Canada : Sécurité

Désagréments et dangers au Canada

Le Canada ne pose pas de problème de sécurité particulier aux voyageurs. Globalement, le Canada est un pays sûr pour les femmes qui voyagent, même seules, y compris dans les villes. Il suffit de faire preuve de bons sens et de prendre les mêmes précautions élémentaires que chez soi.
Dans les bars et les discothèques, les femmes seules peuvent faire l’objet de nombreuses sollicitations, mais la plupart des hommes admettent sans problème qu’on repousse leurs avances poliment mais fermement. Si vous vous sentez menacée, n’hésitez pas à vous manifester haut et fort : cela peut faire fuir l’agresseur ou au moins attirer l’attention d’autres gens. Notez qu’au Canada, il est interdit d’avoir sur soi une bombe lacrymogène ou un spray au poivre ou au macis.
Il est peu probable que vous vous fassiez agresser physiquement. Néanmoins, si c’est le cas, appelez immédiatement la police
(en composant le 911 – sauf au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut) ou bien contactez un centre d’aide d’urgence aux victimes de viol. La liste complète est disponible auprès de l’Association canadienne contre les agressions à caractère sexuel (604-876-2622 ; www.casac.ca).

Police

Si vous êtes arrêté ou accusé d’un crime, vous avez le droit de garder le silence et de prendre l’avocat de votre choix (contactez votre ambassade pour obtenir des adresses). Vous pouvez aussi demander à être représenté par un avocat commis d’office. La présomption d’innocence prévaut.

Drogue et alcool

L’alcoolémie maximale autorisée est de 0,08% et la conduite de voitures, bateaux ou motoneiges en état d’ivresse est considérée comme un délit. Vous vous exposez à de lourdes amendes, à une suspension de permis
et autres sanctions.
Consommer de l’alcool en dehors d’une demeure privée ou d’un établissement possédant la licence adéquate n’est pas permis. Cela exclut donc les parcs, les plages et autres espaces naturels, du moins officiellement.
La consommation de drogues illicites expose à de lourdes amendes, à d’éventuelles peines de prison et à l’inscription de la sanction au casier judiciaire. Seule exception : l’usage de marijuana dans un but médical, pratique légalisée en 2001. La dépénalisation de la possession de marijuana pour un usage personnel est une question qui continue de faire débat dans l’opinion publique et au Parlement.

Mis à jour le : 20 juin 2014

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable dans l’Ouest canadien

Paramètres des cookies