales, de performances de rue et d’autels improvisés sur les trottoirs, gommant les frontières entre ruelles et galeries d’art. Les installations et les œuvres interactives des nouveaux médias sont souvent provocatrices, parfois époustouflantes ; elles laissent rarement indifférent.

Musique

L’éventail des genres musicaux à San Francisco semble infini. De la musique classique à la country, en passant par le son latino, l’electronica ou les opéras italien et chinois, tous les styles cohabitent et, surtout, perdurent. Folk et free jazz des années 1950, rock psychédélique des années 1960, disco des années 1970, new wave des années 1980, rap de la Côte Ouest et renaissance pop-punk des années 1990, EDM des années 2000 : tous sont nés autour de la Baie et restent présents dans la culture musicale mondiale. Les DJ ne s’y trompent pas, puisant inlassablement dans cet inestimable catalogue.

Architecture

Superman ou Spider-Man n’auraient pas fait carrière à San Francisco, où la plupart des bâtiments sont si bas que le plus médiocre des super-héros pourrait les franchir sans mal. La Transamerica Pyramid, la Salesforce Tower et la tour de l’horloge du Ferry Building sont certes des points de repère dans la ville, et la Coit Tower ponctue l’horizon, mais les édifices qui fondent l’identité de San Francisco ne sont pas si hauts, que ce soient les constructions en adobe de Mission ou les maisons victoriennes de Haight et les toits végétalisés de Golden Gate Park. Les façades de certains magasins de la ville semblent tout droit sorties d’un western.

Langue

En raison de l’histoire – les colonisations et les vagues d’immigration successives – et de la diversité de la population du pays, les Américains pratiquent, pour beaucoup d’entre eux, plusieurs langues. L’anglais, parlé dans tous les États-Unis, n’a pas été désigné comme langue officielle. Dans les zones touristiques, on rencontre peu de gens parlant entre eux une autre langue que l’anglais américain. Toutefois, vous trouverez bien souvent des brochures en français
Dans des quartiers entiers de San Francisco, on ne s’exprime qu’en espagnol, en chinois, en japonais, en vietnamien, en coréen ou en cambodgien. D’après certaines enquêtes, plus d’un tiers des Californiens ne parlent pas anglais chez eux.
 

Mis à jour le : 6 février 2020
Vizeat

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Une collection pour partir à l'aventure le long de routes mythiques

Paramètres des cookies