Jamaïque : Culture

Coutumes

Nous vous donnons ici quelques conseils dans vos contacts quotidiens avec les Jamaïcains, dont le code de relations sociales est sensiblement différent du nôtre.
Soyez à la fois direct et diplomate dans vos discussions, de manière à vous faire respecter mais sans pour autant éveiller d'hostilité.
Sachez vous détendre comme vous y invite le climat tropical.
Divertissement populaire, la toupie (gasing) n'a rien d'un jeu d'enfant ; elle peut peser jusqu'à 7 kg et on y joue souvent en équipe en essayant de déloger la toupie de l'adversaire. Les concours de cerfs-volants et de chants d'oiseaux sont eux aussi fort répandus.

Langue

Si l'anglais est la langue officielle, la Jamaïque est en réalité un pays bilingue où l'anglais est généralement mieux compris que parlé. Le patois est pour sa part un dialecte chantant, dérivé du créole anglais, auquel les Jamaïcains impriment un rythme et une cadence uniques ; c'est une alchimie haute en couleur entremêlant la langue-mère, des termes africains, portugais et espagnols, ainsi que l'argot rastafari. Les Jamaïcains parlent de façon souvent assez emphatique, voire brusque, et utilisent sans compter proverbes et métaphores colorées, sous-entendus sexuels... Vous entendrez aussi bien des expressions dérivées de l'anglais colonial, aujourd'hui archaïque (chain, ancienne mesure britannique équivalente à 22 yards), que des termes remontant à l'époque de l'esclavage (massa, pour "master", et mistress) ou à l'héritage africain (bo-bo : "idiot", nyam : "manger").

Nourriture

La cuisine jamaïcaine mêle de nombreuses traditions ethniques, toutes délectables : arawak, espagnole, africaine, indienne, moyenne-orientale, chinoise, britannique... Le petit déjeuner jamaïcain typique se compose d'ackee, un fruit qui ressemble de façon frappante, une fois cuit, à des œufs brouillés. On trouve généralement au menu de la chèvre ou du porc, souvent agrémenté de curry et servi avec des haricots et du riz, ou des fruits de mer, souvent marinés et frits avec des oignons et des poivrons. Le plat national est le jerk : la viande, après avoir macéré dans une marinade épicée, est cuite au barbecue.
Le terme "tea" s'applique à toutes les boissons chaudes ; il peut être aux herbes, mélangé à du rhum, du lait, des épices, voire du poisson, tandis que le skyjuice est une boisson gazeuse très appréciée à base de glace et de sirop. Autres boissons très prisées : la bière, le rhum et le jus de coco, tout droit sorti de la noix. Prenez bien garde à la marijuana ou aux champignons hallucinogènes...

Religion

La Jamaïque possède le plus grand nombre d'églises au km² au monde ! Tous les cultes possibles et imaginables sont représentés, plus de 80% des habitants se déclarant chrétiens.
Les Jamaïcains sont profondément religieux, et les églises sont d'importants centres sociaux. Tous croient, dans ce pays pauvre, en l'Évangile et en la Rédemption – mais aussi (héritage de l'animisme africain) dans le monde des esprits, des fantômes et du Malin. Il est étonnant de les voir encore pâlir d'effroi devant un petit lézard, comme s'il était un féroce dragon !
Si les touristes sont généralement les bienvenus pendant la messe (sauf celles des cultes revivalistes), on attend d'eux une conduite respectueuse.

Arts

Le riche héritage culturel de la Jamaïque remonte aux temps précolombiens des Indiens Arawaks, dont on voit encore les peintures rupestres dans des grottes éparpillées dans tout le pays ; Kingston, notamment, est un centre d'art caribéen ; cette forme d'art s'est d'ailleurs énormément développée depuis l'indépendance en 1962.
Aucun endroit en Jamaïque n'échappe aux sons trépidants de la calypso, de la soca (fusion soul-calypso) et du reggae. La musique est partout. La Jamaïque avait auparavant connu, du début du XXe siècle jusqu'aux années 1950, le mento, calypso folk mélangé à des influences cubaines ; puis il fut éclipsé par le boogie-woogie et le rythm and blues. Le ska, typiquement jamaïcain, mêlait rythm and blues et mento.
Les classes les plus défavorisées, après avoir adopté le ska, se tournèrent vers le reggae, son rythme syncopé, son message sociopolitique, ses métaphores, ses louanges de Jah (Dieu). On associe le plus souvent le reggae à Bob Marley, superstar qui a contribué à forger, par sa dénonciation de l'oppression, de l'injustice et du racisme, une "conscience tiers-mondiste".

Mis à jour le : 11 novembre 2012
Vizeat

Articles récents

Paramètres des cookies