Malawi : Environnement

Géographie, faune et flore du Malawi

Le minuscule territoire malawite n’est pas plus grand que l’État de la Pennsylvanie. Bloqué entre la Zambie, la Tanzanie et le Mozambique, il mesure environ 900 km de long et entre 80 et 150 km de large, pour une superficie de 118 484 km2.
Le lac Malawi couvre près d’un cinquième du pays. S’insérant dans un creux formé par la vallée du Grand Rift, cette “mer intérieure” dessine plus de 75% de la frontière occidentale du Malawi. La berge occidentale est bordée par une basse bande de terre, tantôt atteignant les 10 km de large, tantôt si étroite que seul un sentier escarpé sépare le lac de la paroi abrupte de la vallée. Les berges sont souvent sablonneuses et dotées de plages naturelles, surtout au sud. Le reste du pays est en majeure partie couvert de hauts plateaux vallonnés.
Les principaux reliefs sont les plateaux de Nyika et de Viphya au nord, et le mont Mulanje au sud. Le point culminant du pays est le sommet de Sapitwa (3 002 m), au centre du mont Mulanje. Plusieurs collines isolées et reliefs de moindre envergure se répartissent autour, le plus grand étant le plateau de Zomba, proche de la ville du même nom.
Le principal cours d’eau du Malawi est la rivière Shire (prononcez shir -i), qui s’écoule de l’extrémité sud du lac Malawi pour rejoindre le Zambèze, au Mozambique.

Faune

Jusqu’à récemment, le Malawi n’était qu’une destination de safari africaine parmi d’autres ; tout changea en 2012, lorsque le lion fut réintroduit dans la réserve naturelle de Majete. Si votre but ultime n’est pas forcément de voir les “Big Five” (lions, léopards, buffles, éléphants et rhinocéros), sachez que le Malawi recèle bien d’autres richesses. Dans la réserve naturelle de Nkhotakota par exemple, il est désormais possible de faire du kayak à proximité de crocodiles au Tongole Wilderness Lodge. Le parc national de Liwonde est très prisé pour ses troupeaux d’éléphants et ses nombreux hippopotames (ainsi que pour ses impalas, guibs harnachés et koudous). Liwonde et Majete sont les seuls parcs du pays où vous avez des chances de voir des rhinocéros.
Pour les éléphants, c’est dans les réserves naturelles de Nkhotakota et de Majete et au parc national de Nyika qu’il faut aller – ce dernier est également réputé pour ses antilopes rouannes, ses cobes, ses zèbres, ses phacochères et ses chacals. Il comprend aussi la plus importante population de léopards du pays (une centaine). Non loin, la réserve de Vwaza Marsh, bien qu’en mauvais état, est réputée pour ses hippopotames, ainsi que pour ses éléphants, buffles, cobes à croissant et autres antilopes.
Le lac Malawi renferme plus d’espèces de poisson que n’importe quelle autre étendue d’eau intérieure du monde, soit plus de 600 espèces, dont environ 350 endémiques. La famille la plus représentée est celle des cichlidae (cichlidés). Entre autres familles présentes dans le lac, citons les usipa (blanchaille), les mpasa (truite lacustre) et les kampango (poisson-chat), fréquemment proposés dans les restaurants.
Les amateurs d’oiseaux ne seront pas en reste : plus de 600 espèces ont été répertoriées au Malawi, dont des oiseaux difficilement observables ailleurs en Afrique australe, notamment le bec-en-ciseaux d’Afrique, le guêpier de Böhm et la grue caronculée.

Flore

Les forêts de miombo représentent la majeure partie de la végétation. Elles forment une canopée ouverte constituée principalement de Julbernadia globiflora et de plusieurs types de Brachystegia. Les forêts de mopanes sont présentes dans les zones de basses terres au climat chaud et relativement sec, notamment dans la vallée de la Shire, sur les plaines bordant la berge sud du lac Malawi et autour de certains lacs plus petits. L’emblématique baobab, qui affectionne le même genre de climat, se rencontre fréquemment dans les forêts de mopanes. Si la plupart des forêts du Malawi on été défrichées, il existe encore certains espaces qui pourraient bien être les vestiges des vastes forêts sempervirentes (à feuilles persistantes) qui couvraient jadis tout le pays, ainsi que le sud de la Tanzanie, le nord de la Zambie et le Mozambique. On en distingue deux grands types : les forêts sempervirentes d’altitude et les forêts semi-sempervirentes. On trouve des prairies de montagne à partir de 1 800 m, principalement sur le plateau de Nyika, dans le nord du pays, où les collines sont couvertes d’herbe.

Mis à jour le : 28 juillet 2014

Articles récents

Paramètres des cookies