Guatemala : Sécurité

Désagréments et dangers au Guatemala

Si la criminalité perdure au Guatemala et touche aussi les touristes, les incidents aujourd’hui signalés concernent le plus souvent des vols sur les sentiers de randonnée. L’époque où les bus et les navettes touristiques étaient attaqués sur l’auto-route semble heureusement appartenir au passé, mais des voyageurs en voiture de location ont été victimes de cette pratique. Ces informations évoluent rapidement ; si vous prévoyez de conduire, renseignez-vous auprès de Proatur (1500, en anglais et en espagnol, 24h/24) sur la situation du moment. Surtout, prenez garde aux pickpockets et aux autres voleurs de sacs dans les gares routières, les bus, les rues et les marchés bondés, mais aussi la nuit dans les quartiers déserts. En bref, restez vigilant et il ne vous arrivera rien. Il est préférable de voyager et d’arriver à destination lorsqu’il fait encore jour. Si ce n’est pas possible, voyagez de nuit dans des bus 1re classe et prenez un taxi pour rejoindre votre hôtel à l’arrivée.

Sécurité : Bon à savoir

  • Ne prenez sur vous que l’argent nécessaire.
  • Laissez vos objets de valeur et vos papiers à l’hôtel. Placez-les dans une enveloppe cachetée et signée dans le coffre de votre hôtel et exigez un reçu.
  • Un porte-monnaie ou un sac peuvent être arrachés ou ouverts au couteau.
  • Évitez les sacs à dos et ne mettez pas votre portefeuille dans la poche arrière de votre pantalon.
  • Aux guichets des gares routières, gardez votre sac entre vos jambes. Ne portez pas de bijoux voyants, de montre ou d’appareil photo luxueux.
  • Conservez votre portefeuille ou votre porte-monnaie à l’abri des regards.
  • Dans les grandes villes, étudiez votre itinéraire à l’avance afin de ne pas avoir l’air perdu ou de consulter une carte ostensiblement.
  • Dans les bus, gardez vos objets de valeur avec vous (pas en soute) et tenez-les fermement.
  • Ne vous aventurez pas seul dans les rues ou les quartiers déserts, surtout la nuit. Faites preuve de vigilance lorsque vous utilisez un DAB.
  • La randonnée en groupe important et/ou escorté de policiers réduit le risque d’agression. Résister ou tenter de fuir face à des agresseurs ne fait en général qu’empirer la situation.
  • La randonnée sur les volcans actifs présente des risques. Renseignez-vous avant de vous mettre en route. Durant la saison humide, grimpez le matin afin d’éviter la pluie et les éventuels orages.
  • Faites très attention, surtout dans les zones rurales, lorsque vous parlez à de jeunes enfants, demandez toujours la permission avant de prendre une photo et, en général, essayez de ne pas vous mettre dans une situation qui pourrait être mal interprétée.

Escroqueries fréquentes

Un scénario courant consiste à éclabousser une personne de ketchup ou de toute autre substance poisseuse ; un complice surgit alors pour aider la victime à nettoyer ses vêtements et la dépouille de ses objets de valeur. D’autres méthodes de diversion consistent à laisser tomber un porte-monnaie ou des pièces ou encore à feindre l’évanouissement, pendant qu’un compère vous fait les poches ou arrache votre sac.
Malheureusement, les cloneurs de cartes aux distributeurs automatiques de billets sont arrivés au Guatemala, visant autant les Guatémaltèques que les étrangers. Voici comment ils procèdent : ils placent un lecteur de carte sur le DAB (souvent dans la fente où vous insérez votre carte) et une fois qu’ils disposent de vos coordonnées bancaires, ils peuvent vider votre compte. De telles escroqueries ont été signalées dans les principales destinations touristiques, notamment à Antigua (guichet BAC/Credomatic de la place centrale). La seule solution consiste à utiliser des distributeurs qui ne peuvent pas être facilement piratés (dans les supermarchés ou les centres commerciaux). Les distributeurs automatiques les plus visés sont ceux situés devant une banque, dans une petite pièce non verrouillée. Il n’y a jamais besoin de taper son code secret pour accéder à une pièce abritant un distributeur automatique de billets.

Déposer plainte

Au Guatemala, porter plainte n’est pas toujours dans votre intérêt. Si vous êtes victime d’une infraction grave, rendez-vous naturellement au poste de police, en disant : “Yo quisiera denunciar un crimen” (Je voudrais porter plainte). Par exemple, si on vous a volé, faites établir une déclaration dont vous pourrez remettre la copie à votre compagnie d’assurance. En cas de problème mineur, cependant, cela ne vaut peut-être pas forcément la peine d’impliquer la police. Des unités spécifiquement formées – et dont les fonctionnaires parlent généralement anglais – ont été mises en place dans les principaux endroits touristiques du pays.
Vous pouvez joindre la police touristique, Proatur, par téléphone à Antigua (5978-3586) et à Guatemala Ciudad (2251-4897). Ailleurs (ou en dehors des heures d’ouverture), le mieux est d’appeler le numéro gratuit de Proatur (1500), qui vous répondra 24h/24 en espagnol ou en anglais et vous fournira renseignements, assistance et conseils. En cas de besoin, on vous trouvera même un avocat.

Mis à jour le : 15 octobre 2013

Articles récents

Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir le Guatemala

Paramètres des cookies