Saint-Martin : Histoire

Plusieurs siècles avant la colonisation par les Européens, des Indiens Arawaks ont habité l'île. Plusieurs témoignages archéologiques de leur présence sont présentés au musée de Marigot.

11 novembre 1493

Christophe Colomb découvre l'île le jour de la Saint-Martin.

1626

Installation des premiers colons européens. Les Hollandais s'implantent à Little Bay, dans la zone des marais salants du sud, les Français dans la zone nord, dans la baie de l'Embouchure.

1633

Les Espagnols débarquent à Saint-Martin pour investir l'île dans son ensemble.

1644

Les Hollandais répliquent en envoyant les troupes de Peter Stuyvesant. Ils perdent la bataille.

1647

Devant le peu d'intérêt économique de Saint-Martin, les Espagnols quittent l'île d'eux-mêmes.

1648

Les Hollandais et les Français signent un traité de partage.

1670-1702

Les troupes françaises occupent l'intégralité de l'île.

1703

Les Hollandais parviennent à reconquérir les territoires perdus et déportent les colons français refusant de partir.

1713

La paix d'Utrecht rend la moitié de Saint-Martin à la France. Néanmoins, des luttes incessantes continuent entre les deux pays.

1784-1816

Saint-Martin est plusieurs fois occupée par les Anglais.

1817

Un traité de paix fixe les frontières telles qu'on les connaît aujourd'hui. L'esclavage se développe. Les plantations de canne à sucre et l'exploitation du sel dans la partie hollandaise constituent les deux principales activités économiques.

1863

Abolition de l'esclavage. Déclin de l'activité économique.

1940-1943

Les Alliés contrôlent l'île et les États-Unis construisent une base aérienne, qui deviendra plus tard l'aéroport de Juliana.

1963

Saint-Martin devient une commune de la Guadeloupe, département français d'outre-mer (DOM). Le tourisme se développe, notamment grâce à la présence de l'aéroport et aux visiteurs américains.

1995

L'ouragan Luis dévaste l'île et fait 6 morts.

1998

L'ouragan George endommage les installations électriques et téléphoniques de Saint-Martin.

2003

Lors du référendum du 7 décembre 2003, avec un taux de participation de 44,1 %, plus des 3/4 des suffrages exprimés se sont prononcés en faveur de l'évolution statutaire de la commune de Saint-Martin en collectivité d'outre-mer. La loi organique créant la nouvelle collectivité a été adoptée par le Parlement le 7 février 2007 et est entrée en vigueur le 15 juillet.

2007

Projet de loi sur l’outre-mer en discussion. Il permettrait la création de deux nouveaux sièges de députés et deux de sénateurs pour représenter Saint-Barthélémy et Saint Martin. Avec la mutation de la commune en COM (collectivité d'outre-mer), le statut de Saint-Martin vis-à-vis de l’Union européenne devient incertain. Si la COM sort de l’Union européenne, elle pourrait opter, comme sa voisine néerlandaise Sint-Maarten pour le statut européen de PTOM (pays et territoires d'outre-mer). Le 1er juillet 2007 a lieu le premier tour des premières élections territoriales de l'histoire de Saint-Martin où s'affrontent cinq listes. Louis-Constant Fleming (UMP) devient le 1er président de la collectivité de Saint-Martin.

2008

Sint-Maarten se détache donc à son tour de la fédération des Antilles néerlandaises pour devenir une commune néerlandaise à statut particulier à compter du 1er juillet 2007. Elle forme un territoire autonome du Royaume des Pays-Bas. Le changement complet de statut est achevé le 15 décembre 2008 après le transfert des compétences de l’État fédéral autonome vers celui de Sint-Maarten.

Le 25 juillet, l'élection de Louis-Constant Fleming est invalidée par le Conseil d'Etat dans une affaire de financement de campagne. Il lui est interdit de se présenter à quelque fonction territoriale que ce soit, pendant un an. Frantz Gumbs (UMP) lui succède au poste de président du Conseil. Cependant, Louis-Constant Fleming se maintient au poste de sénateur de Saint-Martin.

evaneos

Articles récents