Cuba : Culture

Langue

L'espagnol est la seule langue parlée par les Cubains, à l'exception de l'anglais souvent employé dans les hôtels et les centres touristiques. Les quelques mots ci-après pourront vous aider dans votre conversation :
Oui :
Non : No
Merci : Gracias
Salut : Hola
Bonjour : Buenos días
Bon après midi : Buenas tardes
Bonsoir/bonne nuit : Buenas noches
Au revoir : Adiós
Je comprends : Entiendo
Je ne comprends pas : No entiendo
Hôtel : Hotel, villa
Où se trouve... ? : ¿ Dónde está... ?
Combien ça coûte ? : ¿Cuanto cuesta ?
Sandwich : Bocadillo
Crevettes : Camarones
Fruits de mer : Mariscos
Orange : Naranja

Nourriture

Les repas cubains, connus sous le nom de comida criolla (cuisine créole) sont toujours à base de congrí (riz et haricots noirs), de bananes plantains frites et de salade (tomates, oignons, concombre, chou blanc râpé et avocat). La nourriture servie à Cuba dépend pour une large part des approvisionnements du jour. La viande de bœuf, monopole d'État, est rare et chère. Porc, poulet, œuf, manioc (yuca), pommes de terre, haricots verts, betteraves, ananas, bananes, mangues, goyaves, papayes, agrumes sont parmi les produits les plus consommés. Les plats les plus présents dans les menus sont la carne asada (viande rôtie), le picadillo (ersatz de bœuf haché), l'arroz con pollo (poulet et riz). L'ajiaco est un ragoût de viande et de légumes parfumé à l'ail, tandis que le moros y cristianos mêle riz et haricots noirs. Les glaces (helados), et le flan sont les desserts préférés des Cubains.
Le rhum (ron) cubain, enfin, est réputé. Les cocktails également (mojito, cuba libre, etc). Les bières locales (Bucanero et Cristal) sont très consommées.

Religion

85% des Cubains étaient de religion catholique avant la révolution. L'île comptait en 1959 environ 700 prêtres catholiques, en général originaires d'Espagne. Plus de 500 d'entre eux ont quitté l'île, de gré ou de force, à l'issue de la révolution. En 1961, la loi de nationalisation de l'éducation confia à l'État le contrôle des écoles catholiques privées.
En 1992, un amendement de la Constitution a autorisé la liberté de culte sur l'île, avec quelques restrictions. Dans les faits, les croyances religieuses des anciens esclaves africains se sont fondues avec le catholicisme, donnant lieu à un culte afro-cubain baptisé la Santería.

Arts

La musique cubaine est une heureuse combinaison entre les puissants rythmes africains et la mélodie poétique espagnole. Les percussions et les guitares que l'on entend partout sur l'île sont partie intégrante de la culture locale.
La majeure partie de la musique cubaine repose sur le son, musique populaire cubaine née au XIXe siècle. Cette forme musicale a été popularisée avec l'avènement de la radio, dans les années 1920. L'orchestration était alors assurée par un sexteto composé d'une guitare, d'un tres (guitare à trois jeux de doubles cordes) d'une contrebasse, d'un bongó et de deux chanteurs qui jouaient de claves et de maracas. Les cuivres et les percussions vinrent compléter l'ensemble dans les années 1940 et 1950. De grandes formations interprétaient rumba, mambo, et cha-cha-cha. Le son est aujourd'hui connu dans le monde entier grâce au disque (et au film) Buena Vista Social Club. Dans les années 1960 et 1970, le son cubain intégra d'autres rythmes latins et du jazz pour créer la salsa. Le mouvement de la nueva trova date de la fin des années 1960, lorsque des guitaristes commencèrent à écrire, sous forme poétique, une certaine critique de la société cubaine.
La Rumba est une danse d'origine afro-cubaine, qui faisait référence à n'importe quelle danse rythmée ou érotique pratiquée par d'anciens esclaves. La habanera s'est, pour sa part, développée au sein de la population hispanique de Cuba. Réservée aux couples, c'est une danse lente et sensuelle. Le danzón, danse de salon, est apparu dans les couches aisées de la population, à la différence de la rumba, plus populaire. Bien entendu, Cuba est aussi synonyme de salsa. La danse classique est de grande qualité.
La plus célèbre figure littéraire cubaine est sans conteste José Martí, que l'œuvre, la vie et l'engagement révolutionnaire ont élevé au rang de héros. Cirilo Villaverde, Alejo Carpentier, Nicolás Guillén, José Lezama Lima ou encore Guillermo Cabrera Infante sont autant de grands noms de la littérature cubaine. Leonardo Padura, Guillermo Rosales, Pedro Juan Gutierrez, Zoé Valdès et Eduardo Manet sont des auteurs cubains très connus en France.
Les réalisateurs comme Tomás Gutiérrez Alea (Fraise et chocolat), Fernando Pérez (La vie c'est siffler), Juan Carlos Cremata Malberti (Viva Cuba) ont exporté le cinéma cubain en remportant de francs succès internationaux. Quant au film d'animation Vampiros en La Habana (Les Vampires de La Havane) de Juan Padrón, il ravit les amateurs du genre. La télévision cubaine reflète bien l'idéologie castriste.
Peinture, photographie, sculpture et arts graphiques se portent bien à Cuba en dépit d'une censure plus ou moins sévère. Wilfredo Lam, René Portocarrero, Leopold Romañach, Armando García Menocal, Eduardo Muñoz Bachs sont des artistes dont les œuvres sont à voir dans les différents musées de l'île.

Mis à jour le : 11 novembre 2012

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir Cuba

Paramètres des cookies