Panama

  1. Accueil
  2. Amérique
  3. Panama
  4. Comment circuler

Panama : Comment circuler

Se déplacer au Panama

Se déplacer en avion au Panamá

Les vols intérieurs sont assurés par Air Panama (www.airpanama. com ; aéroport d’Albrook) et Copa Airlines (www.copaair.com ; Av. Central s/n, Casco Viejo ; 8h-18h lun-ven, 9h-13h sam). Ils partent de l’Aeropuerto Marcos A. Gelabert (aéroport d’Albrook; Av. Canfield, Albrook) à Panamá. Proche de la frontière avec le Costa Rica, l’Aeropuerto Enrique Malek, à David, accueille fréquemment des avions en provenance ou à destination de San José. Pensez à réserver en haute saison car les vols vers Bocas et la comarca de Guna Yala (San Blás) sont souvent complets.

Se déplacer en bateau au Panamá

Principal moyen de transport dans plusieurs régions du Panamá, en particulier dans la province du Darién et dans les archipels de Las Perlas, de San Blás et de Bocas del Toro

Au départ de Panamá, des traversiers réguliers relient la Calzada de Amador (Causeway) à l’Isla Taboga et l’Isla Contadora. La capitale est aussi le point de départ pour la traversée totale ou partielle du canal. 

Pour visiter l’Isla de Coiba et le parc marin national, une excursion organisée en bateau est le meilleur moyen de rejoindre l’île. Des pêcheurs locaux naviguent aussi au large des côtes de Veraguas, mais c’est une option plus risquée car la mer peut être très agitée.

La destination touristique par excellence, la ville de Bocas del Toro sur l’Isla Colón, est accessible par Almirante, d’où partent fréquemment des bateaux-taxis.

Les bateaux de marchandises colombiens et gunas transportent du fret et des passagers le long de la côte de San Blás, entre Colón et Puerto Obaldía, et peuvent s’arrêter jusqu’à 48 fois, pour charger et décharger sur les îles. Attention toutefois car ces bateaux sont souvent surchargés. Il est plus prudent d’embarquer sur un voilier ou d’effectuer la traversée vers la Colombie en quatre jours sur un bateau à moteur.

L’est de la province du Darién ne compte pas beaucoup de routes ; le bateau est souvent le seul moyen de se rendre d’une localité à une autre par les cours d’eau, surtout pendant la saison des pluies. Ici, la piragua est la référence en matière d’embarcation. Creusée dans le tronc d’un kapokier géant, sa coque peu profonde permet de naviguer sur les nombreux cours d’eau qui forment le réseau de transport traditionnel de l’est du Panamá. Beaucoup de piraguas sont motorisées.
 

Se déplacer en bus au Panamá

Il existe un bus vers (presque) chaque ville panaméenne reliée par la route. Certains sont des Mercedes Benz, équipés de la clim, d’écrans de TV et de sièges inclinables. Généralement, ces bus haut de gamme parcourent de longs tronçons d’autoroute.
La plupart des bus sont des Toyota Coaster et sont affectueusement appelés chivas. Prenez-les pour visiter les villes de la Península de Azuero et le long de l’Interamericana (route panaméenne).
La capitale vient de remplacer tous ses diablos rojos (diables rouges) du réseau Metrobus par des bus modernes, plus sûrs et climatisés. Les cartes magnétiques sont disponibles à la gare routière d’Albrook (Gran Terminal Nacional de Transporte) ou aux principaux arrêts de bus. Les bus respectent les arrêts officiels.
 

Se déplacer en stop au Panamá

Le stop n’est pas du tout répandu au Panamá ; la plupart des gens voyagent en bus et il est conseillé aux touristes de faire de même. De manière générale, le stop n’est exempt de danger dans aucun pays et nous ne recommandons pas cette pratique. Les auto-stoppeurs doivent avoir conscience du risque qu’ils prennent, limité mais possiblement grave.
 

Se déplacer en transports locaux au Panamá

Le système Metrobus qui dessert Panamá et sa banlieue est très efficace, mais il est parfois difficile d’utilisation. En règle générale, les Panaméens, y compris les chauffeurs de bus, sont aimables : ils pourront souvent vous indiquer où attendre tel ou tel bus si vous le leur demandez en espagnol (peu de chauffeurs parlent anglais). Le métro de Panamá est rapide et pratique, mais couvre une surface limitée. En général, le taxi est une solution peu onéreuse qui vous fera gagner beaucoup de temps et d’énergie.

Métro

El Metro (www.elmetrodepanama. com ; tarif 0,35-1,35 $uS ; 5h-23h lun-ven, 5h-22h sam, 7h-22h dim) est le système de transport principalement souterrain de Panamá. L’unique ligne part d’Albrook, va d’ouest en est, puis au nord, vers San Isidra. Une deuxième ligne reliant Albrook à Ciudad del Saber est prévue. La station principale se trouve en face de la gare routière d’Albrook (gran Terminal nacional de Transporte; www.grantnt.com ; Albrook ; 24h/24). La carte magnétique pour emprunter le métro est la même que pour le réseau Metrobus

Taxi et covoiturage

Les taxis sont nombreux et bon marché, mais tous les conducteurs ne maîtrisent pas forcément les adresses et itinéraires.
Quelques conseils :

  • Avant d’entrer dans le taxi, donnez votre destination et entendez-vous sur un prix. Au Panamá, les taxis n’ont pas de compteur, mais il existe des tarifs fixes entre les quartiers de la capitale.

  • Renseignez-vous. Vous pouvez demander au personnel de votre hébergement quels sont les tarifs habituels entre les différents secteurs de la ville. Ils sont souvent majorés la nuit.

  • Uber existe à Panamá : le service est fiable et peu cher, et les conducteurs sont serviables et sympathiques.

  • Les taxis peuvent se faire rares la nuit et pendant les vacances. Pensez alors aux radio-taxis ou à Uber.

  • Des taxis plus onéreux partent des hôtels chics. Vous paierez le double par rapport à un taxi appelé dans la rue.

Circuit locaux organisés

L’industrie du tourisme panaméenne est encore jeune, mais le nombre d’organisateurs de voyages augmente rapidement. Si le pays est de plus en plus accessible aux personnes qui voyagent de façon autonome, certaines conditions spéciales (logistique complexe, accès limités au public et grandes étendues sauvages) peuvent justifier le recours aux services d’un organisateur de voyages. Certains sites phares, notamment le Darién et le parc national de Coiba, sont inaccessibles sans guide.
Les prix varient en fonction des services souhaités et de votre disposition à vous joindre à un groupe. Les auberges proposent de plus en plus des visites organisées à bas prix pour leurs hôtes.
 

  • Ancon Expeditions (www.anconexpeditions.com ; edificio Dorado, 2e ét, C. 49a este, el Cangrejo ; 9h-17h lun-ven, 9h-13h sam). L’Ancon (Asociación Nacional para la Conservación de la Naturaleza) propose un service de qualité et emploie certains des meilleurs guides naturalistes du pays, forts de plusieurs dizaines d’années d’expérience et maîtrisant plusieurs langues. Des excursions partent régulièrement vers des destinations dans tout le Panamá. L’Ancon participe aussi à des activités de conservation. 

  • EcoCircuitos (www.ecocircuitos.com ; Albrook Plaza, 2e ét, n°31, Ancón) offre une large gamme d’excursions sur mesure dans tout le pays (observation de la faune, tourisme d’aventure, tourisme communautaire et plages). Membre de l’APTSO (Asociación Panameño de Turismo Sostenible ; aptso.org), association panaméenne pour le tourisme durable. Les employés parlent tous très bien anglais.

  • Isthmian Adventures (www.isthmianadventures.com ; gare routière, local 3 ; 8h-16h lun-ven). Ce prestataire réputé propose diverses excursions privées dans le pays et des visites à la journée au départ de Panamá. Au programme : randonnées, observation des oiseaux, excursions en famille et activités multisports. Les employés parlent anglais. Également membre de l’APTSO. 

  • Jungle Treks (www.jungletreks.com). Fondée par un guide naturaliste bilingue espagnol-anglais, Jungle Treks propose plusieurs excursions uniques et recommandées. Exemples de destinations : le Darién, les montagnes du Chiriquí, Veraguas et la ligne de partage des eaux du canal. Excursions sur-mesure à partir de 6 participants et pour un minimum de 3 jours. 

  • Scubapanama (www.scubapanama.com ; C. 52c oeste, Vista Hermosa ; 8h-18h lun-ven, 8h-16h sam) est le plus vieux centre de plongée du Panamá. Il propose diverses excursions dans tout le pays. 

  • Yala Tours (www.yalatourspanama.com). Nous conseillons cette petite entreprise spécialisée dans les excursions dans la nature et la culture autochtone. Visites sur la journée du Parque Nacional Soberanía et de villages emberás. Son fondateur, un Suisse, parle français.

Se déplacer en train au Panamá

Unique ligne ferroviaire du pays, le fameux chemin de fer du canal de Panamá relie la capitale à Colón. Panama Canal Railway (www.panarail.com ; aller simple tarif plein/enfant 25/15 $ ; départ de Panamá 7h15, départ de Colón 17h15 lun-ven) assure un service passager quotidien à bord d’un train d’époque pleinement opérationnel. La ligne longe le canal et traverse par moments la forêt dense et la forêt tropicale humide. Ce voyage d’une heure ravira les touristes qui souhaitent revivre l’âge d’or du transport ferroviaire de luxe.
 

Se déplacer en vélo au Panamá

Si vous supportez la chaleur, vous pouvez assez facilement vous déplacer à vélo dans tout le pays et trouver un endroit différent où dormir chaque soir. Dans les grandes villes, surtout à Panamá, c’est un sport qui peut s’avérer extrême. Les routes sont souvent étroites, les automobilistes ont une conduite nerveuse et les pluies fréquentes réduisent leur visibilité ainsi que l’adhérence des pneus. Les meilleurs endroits où faire du vélo dans la capitale : les routes côtières de la Cinta Costera (piste cyclable qui part du centre-ville et passe autour du Casco Viejo) et de la Calzada de Amador (Causeway). Le week-end, des groupes de cyclistes rejoignent Gamboa par une route ombragée, mais étroite. En dehors des villes, la partie panaméenne de la route panaméricaine (Interamericana) est la mieux entretenue, même si les accotements sont très étroits sur certains tronçons. Dans de nombreuses provinces (surtout Veraguas et Colón), les routes sont en mauvais état – préparez vous en conséquence et prévoyez plusieurs pièces de rechange. 

 

Se déplacer en voiture ou en moto au Panamá

Au Panamá, les panneaux de signalisation peuvent être déroutants... quand ils existent ! Beaucoup de routes secondaires sont en mauvais état et même les routes asphaltées peuvent parfois avoir des airs de paysage lunaire.
Quelques conseils :

  • La vitesse est limitée à 80 km/h sur toutes les routes principales (y compris l’Interamericana) et à 60 km/h ou moins sur les routes secondaires.

  • Les conducteurs doivent être munis de leur passeport et permis de conduire.

  • En cas d’accident, ne déplacez pas les véhicules (même s’ils bloquent la circulation) avant l’arrivée et le rapport de la police. Ce point est également essentiel pour les demandes d’indemnisation aux assurances. 

  • Une voiture arrivant en sens inverse avec ses feux de détresse peut signaler un problème ou une zone de contrôle de vitesse. Ralentissez immédiatement.

  • Une pile de branches placée au bord de la route indique souvent un véhicule en panne.

Location

Seuls les voyageurs désirant sortir des sentiers battus auront besoin de louer un véhicule au Panamá, tant les bus et taxis sont peu chers et faciles d’accès. Quelques plages sont connues pour leurs routes accidentées.

Vous trouverez des agences de location de voitures dans les plus grandes villes, comme Panamá et David, ainsi qu’à l’Aeropuerto Internacional de Tocumen. 
Pour louer un véhicule au Panamá, il faut être âgé de 25 ans au moins et présenter un passeport et un permis de conduire. Si vous avez plus de 21 ans et que vous pouvez présenter une carte bancaire valide, certaines agences lèveront la condition d’âge
Sachez que même si vous faites appel à une agence internationale, la location se fera généralement via leurs succursales et vous n’obtiendrez aucune aide de leur part en dehors du Panamá. 

Les tarifs de location vont de 20 $US par jour pour une voiture de classe économique à 100 $US par jour, pour un cuatro por cuatro. Au moment de la location, inspectez minutieusement la voiture pour repérer les petites bosselures et rayures, vérifier qu’il ne manque pas l’antenne de radio ou les enjoliveurs, et constater la présence d’une roue de secours. Les dommages doivent être inscrits sur votre contrat de location. Sinon, on pourrait vous demander de payer des frais lorsque vous rendrez la voiture. 

Les voitures de location sont la cible de nombreux vols. Il est recommandé de ne jamais laisser de biens précieux dans une voiture non surveillée et de récupérer toutes les valises dans le coffre lorsque vous vous arrivez à un hôtel pour la nuit. La plupart des établissements disposent d’un parking.

Mis à jour le : 12 septembre 2019

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : Comprehensive and inspirational guides with thousands of detailed listings, reviews and recommendations for…

Paramètres des cookies